AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Prends une autre pinte et ferme là.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Róis Odharnait
le petit peuple

avatar

Talents cachés : Merrow ( à venir )
Savoir faire : Piraterie
Début de la légende : 03/12/2017
Parchemins : 37
Trésors trouvés : 81
Age : 22

MessageSujet: Prends une autre pinte et ferme là.   Sam 23 Déc - 16:11

Róis & Llyr
Prends une autre pinte et ferme là




Ce qu’il pouvait être bruyant. Assise à l’une des tables de la taverne, la jeune femme attendait que le bouffon debout sur la scène improvisée (qui n’était autre que le comptoir), finisse son piètre spectacle. Chantant une turlurette redondante et aux paroles inarticulées, ce dernier agrémentait ses mots avec quelques gestes de mains qui n’aidaient en rien à la compréhension. Lasse de devoir écouter ce refrain une énième fois, Róis finit par faire parler son mécontentement en laissant l'une ou l'autre injure quitter l’étreinte de ses lèvres. Néanmoins, celles-ci étaient, pour l’heure, maugrées à voix basse. Autour d’elle, les autres présents (pour la plupart probablement ivres) encourageaient le barbant en frappant en rythme du pied, sur le sol. Clac, clac !

« Il ne peut pas la fermer … les humains et leurs manies désagréables… »

Nonobstant son caractère pouvant aisément dissuader quiconque de l’approcher de trop près, la Fey n’était pas la seule personne assise à la table. À ses côtés trônait un homme vêtu d’un accoutrement dépoitraillé ; un manteau ouvert et négligé en plus d’une chemise laissant paraître une partie de son torse. Il s’agissait d’un humain, du moins son allure en donnait l’impression ; « Morue » lui dit-il sur un ton trahissant une raillerie certaine, ce qui n’était d’ailleurs pas pour plaire à son interlocutrice.

« Ils ne sont sûrement pas tous aussi bêtes les uns que les autres et puis, regarde autour de toi… s’ils ne peuvent pas te faire rire, peut-être pourront-ils t’apporter autre chose, non ? Ce n’est pas comme si de nombreuses raisons te gardaient enfermée de ce côté du voile. »

Un léger grognement finit par glisser entre les dents de la sirène. Cependant, son locuteur n’avait pas entièrement tort. D’ailleurs, qui était-il ? Un ami de longue date, une connaissance qu’il lui arrivait seulement de croiser dans les auberges autour d’une pinte bien remplie ? Une chose était sûre, il s’agissait davantage d’un amateur de whisky.

« Va te faire foutre… » rétorqua-t-elle sur le même ton précédemment employé.

« Tu sais ce que c’est ton problème ? Tu ne peux pas t’empêcher d’être acerbe, désagréable, malplaisante et toute autre sorte de mots signifiant que tu es odieuse. » Le manant balayait le sujet d’un vague revers de main avant de reprendre son explication ; « Tu devrais te décoincer un petit peu, essayer quelque chose de différent. Et si tu te laissais porter par les vagues pour une fois, hm ? Au lieu de faire en sorte de faire couler les autres avec toi ? Tu pourrais être surprise. »

Les secondes s’écoulaient sans que la teigne au caractère de plomb ne daigne répondre. Peut-être que son ami lui avait finalement cloué le bec, ou peut-être pas. Les mains à présent posées sur le rebord de la table, Róis prit appui sur le bois pour ensuite se redresser ; « Tu m’emmerdes Fitz. » en voilà un prénom qui n’avait vraisemblablement rien d’irlandais. Une fois hors de portée des élucubrations ridicules du susnommé, la sirène s'approcha du comptoir sur lequel le rossignol à la dérive chantait encore les mêmes et éternelles grossièretés.

« Tavernier … une autre pinte. » Au même moment, elle déposait quelques écus sur le comptoir en priant les dieux pour que personne ne vienne aggraver la situation.  

©️ eire chronicles

_________________

Entendez-vous le chant des sirènes ?
« J'ai décidé de ne plus me préoccuper du monde. Qu'il coule vers le fond... »

Fiche de Róis : ICI  /  Liens : ICI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Llyr mac Lóegairi
guerrier

avatar

Talents cachés : Guerrier plutôt adroit, stratège, malicieux personnage, conteur hors pair, pitre à ses heures, voleur talentueux, canaille invétéré.
Savoir faire : Prince en fuite, guerrier.
Début de la légende : 18/12/2013
Parchemins : 312
Trésors trouvés : 522

MessageSujet: Re: Prends une autre pinte et ferme là.   Jeu 11 Jan - 18:02

Prend une autre pinte

et ferme la !

C’était une de ces journées à l’air chargé d’humidité où il paraissait y avoir comme de la magie dans l’air. Llyr l’avait senti dès le matin, ce qui chez lui signifiait l’heure à laquelle sa tête arrête de tanguer et qu’il peut se mettre debout, et qui parfois survenait après l’heure où le soleil commence à décroitre. Il s’était senti fébrile comme si quelque chose de spécial devait se produire aujourd’hui. Comme il avait par le passé croisé la route de Morrigan, une déesse, la mère de son ami le druide, et qu’il se demandait à présent quelle type de faune magique et mystique il pourrait encore croiser à l’avenir, il n’excluait pas que cette journée fut spéciale. Toutes paraissaient l’être depuis qu’il avait que ce druide lui avait sauvé la vie. Comme si le fréquenter lui avait ouvert des portes vers un monde invisible. C’était peut-être ça ou alors avait-il juste été aveugle toutes ces années passées. Possible. Pas négligeable comme option.

Hier, Angus, l’un de ses compagnons d’ivresse pour la soirée, avait fait remarquer en revenant d’aller pisser que le ciel était particulièrement rougeoyant et que c’était un signe mystique. Là-dessus, la tablée avait répliqué que ça voulait dire qu’une bataille acharnée et sanglante avait lieu quelque part. C’était ce que se disaient les guerriers, comme eux. Mais avec eux, tout prenait des proportions forcément épiques et sanguinaires. Épique parce qu’il fallait bien rêver un peu, fantasmer de temps en temps, sanglant parce qu’à force de voir des types embrochés, les entrailles à l’air, les membres amputés, on finit par avoir un baromètre salement amoché, vicié comme dirait les gens de la haute, dont il faisait partie. Mais chut, c’est un secret.

Llyr en bon prince avait fui ses responsabilités, à savoir celle d’épouser une princesse ou au minimum une fille noble et riche en allant guerroyer. Une activité somme toute honorable. À l’époque, sa famille était encore très ancrée dans les anciennes traditions, il avait été élevé par des bardes, il avait passé son enfance ballotté entre le camp d’entraînement et le temple. Mais maintenant, il y avait de bonnes chances pour qu’ils soient tous chrétiens. Au rythme où allaient les choses, tout le pays le serait, dans quelques années. Llyr au fond s’en moquait, même s’il n’aimait pas trop les prêtres et leur vision de la vie qu’on doit mener. Pour des gens comme Lucan ou Morrigan, ça allait être plus ennuyeux. Qui allait encore la vénérer ? Et si elle n’était plus là, qui emporterait son âme au Tir na Nog ?

Fébrile, mais non nerveux, plutôt excité, le jeune guerrier enchaînait les pintes de bière depuis quelques minutes déjà en compagnie de ses compagnons d’hier, du moins, ceux qui avaient survécu à la cuite d’hier soir. Ils n’étaient plus que trois, Angus, Finn et Llyr. Ce dernier achevait de raconter comment il avait conquit cette belle guerrière rousse sur-le-champ de bataille, taisant que c’était la déesse Morrigan car personne ne l’aurait cru, et on aurait remis en doute jusqu’à ses talents de séducteur, quand il sentit une présence féminine à ses côtés. « Je vous assure, mes compagnons, que cette femme était une véritable tornade. Je veux dire que j’ai bien failli y laisser ma santé. » acheva-t-il en lorgnant d’un œil la jolie demoiselle qui venait de se glisser à côté de lui. Gentleman, il lui laissa de la place.

C’était rare que les femmes, aussi jolies, soient vêtues comme des hommes, laissant leurs cheveux défaits, avec un grand chapeau masquant ses traits et son visage, ainsi que sa beauté. C’était encore plus rare qu’une demoiselle aille au comptoir pour commander de la bière. Les femmes préféraient l’hydromel et envoyaient généralement les hommes leur chercher à boire. Llyr avait un penchant pour celles qui savaient ce qu’elles voulaient, déesses ou non. « Bonsoir. » fit-il avec un sourire charmeur. « Je ne crois pas vous avoir vu ici hier, vous venez d’arriver ou bien est-ce la chance qui nous souris ? » Elle ne paraissait pas noble, aussi ne risquait-il pas de voir un freluquet débarquer pour le menacer de mort s’il continuait à parler à sa fiancée ou femme, allez savoir ce qu’ils sont capables d’inventer de nos jours. Si elle était une fille du peuple comme il le soupçonnait, alors peut-être qu’il finirait la soirée d’une bien meilleure manière qu’elle n’avait commencée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Róis Odharnait
le petit peuple

avatar

Talents cachés : Merrow ( à venir )
Savoir faire : Piraterie
Début de la légende : 03/12/2017
Parchemins : 37
Trésors trouvés : 81
Age : 22

MessageSujet: Re: Prends une autre pinte et ferme là.   Ven 2 Fév - 1:47

Róis & Llyr
Prends une autre pinte et ferme là




Belle, c’est vrai qu’elle l’était. Nonobstant son teint sali par la crasse et sa chevelure retombant devant son visage, il était aisé de remarquer la douceur de ses traits. Néanmoins, tandis que son nouvel interlocuteur s’adressait à elle, ses mâchoires commençaient peu à peu à se resserrer car après tout, elle n’était pas vraiment d’humeur ; « J’avais oublié à quel point certains humains pouvaient se montrer observateurs. Je ne suis pas nouvelle, non. Je viens tout juste de revenir et maintenant, fais-moi le plaisir de boire ta pinte et de me foutre la paix. » Le ton emprunté par la sylphide était assez tranchant et ne faisait qu’accentuer son tempérament affuté. Loin était son sanctuaire et ces vagues apaisantes. Dans cet endroit, elle n’était autre de Tarann, la gabière de l’Amphisbène et non la sirène attirant les navires au fin fond des abimes.  

Tandis qu’elle prononçait ses paroles peu avenantes, le tavernier vint déposer le bock demandé précédemment. Une choppe remplie à ras-bord d’une bière de seconde main mais qui faisait très certainement l’affaire. Il ne fallait pas espérer de la qualité dans un taudis si peu réputé. Les prostituées et autres bandits ne rendaient l’endroit que très peu fréquentable ce qui, en soit, justifiait que les prix soient si bas.

« Je suis certaines que les catins se feront une joie d’écouter ce que tu as à raconter. » Llyr pouvait dès lors apercevoir un sourire sur le visage de sa locutrice, celui-ci étant très bref et doté d’un arrière-goût plutôt amer. Nul doute à avoir sur le fait que ce dernier n’était que l’expression de sa lassitude et de son envie certaine de mettre fin à ce début de conversation. Derrière eux, l’effervescence des lieux offrait diverses scènes particulièrement attrayantes ; d’un côté, les badauds continuaient de chanter moult chansonnettes à la verve douteuse tandis que de l’autre, un amas de crapules discutaillait entre eux, sûrement en quête d’un nouveau coup à monter. Parfois, une demoiselle de petite vertu passait non loin de ces derniers afin de pouvoir avoir son gagne-pain de la soirée. Des rires, des chants et des claquements de cuisses, voilà de quoi était fait le brouhaha de ce pince-cul de basse société. Sans attendre davantage, la main de la merrow vint quérir l’anse de sa choppe pour qu’elle puisse enfin boire une longue lampée -et bien méritée- de blonde fraiche. Dans la chevelure de Róis, le prince pouvait apercevoir quelques plumes accrochées (du moins à première vue) à ses mèches. Celles-ci sont un peu plus écarlates que la teinte acajou de sa tignasse coiffée avec le vent et l’atmosphère salée. Son parfum est celui de l’écume, cela ne fait aucun doute.

Son attention n’étant plus portée sur le caracoleur, ses lèvres continuaient de baigner dans le breuvage tandis que ses mirettes, elles, toisaient les nombreuses bouteilles présentes sur les dressoirs. Ce qu’elle pouvait détester cette humanité qui ne faisait que lui tourner autour à longueur de temps. Si ses dons lui permettaient de raser l’un ou l’autre navire, ce n’était pas le cas pour les villes entières, qu’elles soient portuaires ou non. Néanmoins, vivre parmi cette vermine lui était tout de même favorable, leur glamour étant source de vitalité. Peut-être que Fitz n’avait pas entièrement tort, peut-être était-il temps pour elle de profiter un peu de ce que ce monde était susceptible de lui apporter. Mais à quel prix ?

« R’aaah et puis merde. Aller, raconte-moi ce qui te chante, qu’on en finisse rapidement. »

©️ eire chronicles

_________________

Entendez-vous le chant des sirènes ?
« J'ai décidé de ne plus me préoccuper du monde. Qu'il coule vers le fond... »

Fiche de Róis : ICI  /  Liens : ICI


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Prends une autre pinte et ferme là.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Prends une autre pinte et ferme là.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tiens toi tranquille ou tu t'en prends une autre
» Une porte s'ouvre alors qu'une autre se ferme [Sujet clos]
» Un chapitre se ferme et un autre s'ouvre. [solo]
» "Lorsque Allah ferme une porte, il en ouvre toujours une autre" - ♠ [Fini]
» UN AUTRE CAS D'USAGE DE FAUX ! SENBLE JUDE CELESTIN PA INGENIEUR VRE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lebor Gabála Érenn ::  :: Galway, la ville portuaire :: Bas fond-
Sauter vers: