AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 N’est pas poète qui veut… [ Llyr mac Lóegairi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Étain Airem
tuatha dé danann

avatar

Talents cachés : Divinité de la poésie
Début de la légende : 04/10/2017
Parchemins : 108
Trésors trouvés : 213
Age : 32

MessageSujet: N’est pas poète qui veut… [ Llyr mac Lóegairi]   Sam 28 Oct - 21:26

N’est pas poète qui veut…

Llyr mac Lóegairi & Étain Airem

Assisse sur le bord d’une fenêtre, j’observe l’extérieur du palais. La cour décorée de fleurs et autres plantes forme un havre de verdure plaisant. C’est en c’est lieu que naît l’amour courtois, que les Chevaliers et Seigneurs content fleurette aux damoiselles non mariées. Bien que parfois, ils s’enhardissent à courtiser des épouses. Il faut reconnaître, que les Seigneurs humains pratiquent le mariage arrangé au nom de l’intérêt financier ou des titres. Un mariage n’est jamais qu’un contrat d’alliance entre deux familles. Je l’ai appris à force d’observer les Humains, d’errer dans les palais sous les traits d’une jeune femme de la noblesse de ces contrées. C’est une pratique courante à laquelle je ne peux adhérer. Je me suis mariée par amour. Et j’aime toujours passionnément mon époux, Midir. Mais pour les Humains, qui errent au palais royal de Tara, je ne suis qu’une jeune épouse esseulée ou une veuve.

Ma longue chevelure tressée avec soin tombe dans mon dos. Je suis vêtue richement, les tissus lourds et chatoyants enserrent mon corps fin. Ma peau diaphane n’a pas les zébrures bleutées que ma véritable apparence de Fey. Mais auraient-ils le courage de me regarder directement, s’ils me voyaient sous mon apparence réelle, celle de divinité. Tous ces hommes se croyant supérieures et les maîtres absolus, qui décident sans se soucier de ce que les femmes pensent ou désirent. Cela dit, les Chrétiens sont les pires, plus barbares dans leur manière de se comporter avec la gent féminine. Il n’y a que quand ils veulent obtenir les faveurs d’une d’entre nous, qu’ils se montrent sous leur meilleur jour. Mais cela est le sort, qu’ils réservent à leurs futures maîtresses, celles qui seront les plus déshonorées quand leur relation infidèle sera découverte. Un soupir m’échappe.

Quittant la cour des yeux, je tourne la tête vers les chuchotements, qui s’élèvent dans le couloir. Plus loin une jeune jouvencelle rougit aux compliments poétiques d’un jeune homme. Je fronce des sourcils en me concentrant sur le couple, de toute évidence en pleine parade amoureuse. La damoiselle est probablement vierge et inexpérimentée. Et l’homme sait y faire, employant de beaux mots et des belles phrases. Il la décrit comme une Fey, comme la plus belle créature sur terre. Il promet un amour pur et éternel. La ritournelle m’est connue et elle me déçoit un peu. Toujours les mêmes vers, les mêmes phrases, qui sont répétées inlassablement sans aucune grâce, ni mélodie pour mes oreilles.

Après un second soupir, je me lève. Mes doigts fins et agiles lissent mes jupons les défroissant. Et j’avance d’un pas gracieux et lent vers le couple acculé dans un coin. Les rires niais de la damoiselle résonne sur les murs de pierre. Ombre silencieuse, je m’arrête à quelques pas d’eux et j’écoute les derniers compliments déclamés par le Chevalier. Et un rire sincère m’échappe, surprenant le couple. La jeune femme, se recule et rougit de plus belle. « Ma foi Messire, vous êtes habille avec les mots. », je commente de ma voix douce et chantante. « Mais n’est point poète qui le désire. », je plaisante avec un clin d’œil. « J’ose espérer que vous puissiez faire mieux comme ver… »
©️ eire chronicles

_________________

Poétesse à la voix d'or
“Le souvenir est poésie, et la poésie n’est autre que souvenir.” de Giovanni Pascoli
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llyr mac Lóegairi
guerrier

avatar

Talents cachés : Guerrier plutôt adroit, stratège, malicieux personnage, conteur hors pair, pitre à ses heures, voleur talentueux, canaille invétéré.
Savoir faire : Prince en fuite, guerrier.
Début de la légende : 18/12/2013
Parchemins : 268
Trésors trouvés : 463

MessageSujet: Re: N’est pas poète qui veut… [ Llyr mac Lóegairi]   Aujourd'hui à 13:51

N’est pas poète qui veut…

Llyr mac Lóegairi & Étain Airem

Séduire des princesses, des jeunes filles de la noblesse, était plus difficile que séduire les servantes dans un grand palais comme celui de Tara. Llyr avait déjà consommé l’amour léger, et sans conséquence avec une grande partie des servantes du palais. Elles n’exigeaient guère de labeur. Souvent c’était des jeunes filles loin de leur famille, aux plaisirs simples. Parfois mariées mais pas comblées, d’autres fois promises à un autre mais choisi par leur famille, leur déplaisant. Il lui suffisait d’être une distraction, d’être aimable, plaisant, et pas insistant. Certaines pensaient devoir leur accorder leurs faveurs. Llyr n’aimait guère ce rapport bizarre qui des fois s’imposait. Il leur rappelait alors qu’il n’y avait aucun plaisir dans ces cas là et s’éclipsait. Mais ces filles du peuple, ces filles simples, n’avait pas le caractère de défi d’une jeune fille de la noblesse qui ne connaît encore les plaisirs de la chair.

Quand il croisa cette délicate fleur, il entreprit de la séduire avec quelques vers qu’il connaissait quasiment par cœur. D’abord, il vanta sa beauté, égale peut-être supérieure encore à celle des feys, puis il parla de ses yeux à la couleur des eaux sauvages de la mer, de ses cheveux dorés comme le soleil, et de l’éclat de ses prunelles qui rivalisait avec la lune. Achevant son poème, il affirma qu’il n’y aurait aucune créature au monde pour lui faire oublier cette divine vision qu’elle lui offrait, et qu’indéniablement, son cœur lui était acquis, pour l’éternité osa-t-il dire. C’était un mensonge éhonté, mais la poésie l’est toujours, à ses yeux et dans sa bouche du moins. Il prenait plaisir à écouter les bardes et les poètes à la cour de son oncle mais il n’aurait jamais pensé pouvoir rivaliser avec eux. En revanche, il s’estimait plutôt doué avec les mots pour séduire les jeunes filles, comme le prouvait la délicieuse enfant dont les joues rosissaient à vue d’œil.

La plupart du temps, les autres nobles laissaient les couples parader mais cette dame s’attarda auprès d’eux. Un bref instant, il n’eut la crainte qu’elle fusse la mère de la jeune fille ou sa grande sœur. Pire encore, si elle était la sœur de son promis. Car toutes les femmes encore seule sont généralement engagées. Les familles nobles scellent ainsi l’étendue de leur richesse et de leur territoire par des mariages. Cependant, elle paraissait guère se soucier de cette parade amoureuse, plutôt de sa poésie. Il la regarda avec curiosité. Pourquoi intervenait-elle risquant de tout flanquer par terre ? Il ne montra cependant pas son désarroi, il était capable de rattraper le coup non ? Il était doué avec les mots, tout le monde le disait ! « Noble dame, si vous me mettez au défi alors je vais essayer de vous plaire avec mes vers même si je n’ose avoir la prétention d’être un barde. » Il s’inclina envers elle, puis envers la jeune fille qu’il courtisait. « Puisqu’il m’est donné la chance de célébrer vos beautés, sachez mes dames qu’il n’est d’homme plus heureux que moi à cet instant. Vous ma dame, vous êtes pareil au soleil. Incandescente, d’une beauté céleste. Nous ne pouvons souffrir de votre absence, comme nous souffrons dans la nuit obscur. Forte heureusement, ma jeune mie, vous êtes là. Pareil à la lune, éclat argenté dont les mystères restent à conquérir. Vos secrets se cachent derrière vos yeux en amande. Et je rêve de les découvrir. »

©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org En ligne
 
N’est pas poète qui veut… [ Llyr mac Lóegairi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maudramme de Métromanie, le Poète-Bretteur
» [Dissertation L3] Ronsard et le poète lyrique
» TPE : La poésie engagée 39-45
» [LOI] Lois héraldiques royales : prologue
» Patrick Font, poésie dans les lignes mais vice entre les pup

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lebor Gabála Érenn ::  :: Tara ,la Capitale :: Chateau du Roi-
Sauter vers: