AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le calme après la tempête (ft.Lucán)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Dim 17 Sep - 19:59

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

Depuis combien de temps Bronwyn était-elle sur les routes? Deux semaines? Plus? Moins? Elle l'ignorait. Elle avait perdu le fil après le septième jour. Si elle connaissait la route de Tara pour l'avoir déjà faite afin d'aller rendre visite à sa sœur la reine Aillin, jamais elle ne lui avait semblé si longue. Chose plutôt normale étant donné qu'elle ne s'était jamais rendue à la capitale à pieds.

Elle n'avait pas prévu que la route serait si longue et le voyage si long entre deux auberges. Si elle avait pu penser à tout cela au milieu de la panique qui l'avait atteinte, elle aurait emporté plus de provisions. Là, elle n'avait plus rien. Et à quoi servait l'or quand il n'y avait ni auberge ni marché?

La faim commençait à la tirailler, mais cela n'était rien comparé à la fatigue.
Par prudence, connaissant les routes, elle n'avait dormi que d'un œil lorsqu'elle s'était autorisée à dormir, et l'épuisement se faisait de plus en plus sentir.
Cela faisait déjà un moment qu'elle ne sentait plus ses muscles endoloris, mais au-delà de son corps, son esprit commençait à faiblir.

Elle était éreintée. La route, qu'elle suivait à bonne distance dans la forêt par souci de prudence, commençait à disparaître. Son esprit exténué la faisait disparaître dans les ombres.
Elle aurait dû se dire que cela avait été une bêtise de partir, mais chaque fois que son esprit s'apprêtait à émettre cette hypothèse, le souvenir de Moïra resurgissait et lui donnait la force de continuer.

Mais là, le souvenir de sa défunte nourrice et tutrice ne pouvait plus rien. Le soir commençait à tomber et les jambes de Bronwyn décidèrent soudainement de se dérober sous le poids de son corps. Ce dernier avait décidé à sa place, il n'irait pas plus loin.

Roulant sur le dos afin de pouvoir respirer, la princesse en fuite regarda les feuillages au-dessus de sa tête. Le vent les faisait bouger doucement et le bruit ainsi produit était reposant.

Se reposer...C'était tout ce que la jeune femme voulait à-présent. Mais elle ne le pouvait pas. Pas maintenant. Pas avant d'avoir atteint son but.
Mais quel était-il ce but déjà? Elle eut du mal à s'en souvenir.
Trouver les druides. Oui, c'était cela. Trouver les druides.
Mais où les trouver en vérité? A Tara? Il y avait là bas l'une des plus grandes concentrations d'hommes et de femmes de toute l'Eire. Elle pensait en trouver au moins un au-milieu de ces gens...Mais à présent, elle doutait. Comment les trouver? Que leur dire? Et finalement...Ne risquaient-ils pas de la rejeter? Elle? La princesse chrétienne?

C'est au moment où toutes ces questions l'assaillaient que Bronwyn, ne pouvant plus lutter, ferma les yeux et perdit connaissance.
© eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Mer 27 Sep - 12:45

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

J’ai déjà monté mon camp pour la nuit. Mais j’ai sagement évité de faire du feu. Cela serait un signe visible de loin. Et comme je dois abandonner mon cheval seul pendant que je chasse, je préfère éviter qu’il ne soit trop visible. Il y a une petite rivière non loin, qui tient plus du ruisseau d’ailleurs. Ma monture s’y abreuve paisiblement, attachée à une branche d’arbre solide, et il a de l’herbe autour en conséquence pour lui brouter. Une fois assuré que rien ne peut lui arriver, je m’enfonce un peu plus dans les bois avec pour tout compagnon le Loup. Le Corbeau est resté en sentinelle avec le Cheval. Si j’ai encore quelques pommes et poires, ainsi que du pain, je manque de viande.

Hors c’est important pour garder des forces. Surtout avec les nuits, qui rafraîchissent, et le long chemin qui me ramènera dans ma forêt natale. Car l’automne est arrivé, colorant les sous-bois de couleurs chaudes et agréables. Mais cela signifie avant tout pour moi, que je dois penser à rentrer avant que la neige ne soit trop abondante, et encore plus avant les premières gelées. Je suis passé non loin de Tara, pour cueillir des plantes médicinales, qui ne poussent que dans cette région, et maintenant je reprends le chemin inverse. Maintenant est venu le temps du retour. Et quand le printemps réapparaîtra, je reprendrais la route, et j’errerais de nouveau pour remplir ma fonction de Druide devin.

Chasser ne me prend pas énormément de temps. Je suis une ombre silencieuse, habitué à me mouvoir dans la forêt sans perturber les animaux. Alors attraper deux lapins fût aisé. Surtout que le Loup m’en a ramené fièrement deux de lui-même. Au total, j’en ai donc quatre. J’en abandonnerais volontiers deux à mon compagnon carnivore. J’attache les bêtes à ma besace, mais je garde mon arc en main avec une flèche encochée par prudence. Et je rebrousse chemin lentement. Nous marchons silencieusement durant un moment, avant que mon compagnon ne relève la tête, hume l’air et file dans une autre direction. Je fronce des sourcils. Où vas-tu ? Je questionne mentalement à l’animal déjà bien loin. Je lui emboîte donc le pas, tentant de le suivre à la trace. Humaine. C’est l’idée qui fuse dans mon esprit en réponse à ma question muette. Et effectivement, je retrouve le Loup penché sur un corps de femme évanoui. Il lui lèche doucement le visage. Je range donc mon arc-à-flèches et j’approche.

Agenouillé près de ton corps, je pose une main sur ton front. Tu n’as pas de fièvre. Tu sembles en fait simplement endormi. « Très bien. Nous avons donc une invitée. », je commente en rangeant mon arc dans le carroie avec les flèches. Puis je passe un bras sous tes genoux et l’autre dans ton dos, et je te soulève. Et je me dirige vers mon campement guère très loin, juste encore plus en retrait de la route. Nous avançons en silence. Une fois arrivé près des buissons et de la rivière où mon cheval poursuit son repas, je te dépose sur un lit de mousses et de feuilles. J’ouvre un de mes sacs pour en sortir une couverture que je plie et glisse sous ta tête. Je te recouvre d’une autre. Puis j’allume le feu. Je le laisse prendre lentement, alors que je verse de l’eau fraîche dans un récipient avec quelques fleurs odorantes. Je mouille un linge, et je te tamponne la figure. « Allez, réveille-toi. » Je murmure, curieux de savoir ce qui t’es arrivé.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Mer 27 Sep - 21:40

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

Bronwyn ne rêvait pas. Elle était bien trop épuisée pour cela. Mais quelque part dans son sommeil sans rêve, elle crut percevoir des choses. Des choses extérieures.
Elle entendit des pas sur les feuilles et sentit quelque chose d'humide parcourir son visage. Puis la chose humide disparut, et elle eut l'impression qu'on lui touchait le front.
Une voix se alors fit entendre, mais elle ne parvint pas à comprendre les mots qu'elle prononçait. Et quelques instants plus tard, elle se sentit comme soulevée du sol avant d'atterrir de nouveau quelques instants plus tard.
D'autres bruits se faisaient entendre. Le sabot d'un cheval qui tapait sur le sol, le crépitement d'un feu...Qui elle sentit quelque chose de froid passer sur son visage. Froid avec une odeur de fleur.

Quelques instants plus tard, sa perception devint plus nette. Et si elle n'avait pas ouvert les yeux, elle entendait tout ce qui se passait autour d'elle.
La voix qu'elle avait entendue plus tôt s'adressait à elle.

-Allez, réveille-toi. Lui disait-elle.

C'était une voix masculine, à l'évidence. Murmurante, sans une once de violence.
Et elle avait raison. La fuyarde ignorait depuis combien de temps elle se trouvait inconsciente, mais elle était au moins certaine d'une chose: le moment était venu d'ouvrir les yeux.

Elle essaya une première fois, mais cela n'eut pour effet que de faire trembloter ses paupières. Et la fatigue la prenait de nouveau. Elle laissa la vague de lassitude passer avant de faire une nouvelle tentative. Se concentrant, elle ordonna à ses paupières de se soulever. Et finalement, au prix d'un immense effort, elle y parvint.

Ce qu'elle vit tout d'abord fut flou. Et l'obscurité ambiante n'arrangeait rien. Mais quelque part, elle perçut la lumière du feu qu'elle avait entendu crépiter dans son sommeil.
Et lorsque ses yeux commencèrent à l'habituer, elle vit un jeune homme penché sur elle et lui tamponnant le visage avec un linge mouillé sentant les fleurs.

-Où suis-je? Demanda-t-elle lorsqu'elle parvint à retrouver sa voix. Qu'est-ce qui m'est arrivé? Je marchais et...Je ne me souviens plus.

Elle laissa son regards vagabonder ailleurs lorsqu'elle vit tout près...Un loup?
Elle eut un petit sursaut, mais plus de surprise que de peur.  Même s'il la regardait avec insistance, Moïra lui avait dit qu'un loup seul n'attaquait jamais l'homme. Enfin, elle admettait qu'en ce moment même elle doutait un peu. Elle avait entendu parler de loups et en avait déjà vu des empaillés...Mais elle n'en avait jamais vu de vivant. Et encore moins de cette taille.

-Il y a un loup, fit-elle remarquer en espérant que le jeune homme puisse lui expliquer ce qui se passait.

©️ eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Sam 30 Sep - 18:16

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

J’ignore si tu t’es endormie ou évanouie. Mais je tente de te ramener dans le monde des vivants. Pour cela j’utilise de fraîche l’eau parfumée aux fleurs et une voix calme et douce. Le Loup et le Corbeau restent tous deux à bonne distance, tandis que le Cheval indifférent continue son repas. Je poursuis mes gestes avec toujours la même litanie : « Réveille-toi. » Je murmure inlassablement sans cesser mes gestes. Je plonge le linge dans le récipient rempli d’eau, et je le tords avant de revenir te tamponner le front avec douceur. Tes paupières frémissent légèrement m’indiquant que tu t’approches de l’éveil. Et je poursuis mes gestes de soigneur destinés à t’aider à émerger du monde des rêves ou bien de celui du sommeil sans songe. Je me demande qui tu es et ce que tu fais seule en pleine forêt à cette heure crépusculaire. Le temps que je prends pour m’occuper de toi permet au soleil de descendre à l’horizon. Et la forêt prend ses teintes nocturnes.

Et tes yeux paillonnent avant de s’ouvrir totalement. Je retire le linge et je me penche un peu au-dessus de toi pour t’observer. Tu es pâle, mais bien consciente. Tu n’es guère fiévreuse. Par contre tu sembles bien épuisée. J’ai un sourire bienveillant pour toi. « Dans les sous-bois, à bonne distance de la route. » Je réponds en m’asseyant sur mes talons à tes côtés. « Bonsoir damoiselle, comment te sens-tu ? » Je te questionne en bon guérisseur alors que je prends dans ma besace une outre d’eau. Il te faut boire, c’est important. Ensuite quand je serais sûre que tu ne risques rien, que tu ne souffres d’aucun mal, je nous préparerais un repas. « Je suppose que tu t’es évanouie. » Je réponds à ta dernière question.

Je te laisse de l’espace pour t’asseoir tout en ouvrant l’outre. Mon regard suit le tien quand tu signales la présence de mon compagnon. Le Loup est allongé, tête haute, et il t’observe. « Tu devrais le remercier. C’est lui qui t’a trouvée. C’est assez dangereux d’errer seule, quand on ne connaît pas vraiment les bois. » Je murmure. Moi, je sais me défendre. Je suis Druide après tout. Et j’ai le Loup et le Corbeau. Et puis, je connais les chemins que personne m’emprunte, où je sais que je voyagerais en solitaire, profondément enfoncer dans les bois. « Tu n’as rien à craindre. C’est un compagnon fidèle depuis des années, il ne te fera aucun mal. » Je tente de te rassurer. « Leur mauvaise réputation est surfaite, crois-moi. » Je la connais comme tout le monde. Mais à vivre au milieu de la forêt et en avoir un qui veille sur moi me permet de penser autrement. Le loup finit par se lever et s’approche en remuant la queue. Je caresse son museau et mes doigts courent ensuite entre ses oreilles. « Tu vois. Il est gentil. Tiens bois. » J’ajoute en te présentant l’eau. « Je m’appelle Lucán. », je me présente finalement poliment.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Sam 30 Sep - 22:43

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

La jeune femme était déboussolée. Comment avait-elle fait pour se retrouver ainsi? Allongée sur des couvertures, soignée par un jeune homme inconnu à l'air juvénile.
Avec peine, elle prononça quelques mots visant à déterminer où elle était et ce qui venait de se passer.

-Dans les sous-bois, avait répondu le jeune homme, à bonne distance de la route.

Il marqua une pause avant d'ajouter:

-Bonsoir damoiselle, comment te sens-tu ?

-Mieux qu'il y a quelques minutes, parvint-elle à répondre. A ce qu'il semblerait.

Mais comment diable avait-elle atterri ici?

-Je suppose que tu t’es évanouie. Dit-encore le jeune homme pour répondre à cette question qu'elle avait posée en se réveillant.

La jeune femme avait du mal à rassembler ses esprits. Elle était faible et déshydratée. Alors qu'elle observait autour d'elle, le jeune homme s'était éloigné afin d'aller chercher une outre. C'était là qu'elle avait repéré le loup.

-Tu devrais le remercier, lui dit-il lorsqu'elle en le remarqua. C’est lui qui t’a trouvée. C’est assez dangereux d’errer seule, quand on ne connaît pas vraiment les bois.

-Je suivais la route au mieux, à distance, répondit Bronwyn. Justement pour ne pas me perdre...En vérité, il semblerait que j'ai mal évalué le temps que mon voyage me prendrait.

Les choses lui revenaient. Elle avait fui le château précipitamment, emportant plus d'argent que de vivres. Mais l'or ne se mangeait pas lorsque la distance entre deux auberges ou villages était trop importante.

Puis son regard se concentra sur le loup. Il l'avait trouvé, avait-il dit? Peut-être était-ce cela qu'elle avait senti dans son sommeil. Cette chose humide qui lui avait parcouru le visage...Une langue de loup?

Levant sa main gauche du mieux qu'elle le put, elle entreprit de la tendre en direction du loup afin de lui accorder une caresse en remerciement, mais à mi-chemin, elle hésita et jeta un regard au jeune homme.

-Tu n’as rien à craindre, lui dit-il. C’est un compagnon fidèle depuis des années, il ne te fera aucun mal. Leur mauvaise réputation est surfaite, crois-moi.

-Je sais, répondit-elle. Ma nourrice me l'avait dit...Elle les aimait beaucoup.

Parler d'elle qui avait été une véritable mère pour Bronwyn était pour cette dernière une véritable torture...Mais ainsi les choses étaient-elles faites.
Voyant le jeune homme lui jeter un regard, le loup se leva et se laissa caresser. Un peu plus confiante Bronwyn tendit davantage le bras que le loup vint inspecter de son museau avant d'y mettre de petits coups de langue. La main de Bronwyn le toucha entre les yeux, puis sur la tête entre les oreilles avant de descendre sur sa nuque douce. Le loup baissait la tête afin de lui faciliter la tâche.

-Tu vois. Lui dit le jeune homme. Il est gentil. Tiens bois.

Bronwyn laissa retomber sa main afin de prendre l'outre qu'on lui tendait.

-Merci, prononça-t-elle avant de commencer à boire.

Puis le jeune homme se présenta:

-Je m’appelle Lucán.


-Bronwyn, répondit la fuyarde une fois qu'elle estima avoir assez bu. Mon nom est Bronwyn. De la famille Éile Tuascert...Et je me suis enfuie de chez moi dans le but de rejoindre Tara.

Et si elle ne se trompait pas à son propos, elle pensait pouvoir lui dire ce qui l’amenait. En effet, un homme ayant pour ami un loup ne pouvait qu'être l'une des personnes qu'elle recherchait...Ou bien l'une des créatures dont Moïra lui avait si souvent parlé.

-Je cherche les druides, lui avoua-t-elle donc. Afin de les servir...Pour réparer une erreur commise par ma famille. Une vie pour une vie. Je tiens à payer cette dette.

Elle savait bien que cela ne ramènerait pas Moïra d'entre les morts...Mais elle se voulait d'appartenir à un sang qui avait condamné sa nourrice et tutrice à la peine capitale. Elle qui l'avait sauvée de la mort, une fois...

-Seriez-vous l'un d'entre eux? Hasarda-t-elle.

Elle pouvait lui poser la question. Il l'avait sauvée et avec lui et le loup, elle se sentait en sécurité.

©️ eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Sam 7 Oct - 12:48

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

Je te laisse reprendre tes esprits lentement et à ton aise. Rien ne sert de te presser de questions. Et hormis pour savoir comment tu te sens, si tu souffres d’un quelconque mal, je n’en poserais aucune. Je ne suis pas curieux de la vie des gens. Mais je suis guérisseur, alors parfois j’ai besoin d’interroger pour déterminer de quelle maladie souffre l’autre. Cela dit en ce qui te concerne, je pense que tu es surtout fatiguée, assoiffée et affamée. Et si tu erres seule depuis des jours sur la grande route sans rien à manger et boire… Et avec patience tout en préparant ce don j’ai besoin pour nous assurer un repas chaud avant la nuit, je réponds à tes questions. Tu es bel et bien perdue de toute évidence. Et tu ignores à quel point tu t’es enfoncée dans les sous-bois déviant de ton chemin initial. « Après avoir bu et un repas chaud, tu te sentiras encore mieux. Tu as surtout besoin de repos. Souffres-tu de mal de tête ou de nausée ? » Ce sont des symptômes de la fatigue et de la faim. Et pour soigner cela, j’ai les herbes qu’il faut dans ma besace.

Et rapidement ton attention est happée par la présence du Loup. J’ai un sourire amusé. Je peux constater que tu n’es pas totalement effrayée. Peut-être n’es-tu pas encore totalement sortie du monde des songes, et que tes réflexes sont donc plus lents ? Néanmoins je te réponds et j’invite mon compagnon à venir plus près. Je t’écoute m’expliquer comment tu t’es perdue seule dans les bois. « Ma foi, la route tourne à un moment. Si tu as continué tout droit alors oui, tu t’es éloignée de ton chemin. », j’explique avec un hochement de tête. Personnellement, je préfère errer dans les bois que d’emprunter une grande route. C’est plus sur, il y a moins de brigands dans la profondeur des sous-bois. Ce qui m’intrigue le plus est de savoir comment une jeune femme richement vêtue et aussi jeune peut se retrouver à voyager seule. Ce n’est guère très prudent.

Et le Loup approche, curieux. Je flatte sa tête pour appuyer mes mots. Et je te laisse en faire de même. Il ne se sent nullement menacé ou en danger. Complaisant, il baisse même la tête pour se laisser caresser et il lèche tes doigts fins. J’ai un sourire amusé alors que je sors une outre d’eau. J’en profite pour prendre un couteau. J’ai des lapins à dépiauter et à vider avant de le faire rôtir. Je t’offre un sourire, quand tu parles de ta nourrice tout en continuant de préparer notre repas. Mais avant toute chose, je te présente de l’eau fraîche. Il te faut boire et rapidement. Cela t’aidera à apaiser ta soif. Et puis poliment je me présente. Et tu me donnes ton nom ainsi que celui de ta famille. Cependant, cela ne me dit rien. Je comprends néanmoins que tu es fille de Seigneur. Et comme j’évite souvent les villes au profit des villages et des fermes isolées. Je ne me sens en sécurité que dans les grandes étendues peu peuplées. Les villes sont à mes yeux le symbole des Chrétiens.

Puis tu me contes ton histoire. Je t’écoute tout en dépiautant un lapin et en l’éventrant pour le vider. Les viscères reviennent au Loup, qui ne se fait pas prier pour les manger. Elles attirent aussi le Corbeau, qui quitte son perchoir pour venir disputer la pitance de l’autre prédateur. Comme nous sommes deux, je réitère le même geste avec un second lapin. J’ai un froncement de sourcils et je suspends mes gestes, quand tu m’avoues chercher des Druides à Tara. Quelle étrange idée. Je n’ai aucune raison de te mentir. « Je suis Devin. » Je réponds. Mais peut-être ignores-tu beaucoup de choses sur nous. « Donc oui un Druide… Mais aller chercher des Druides à Tara ? C’est… une drôle d’idée. Je veux dire Tara est une ville, bastion des Chrétiens. Et nous tirons notre magie de la nature, que nous vénérons et respectons. Tu aurais plus de chance en t’éloignant des grandes villes, en cherchant des villages isolés ou des Nemetons. » J’explique tout en mettant au-dessus du feu les deux lapins. Je t’observe un moment. « Quelle dette penses-tu devoir nous payer ? » Je ne comprends pas très bien. Nous ne demandons jamais de paiement pour notre aide…
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Sam 7 Oct - 14:24

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

La tête de la jeune fille lui tournait. Elle ne savait pas combien de temps elle était restée inconsciente, mais pour sûr, cela ne lui avait pas fait beaucoup de bien. C'était tout autant de temps sans boire ni manger.

-Après avoir bu et un repas chaud, tu te sentiras encore mieux. Lui dit le jeune homme qui l'avait trouvée évanouie. Tu as surtout besoin de repos. Souffres-tu de mal de tête ou de nausée ?

-La tête me tourne un peu, répondit-elle. Mais je crois que je vais bien.

Elle lui expliqua qu'elle était restée à proximité de la route, la suivant de loin afin  de se tenir éloignée du danger, mais apparemment elle avait raté un tournant et s'était enfoncée dans les bois.

Puis une succession d'événements logiques s’étaient produits. Faim, soif, épuisement, évanouissement. Et son réveil ici.

Enfin, le jeune homme se présenta et elle fit de même avec lui. Elle lui confia même les raisons de son voyage.

-Je suis Devin. Lui avait-il répondu lorsqu'elle lui demanda s'il faisait partie des druides, le loup n'étant certainement pas un simple croisement domestique. Donc oui un Druide… Mais aller chercher des Druides à Tara ? C’est… une drôle d’idée. Je veux dire Tara est une ville, bastion des Chrétiens. Et nous tirons notre magie de la nature, que nous vénérons et respectons. Tu aurais plus de chance en t’éloignant des grandes villes, en cherchant des villages isolés ou des Nemetons.

Bronwyn haussa les épaules.

-Je ne connais pas bien l'endroit, avoua-t-elle. Les seules fois où je suis venue c'était pour rendre visite à ma sœur, la reine Aillin. Je ne sais pas où se trouvent les villages et encore moins vos sanctuaires.
Je me disais que peut-être en ville il pourrait y avoir des partisans de l'ancienne croyance qui me renseigneraient...Ou bien des vôtres vivant cachés au milieu des chrétiens.


Car parfois, se cacher sous le nez de ceux qui nous traquaient était l’endroit où nous nous trouvions le plus en sécurité.

-Quelle dette penses-tu devoir nous payer ? Lui demanda Lucán lorsqu'elle lui révéla la raison in fine de son évasion.

-Une vie pour une vie...Répondit-elle, hésitant un moment avant de dire la suite. Je...Enfin, quand j'étais petite, j'avais une nourrice, plus tard devenue ma tutrice. Elle s'appelait Moïra et elle était comme vous. Elle m'a sauvée d'une maladie alors que tout le monde pensait que j'allais passer de l'autre côté. Et quelques années plus tard, mes parents ont appris qui elle était...Et malgré le fait qu'elle m'eut sauvée, elle fut exécutée.

Elle marqua une pause, sentant les larmes lui monter.

-Elle m'a sauvée, et je n'ai pas pu la sauver...En plus d'être du sang de ceux qui l'ont tuée. Et pour cela je vous dois une vie.

©️ eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Dim 15 Oct - 10:35

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

Je te laisse reprendre tes esprits lentement. Te brusquer n’amènera rien de bon. Et tu ne sembles pas vouloir fuir très loin et très vite, ni représenter un danger potentiel pour moi. Je suis sûrement plus apte à me défende que tu ne l’es. Tu sembles bien frêle en réalité. « Tu as faim. Je vais te donner un peu de pain. », je réplique avec un sourire. « Et sinon, après ce sera lapin et fruits sauvages. », j’ajoute avec un clin d’oeil. Manger te fera le plus grand bien. Et cela calmera sûrement tes maux. Je sors donc le pain et je t’en découpe une tranche, que je te tends. Et je te questionne un peu, tout en ne me faisant point trop intrusif. Rien ne t’oblige à me répondre, mais il est rare qu’une jeune femme issue d’une famille de Seigneur, se promène seule en pleine forêt. J’évite de te dire que tu es chanceuse de me rencontrer moi et non pas des brigands…

Ton explication sur les raisons de ton voyage m’intrigue. Je trouve étonnant d’aller à Tara pour rencontrer des Druides. Certes il doit y en avoir quelques-uns, qui y résident ou y séjournent l’hiver. C’est une grande cité, et certains habitants vénèrent toujours les Anciens Dieux. Mais de là à réussir à les trouver, si tu n’es pas une initiée… Je doute que tu y arriveras. Alors je te réponds en désignant des lieux plus propices à rencontrer des Druides. « Il y en a sûrement. Mais si tu ne pratiques pas l’Ancienne Religion, je doute que tu arrives à les trouver. », je commente doucement tout en mettant les deux lapins à cuire. « Il te faut t’éloigner des grandes cités, si tu désires réellement trouver facilement un village, un sanctuaire ou un Druide errant. », j’explique avec patience où et comment rencontrer les miens. « Dis-moi si je fais erreur, mais tu es Chrétienne et tu ne connais pas grand-chose de ce qu’on appelle l’Ancienne Religion, n’est-ce pas ? » J’en suis persuadé.

Je découpe une seconde tranche de pain, que j’émiette pour le Corbeau. Et tout en se faisant, je te questionne sur ton désir d’offrir ta vie en échange d’une autre. Certes l’équilibre doit être maintenu, mais cela ne s’applique que quand un Druide relève un mort. Du moins, c’est ce que l’on dit. J’attends de voir qui est réellement capable de ramener à la vie un mort. Je t’écoute tout en mangeant un peu de pain. Et je finis par m’installer jambes croisées au sol face au feu. Par jeu, je tends la main directement dans le feu, et je la ressors en flamme. Mais je ne peux pas brûler. Ensuite je transforme la flamme en petits personnages, qui dansent près du feu. C’est amusant à regarder. « Ce n’est pas exactement ainsi que les choses fonctionnent, tu sais. », je finis par déclarer.

« Je comprends ton attachement à ta nourrice et ton besoin de faire ton deuil, tout en réparant ce que tu crois être une faute. Mais tu n’es pas responsable. Personne ne te demande de te sacrifier pour réparer cette erreur. » Je me tais un peu tout en observant le feu, qui brûle toujours autour de ma main. « Tu peux te convertir à nos croyances. Mais fais-le parce que tu y crois, pas en réparation… Apprends nos coutumes, nos mythes, nos rites. Intéresse-toi à ce qui fait réellement notre croyance, aux Feys, aux Divinités… Et si cela te touche, si tu y crois, convertis-toi. Mais ne le fais pas juste pour payer une supposée dette. » Car toute conversion doit être sincère. Et je peux t’aider sur le chemin que tu sembles avoir choisi de suivre, mais seulement si tes intentions sont sincères.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Dim 15 Oct - 14:41

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

Bronwyn était prise de légers vertiges à cause de son ventre vide. Mais le jeune druide lui avait proposé de lui donner quelque chose à manger en plus de l'eau qu'il lui avait déjà passée.

-Tu as faim, lui disait-il. Je vais te donner un peu de pain. Et sinon, après ce sera lapin et fruits sauvages.

-Tu n'es pas obligé, lui répondit la jeune fille. Je ne pourrais jamais avaler tout ça. Et tu dois penser à toi.

Elle connaissait cette sensation de faim qui pouvait donner l'impression d'être capable de manger une vache tout entière avant de s'estomper en plein repas. Et il en alla de même lorsqu'elle se mit à manger la tranche de pain que le garçon lui tendit.

Lorsqu'il lui annonça que trouver des druides à Tara était une drôle d'idée, elle lui expliqua qu'il s'agissait là de la seule option qu'elle avait trouvée, n'étant que peu sortie du château. Mais le jeune druide semblait plutôt sceptique au niveau de sa démarche.

-Il y en a sûrement. Mais si tu ne pratiques pas l’Ancienne Religion, je doute que tu arrives à les trouver. Il te faut t’éloigner des grandes cités, si tu désires réellement trouver facilement un village, un sanctuaire ou un Druide errant. Dis-moi si je fais erreur, mais tu es Chrétienne et tu ne connais pas grand-chose de ce qu’on appelle l’Ancienne Religion, n’est-ce pas ?

Bronwyn hocha la tête positivement.

-Je ne sais que ce que ma tutrice m'en a dit, déclara-t-elle.

Puis elle lui raconta son histoire, ce qui l'avait décidée à quitter sa famille pour se rendre à la capitale.

-Ce n’est pas exactement ainsi que les choses fonctionnent, tu sais, lui répondit le druide. Je comprends ton attachement à ta nourrice et ton besoin de faire ton deuil, tout en réparant ce que tu crois être une faute. Mais tu n’es pas responsable. Personne ne te demande de te sacrifier pour réparer cette erreur.

-Il s'agit de mon sang, affirma la jeune fille en retour.
Mon père, ma mère, mes oncles et tantes, et pas un d'entre eux ne payera pour ce qui s'est passé. Et sachant que c'est moi qui fut sauvée étant enfant...J'estime que c'est à moi de réparer ce qui a été fait. A ma façon. En remplissant des tâches utiles aux druides et aux divinités afin de combler autant que possible le vide laissé.

Rien ne saurait la faire changer d'avis. Elle était allée trop loin et nul retour en arrière n'était possible. Et de toute façon, il était hors de question de vivre ne serait-ce une minute de plus auprès de ceux qui étaient responsables de la mort de celle qui avait été pour elle comme une mère.

-Tu peux te convertir à nos croyances, lui disait encore Lucán.Mais fais-le parce que tu y crois, pas en réparation… Apprends nos coutumes, nos mythes, nos rites. Intéresse-toi à ce qui fait réellement notre croyance, aux Feys, aux Divinités…Et si cela te touche, si tu y crois, convertis-toi. Mais ne le fais pas juste pour payer une supposée dette.

-Il n'est pas vraiment question de conversion, déclara la princesse. Mais de servitude et de soumission. Croire en Dieu fait partie de mon essence, de mon être, mais cela ne m'a jamais empêché de penser qu'il y avait plus et plus près de nous. Mon sang leur a pris quelque chose, je me dois de le remplacer dans la mesure du possible.

Seule la vie pouvait racheter la mort. C'était donc la sienne qu'elle offrirait en échange. Elle accomplirait ce que MoÏra ne pouvait plus accomplir.
©️ eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Mar 31 Oct - 19:57

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

J’ai un souris amusé à ta remarque. « Tu dois quand même manger un peu de viande. Cela te remettra sur pieds. », je commente avec la sagesse des Guérisseurs. J’ai déjà vu ce genre de mal, qui vient du manque de viande. Et même si tu as fait plusieurs jours sans rien avaler, il te faut manger un minimum. « Et puis, je peux chasser. Je vis au milieu des bois, donc ne t’inquiète pas tu ne me prives de rien. » Je partage avec bon cœur le peu que je possède. Je finis de préparer les lapins pour notre festin commun. Je t’écoute tout en cuisinant au mieux au vu de nos ressources la viande. Et j’imagine que tu as connu de plus appétissants et copieux festins dans ta vie. Mais le mien sera suffisamment nourrissant pour t’aider à te remettre.

Ton idée me surprend. Pourtant je te réponds calmement, exposant la difficulté de trouver des Druides dans une cité majoritairement chrétienne sans être un initié à notre culte et nos croyances. Et je m’avance peu en te demandant si tu es une Chrétienne. Ta manière de penser est semblable à celle de la guerrière, qui me perturbe tant. Il n’y a que vous pour imaginer devoir tout payer de votre vie. Autrement dit, ton plan est voué à l’échec. Même si tu es têtue et tente de me prouver que tu as raison, je connais mieux les miens que toi. Et je sais comment nous agissons et réfléchissons. Je soupire doucement. « Tu penses en Chrétienne et fille de Seigneur. », je commente sobrement. « Mais sache qu’aucun Druide ne t’acceptera comme servante, quelles que soient tes motivations et ton désir de repenti et martyre. », j’ai un vague haussement d’épaule.

Je tourne les lapins lentement au-dessus du feu avec lequel préalablement j’ai un peu joué. Je te sens têtue et très sûre de toi. Malheureusement, le monde en dehors de ton château est bien différent de ce que tu imagines. « Tu as raison, on ne se convertit pas à nos croyances. On y croit tout simplement. La conversion c’est pour les Chrétiens. » Je réplique en secouant la tête négativement. « Tu fais preuve d’énormément d’arrogance et de fierté. Tu agis en noble, qui n’a jamais connu le monde de l’autre côté des remparts du château de son père. Ce n’est pas un jugement. Mais tu ne sais rien de nous, des Druides, de ce en quoi nous croyons. Tu veux débarquer face à nous avec ton besoin de rédemption, lié à ta foi en ce fameux Christ. Tu prétends vouloir servir pour réparer comme si cela allait racheter une vie. Mais dis-mois, petite princesse, qui t’a dit qu’on voulait que cette vie soit rachetée ? Qu’est-ce qui te rend si sûre qu’un Druide te prendra comme servante, toi la Chrétienne, la fille qui appartient au clan de ceux qui nous massacrent ? » Je questionne posément, mais de manière plus directe et tranchante.

« Quel Druide prendrait le risque que tu conduises à lui et ses fidèles une armée de guerriers chrétiens ? Tu ne comprends pas nos croyances, nos rites ou même comment nous voyons le monde. Tu veux nous plier à ta vision des choses… Alors je suis désolé de te l’annoncer, mais ton plan ne te mènera à rien. Au mieux auras-tu plus de sang sur les mains, celui de tous les Celtes qui se montreront généreux avec toi. », je termine de ma voix continuellement douce. Mon regard se pose sur toi toujours assisse sur les couvertures. Le Loup a déposé sa tête sur ses pattes et le Corbeau a rejoint la cime des arbres. « Rentre chez toi princesse. Présente tes excuses à ton père. Épouse l’homme qu’on t’imposera et prie ton dieu pour qu’il te pardonne. », j’ajoute finalement avant de tourner à nouveau les lapins. « Et cesse d’imaginer comprendre les Druides et les Celtes parce que ta nourrice t’as conté des mythes. Cesse d’imposer ta manière de gérer tes croyances et ton deuil au reste des habitants d’Eire. Ce n’est qu’une preuve d’orgueil de ta part. »
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Mar 31 Oct - 21:45

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

La jeune femme hésitait à prendre la nourriture que Lucán lui proposait. Elle qui avait toujours aidé les plus pauvres se sentait mal à l'aise à l'idée de prendre quelque chose à quelqu'un alors que cela revenait de droit à cette personne trop généreuse.

-Tu dois quand même manger un peu de viande, insistait le druide. Cela te remettra sur pieds. Et puis, je peux chasser. Je vis au milieu des bois, donc ne t’inquiète pas tu ne me prives de rien.

L'insistance en plus de la faim eurent finalement raison de la résolution de la jeune femme.

-Merci, répondit-elle simplement en se redressant un peu plus.

Puis elle lui expliqua ce qu'elle était venue faire si loin de chez elle, ou plutôt, ce qu'elle avait considéré comme chez elle avant qu'une goutte d'eau ne finisse par faire déborder le vase.
Cependant les réactions du druides furent loin de ce à quoi elle s'attendait.

-Tu penses en Chrétienne et fille de Seigneur, disait-il. Mais sache qu’aucun Druide ne t’acceptera comme servante, quelles que soient tes motivations et ton désir de repenti et martyre.

-En tant que quoi, alors? Le questionna-t-elle.

Pourquoi n'accepteraient-ils pas sa personne à leur service? Sa bonne volonté ne suffisait-elle pas? Ne pourrait-elle leur être utile?
Et martyre était un bien grand mot. Souffrir et mourir en espérant qu'accepter sans rien faire serait récompensé de l'autre côté...Sauf qu'elle ne comptait pas rester sans rien faire. Sinon, elle serait restée dans ce château, l'âme torturée jusqu'à la fin de ses jours...Si elle ne décidait pas d'y mettre fin elle-même, ce qui n'avait rien de chrétien.

Mais la meilleurs volonté du monde semblait insuffisante. Que disait-il? Il parlait de son arrogance et sa fierté et ses valeurs qui semblaient uniquement héritée du Christ?
Elle ne fut pas certaine de tout entendre, chamboulée parce qu'il lui disait, mais de sûr, elle sentait sa gorge et son estomac se nouer.
Pas un jugement, disait-il?

-Pourtant tu sembles me juger sans me connaître, osa-t-elle lui dire. Généraliser, faire de moi n'importe quelle fille de Seigneur comme si nous nous ressemblions toutes. Comme si nous avions la même histoire...Les mêmes joies et les mêmes peines. Mes valeurs ne sont pas seulement celles du Christ. Elles sont bien plus anciennes. Me diras-tu que parce que nos croyances diffèrent bien et mal se trouvent complètement inversés?

Non, pensait-elle. Bien sûr que non.Ce que Moïra lui avait enseigné était bien trop proche de ce qu'on lui avait enseigné à l'Eglise...Si elle n'avait pas plus pris de Moïra que de l'Eglise.

-Je suis partie, justement parce que je ne veux pas et n'ai jamais voulu de ces massacres, répondit-elle, outrée par les accusations que le druide semblait lui porter. Pas plus que je ne le voudrais. Pourquoi le ferait-je après ce qu'ils m'ont fait?

Plus les minutes passaient et plus son estomac se nouait.
Mais le pire fut quand le druide lui dit:

-Rentre chez toi princesse. Présente tes excuses à ton père. Épouse l’homme qu’on t’imposera et prie ton dieu pour qu’il te pardonne.

Rentrer chez elle? Épouser le premier pendard fortuné venu? Et que Dieu lui pardonne?
Jamais de la vie, pensa-t-elle. Plutôt mourir qu'y retourner. Et de toutes façon, ce qui l'attendant si elle revenait, c'était certainement la mort.
Ce fut à peine si elle entendit la suite. Détournant le visage en direction de l'ombre de la forêt, elle répondit sans plus aucune conviction:

-Laisse-moi mourir alors. Je n'ai plus ma place en ce monde.

Elle se sentait près de craquer et de pleurer. Et de toute façon, elle était si dégoûtée qu'elle ne pourrait plus rien avaler. Si dépitée qu'elle ne voudrait rien avaler.
A quoi servait une princesse? A pas grand chose. A quoi servait une princesse évadée? A rien du tout. Elle ne manquerait à personne et elle ne ferait rien de plus. Si le chemin s'arrêtait là, il ne ferait que s'arrêter là pour elle. Tout autour, tout continuerait. Les massacres se poursuivraient, et si elle ne provoquait rien, elle ne pourrait sauver personne non plus.
Qu'elle en finisse avec le monde, alors.
©️ eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Sam 11 Nov - 19:09

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

Je t’observe de biais. Tu es têtue. C’est une évidence à la manière, dont tu refuses obstinément de manger. Pourtant de nous deux, je suis le plus apte à survivre en pleine forêt ou dans les plaines. Je ne pense pas que la chasse soit une de tes aptitudes. Et puis même, tu n’as rien avec toi, qui te permettrais de chasser. Finalement, tu acceptes mes arguments. « Je t’en prie. », je murmure tout en m’affairant à préparer un repas chaud. Pendant que les lapins cuisent, je sors un pot de miel et j’en mets un peu sur la viande. Cela lui donnera du goût. Cependant la sérénité est de courte durée. Et encore une fois, tu me prouves que tu as des idées bien à toi et tu n’en démords pas. J’ai l’impression que quoique je puisse te dire, tu ne changeras pas d’idée. Pourtant, tu t’égares dans un rêve éveillé. La vie est très différente de ce qu’on aimerait qu’elle soit en général.

Je m’installe jambes croisées sur le sol avec un soupir. « Eh bien en tant que rien. Les Druides, qu’ils soient Druides, Devins ou Bardes n’ont pas de serviteur. Nous sommes des êtres errants, qui ne nous installons jamais à un endroit précis. Et nous voyageons seuls souvent. Parfois certains restent à un endroit précis. », j’explique en sortant les fruits de ma besace. « Seuls les Bardes ont des disciples, qui sont les futurs Druides… Donc quel que soit ton désir, je pense que tu n’auras qu’un refus. » Car quel Druide prendrait une Chrétienne sous son aile ? Ce serait signé son propre arrête de mort. Je n’ai pas l’impression que tu comprends comment nous vivons réellement. Peut-être que les prêtres chrétiens ne voyagent pas et ont des serviteurs. C’est possible. Mais les Druides ne restent jamais bien longtemps au même endroit, sauf l’Ancien, mais il est tellement vieux… Voyager lui est devenu impossible en fait.

Je poursuis mes explications, tout en préparant les baies. Je trie aussi pour ne garder que celles encore bonnes et mangeables. « Je ne te juge pas. Mais un paysan pense toujours en paysan, un guerrier pense en guerrier, un druide pense en druide, un artisan pense en artisan et un seigneur pense en seigneur. Ainsi sommes-nous faits, vois-tu, à penser selon ce qu’on nous a enseignés, selon nos croyances. », je réplique sans te regarder trop occuper à ma tâche. Et j’ai un sourire amusé. « Le bien et le mal peuvent varier, effectivement, d’une croyance à l’autre. Il n’y a qu’à remarquer comment les Chrétiens traitent la nudité, le mariage, les sacrifices ou encore les relations charnelles… Toutes ces choses qu’ils disent mal, alors que nous y voyons, nous Celtes, autre chose. » Et ce n’est qu’un exemple simpliste. Pourtant je sais qu’un sacrifice humain est considéré comme un meurtre pour les Chrétiens. Et quant à pratiquer la magie ou même ramener un mort à la vie, c’est aussi un crime abject preuve du mal… Alors oui, bien et mal peuvent ne pas avoir la même signification.

« Ô je ne dis pas que tu veux des massacres. Mais le fait est là. Tu es une fille de Seigneur chrétien, qui a fui. Ton père doit avoir envoyé ses guerriers à ta recherche. Et ils massacreront les Celtes et les Druides, si tant est que tu en trouves qui t’accepteront parmi eux. C’est inévitable. Surtout que tu clames haut et fort que tu es Chrétienne. », j’explique patiemment alors que je finis les baies. Je m’attaque donc à éplucher et couper en morceaux deux pommes et deux poires. Puis je tourne les deux lapins pour rôtir une autre partie. « Vraiment ? », je questionne. « Nous avons tous un rôle à jouer… Pourquoi désires-tu tellement mourir ?!? Et puis, je ne peux pas. Mon rôle est de soigner et sauver des vies, pas de laisser les gens mourir… » Et ce n’est que vérité. « La fatigue et la faim parlent pour toi. », j’ajoute plus doucement.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bronwyn Éile Tuascert
seigneur

avatar

Savoir faire : Princesse évadée.
Début de la légende : 16/09/2017
Parchemins : 177
Trésors trouvés : 325

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Dim 12 Nov - 15:51

Le calme après la tempête

Bronwyn & Lucán

-Je t’en prie. Répondit le druide à ses remerciements.

Même s'il avait l'air d'errer dans les bois depuis déjà bien longtemps, le jeune homme avait des manières. Bronwyn ignorait qui étaient ses parents, mais ceux-ci avaient, sans aucun doute, élevé leur enfant de la meilleure façon qu'il fut.

Mais ce simple répit relationnel pour la jeune princesse avait l'air de s'arrêter à la politesse sans aller au-delà. Lorsqu'elle voulut savoir quelle alternative équivalente il pourrait y avoir quant à la servitude, Lucán lui rpéondit:

-Eh bien en tant que rien. Les Druides, qu’ils soient Druides. Devins ou Bardes n’ont pas de serviteur. Nous sommes des êtres errants, qui ne nous installons jamais à un endroit précis. Et nous voyageons seuls souvent. Parfois certains restent à un endroit précis. Seuls les Bardes ont des disciples, qui sont les futurs Druides… Donc quel que soit ton désir, je pense que tu n’auras qu’un refus.

-Pourtant voyager n'est pas incompatible avec être suivi et aidé, répondit-elle. Et ce n'est pas là chose typiquement chrétienne. La solitude est-elle une sorte de commandement chez vous?

Cela n'était-ce donc jamais arrivé qu'un druide soit aidé par une simple personne du peuple désireuse de le faire? S'était-elle donné un but impossible?
Elle se sentait de plus en plus mal, ayant l'impression que quitter Charybde l'avait forcée à se jeter dans la gueule de Scylla sans aucune autre option.

-Je ne te juge pas. Mais un paysan pense toujours en paysan, un guerrier pense en guerrier, un druide pense en druide, un artisan pense en artisan et un seigneur pense en seigneur. Ainsi sommes-nous faits, vois-tu, à penser selon ce qu’on nous a enseignés, selon nos croyances.  Le bien et le mal peuvent varier, effectivement, d’une croyance à l’autre. Il n’y a qu’à remarquer comment les Chrétiens traitent la nudité, le mariage, les sacrifices ou encore les relations charnelles…Toutes ces choses qu’ils disent mal, alors que nous y voyons, nous Celtes, autre chose.

Bronwyn ferma les yeux et leva sous ses paupières ses iris au ciel. Que de jugements en vérité...

-Si, répondit-elle encore. Tu me juges sur des idées préconçues. Toute personne n'est pas ce qu'elle paraît. Un certain nombre l'est peut-être, mais toutes, non.  Ainsi parce que je suis de haut rang je devrais rester bien à l'abri dans ma tour en attendant d'être fiancée à quelqu'un que l'on aura choisi pour moi et continuer sur un chemin qui n'est pas celui que j'aurai pu écrire seule? Si j'étais vraiment une princesse chrétienne agissant et pensant comme une princesse chrétienne "lambda" parce qu'on lui a appris à être ainsi, alors je serai restée chez moi et l'exécution de Moïra ne m'aurait rien fait. J'aurai juste pensé qu'en tant que sorcière elle avait mérité son sort peut importe qu'elle m'ait sauvée ou pas étant enfant, et j'aurai patiemment attendu la suite en souriant quand cela m'aurait été demandé et en feignant la compassion lorsque l'usage l'aurait exigé...Sauf qu'il m'a été impossible de penser et de vivre ainsi. Parce que je suis humaine avant tout. Mon être ne se limite pas à des préceptes et à des cours.

Jugée elle l'avait été suffisamment lorsqu'elle avait exprimé son soutien à celle qui avait été pour elle comme une mère...Parce que ce n'était pas ainsi qu'une princesse devait penser et agir...Et cela l'avait conduite au confinement.
Était-il en réalité possible d'aller quelque part dans le monde sans faire face au jugement d'autrui? Alors qu'elle n'avait jamais rien fait de mal, en toute objectivité et quelle que fut la religion concernée?

-De plus, ajouta-t-elle, je suis Celte par le sang. Mon père, en se convertissant, a changé de religion et en a décidé ainsi pour toute notre famille. Mais cela ne retire en rien notre nature. En partant de cela qu'est-ce qui est légitime et qu'est-ce qui ne l'est pas?

Et, en d'autres termes: qui était-elle réellement?
Elle poursuivit en affirmant qu'elle n'avait voulu aucun des massacres perpétrés par les convertis chrétiens sur les terres de l'Eire, mais le druide lui renvoya ce qu'il pensait être l'avenir en pleine face.

-Ô je ne dis pas que tu veux des massacres. Mais le fait est là. Tu es une fille de Seigneur chrétien, qui a fui. Ton père doit avoir envoyé ses guerriers à ta recherche. Et ils massacreront les Celtes et les Druides, si tant est que tu en trouves qui t’accepteront parmi eux. C’est inévitable. Surtout que tu clames haut et fort que tu es Chrétienne.

-Je n'ai pas dit que j'étais Chrétienne, le contredit-elle en secouant la tête. Je n'ai fait que te donner mon nom parce que je savais que tu n'étais pas un chrétien. Aucun chrétien n'est suivi d'animaux comme tu l'es, je savais que tu ne pourrais pas me dénoncer. Le reste, tu l'as deviné parce que tu n'es pas n'importe qui. Tu vois des choses qu'un simple humain ne peut voir.

Elle marqua une pause et poursuivit.

-Quoi qu'il en soit, les choses sont ainsi faites. Fuite ou non il avait déjà commencé son oeuvre destructrice.

Vrai. Même si elle n'avait jamais quitté le château son père aurait donné l'ordre de tuer des "païens" comme il les appelait en oubliant ses propres parents. Moïra et tant d'autres en avaient déjà fait les frais, il continuait juste ce qu'il avait commencé, ce qui serait aussi arrivé si elle était restée. La seule chose qui pouvait changer avec sa fuite, c'était qu'elle pouvait tenter d'éviter cela. Et dans le pire des cas, elle servirait de monnaie d'échange. Et sa dette serait définitivement réglée.

Mais les choses ne se désamorçaient pas. FInaement, Bronwyn abandonna et demanda à Lucán de laisser tomber et de la laisser mourir car elle n'avait plus sa place en ce monde.

[color=#009966]-Vraiment ?/color] S'étonna-t-il. Nous avons tous un rôle à jouer…Pourquoi désires-tu tellement mourir ?!? Et puis, je ne peux pas. Mon rôle est de soigner et sauver des vies, pas de laisser les gens mourir…La fatigue et la faim parlent pour toi.

-Rentrer en An Mhumhainu revient à me condamner à mort. Répondit-elle d'un ton tout aussi plat, dénué d'émotion.Je suis parfaitement consciente de cela. Alors quitte à en arriver au même point, autant ne pas faire traîner les choses. Si j'ai un rôle à jouer, alors je considère que c'est déjà chose faite. Si je suis forcée de rentrer et de tout abandonner, alors je n'ai aucun avenir.Mieux vaut la faim et la douleur plutôt que la hache.


©️ eire chronicles

_________________
La Princesse évadée
Rule with the heart of a servant. Serve with the heart of a princess.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 817
Trésors trouvés : 1385
Age : 33

MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   Ven 12 Jan - 18:12

Le calme après la tempête

Bronwyn Éile Tuascert & Lucán

Je soupire doucement. Il est compliqué d’expliquer des us et coutumes, des croyances et habitudes à quelqu’un qui ne connaît pas la culture ou la croyance de l’autre. Comment pourrais-je t’expliquer ce genre de choses, alors que tu ne connais rien à nos croyance et rites. Je ne doute pas que tu saches certains de nos mythes, ou le nom de certaines Feys parce que ta nourrice te les a contés autrefois. Mais ce qui est important, ce qui fait un Celte, cela tu l’ignores. Et c’est logique. Je ne connais que des brides d’informations sur les Chrétiens. « Les Seigneurs ont des serviteurs. Les Druides ne sont pas des Seigneurs. », je réponds basiquement. « Tous doivent le respect aux Druides, mais nul ne doit s’abaisser à le servir comme un dieu… Nous voyageons seul parce que c’est ainsi que nous avons toujours vécu, sans attache, pour être au service de tous et de tous les dieux. » J’ignore si je suis assez explicite en cet instant.

Et tu te lances dans un long monologue. Je t’écoute alors que tu m’accuses de jugement, parce que je n’approuve pas ton idée, et que je te rappelle que tu penses en fonction de toi et de ton éducation. Mais ce que tu dis ne fait que confirmer ma pensée première. Même sans te juger, tu es une damoiselle de na noblesse, une jeune femme élevée derrière des murs, qui ignore tout de la vie des autres… Et ton attitude en cet instant t’attirera plus d’ennemis que d’alliés. « Non, ce que tu fais c’est justifié tes décisions par de bons sentiments pour prouver que tu es quelqu’un de bon et charitable. », je finis par soupirer. Et voilà que tu joues sur les mots me faisant sourire. « De ce que tu as dit, tu crois en leur dieu unique et tu es baptisée… Tu es donc selon leurs préceptes Chrétiens. », je réplique en haussant des épaules.

Peut-être pourrais-je arguer que je connais l’avenir, que je suis Devin, et que je peux savoir ce que tes actes auront comme conséquences, mais cela ne servira à rien. Tu n’écoutes pas. Tu as ton idée. Et tu t’y accroches sans vouloir démordre et sans laisser aux autres l’espace nécessaire à la discussion. J’ignore ce que tu penses accomplir comme sacrifice et comme acte de bravoure. Mais je doute que tu arrives à tes fins. Mais soit, tu finiras peut-être par rencontre un autre Druide. Mais je doute qu’un Druide accepte de s’encombrer de toi, qui n’est clairement pas faite pour vivre en pleine nature. « Tu t’avances beaucoup sur ce qui m’est possible ou non de faire. Qui te dis qu’un simple paysan même Chrétien ne pourrait apprivoiser un loup ? », je réplique. Cela n’est pas impossible, je l’ai déjà vu faire pour peu qu’on trouve le loup assez jeune.

Ô je ne doute guère qu’un Seigneur chrétien massacre régulièrement des païens, comme ils nous appellent, pour gagner sa place au paradis. Étrangement, tuer quelqu’un d’une autre croyance n’est pas interdit, même s’ils disent que leur dieu a interdit le meurtre. Mais il faut croire que cela ne s’applique qu’entre Chrétiens. Je poursuis la préparation du repas tout en t’écoutant. « Ce que tu fais ne me concerne pas. », je réponds lentement. « Tu fais tes choix. Tu les assumeras. Mon rôle est de te soigner. Je le ferais. Et demain à l’aube, tu reprendras ton chemin et moi le mien… Le reste ne dépend que de toi… », car après tout, un Druide ne fait que conseiller et n’oblige à rien. « Mais un conseil, ne sois pas si sûre d’avoir raison et apprends à écouter ce que les autres disent. Même le plus humble des mendiants possède une sagesse inestimable. » Parce que ton attitude supérieure agacerait plus d’un Druide Théologien d’un certain âge… Ou bien ne m’accordes-tu aucun crédit à cause de mon jeune âge ?
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le calme après la tempête (ft.Lucán)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le calme après la tempête (ft.Lucán)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Calme après la Tempête
» Le calme après la tempête. [Scott] [RP ABANDON.]
» Le calme après la tempête ou pas... [ Roméo
» Rowena ♣ Le calme après la tempête
» Après la tempête | Kassandra

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lebor Gabála Érenn ::  :: Tara ,la Capitale :: Forêt alentours-
Sauter vers: