AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
party balons Réouverture du forum. party balons
Les annexes ont été réécrites. Pensez à les lire Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] 3399834895
Inscription & partenaires ouvert. Rejoignez-nous enjoy
arc en ciel Bienvenue en Irlande, terre de mythes et légendes leprechaun

Partagez
 

 Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyLun 3 Déc - 17:17

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Mon regard se perd sur l’immensité verdâtre, qui s’assombrit lentement. La nuit tombe sur les plaines irlandaises. À mes côtés le Loup est assis et il observe l’horizon. Sur la branche du chêne le plus proche repose le Corbeau. La nuit étire sa robe sombre parsemée de scintillements sur le monde des hommes. Dans mon dos, se trouve, majestueux, le Nemeton, un saule-pleureur dont les pieds baignent dans la rivière. C’est un Sanctuaire sacré. C’est une porte vers l’Autre Monde. Je ne devrais pas être ici. Je ne devrais pas passer de l’autre côté à nouveau. L’Ancien me met en garde à chaque nouveau voyage. Le temps là-bas s’écoule différemment. Je pourrais ne pas revenir assez vite dans le monde des Humains, et mourir. Je pourrais me perdre dans une autre époque, un autre pays… Je pourrais oublier de revenir. Je suis un Druide. Mon devoir est ici. C’est une obligation. Ne pas revenir serait manqué à mes obligations, serait un affront et irrespectueux pour les plus anciens Druides. Ma mission est ici.

Et pourtant, je me détourne de la terre des humains et j’avance lentement vers le Sanctuaire. « Déesse Morrigan », je murmure en pénétrant dans le lieu sacré, déposant besace et arc, ainsi que mon bâton à l’entrée. J’avance vers l’arbre imposant, posant ma main sur son écorce et fermant le yeux. Je sens ta présence. J’entends ta voix qui m’appelle. Je ne dois pas aller dans l’autre monde. Pourtant, l’Ancien m’a appris à m’agenouiller devant les Anciens Dieux, à leur obéir aveuglément. Car seuls eux savent ce que l’on doit faire et comment remplir la mission, qu’ils nous ont confié. Alors rester pour être ancré dans le monde humain, ou céder à ta voix de sirène et passer la porte… Là où ce qui me broie le cœur sera plus léger. Là où l’agitation de mon esprit suite à mon dernier rêve prophétique s’apaisera. Là où j’aurais conseils et réponses. Lentement, j’ouvre les yeux. Et j’avance un peu plus.

L’eau est une porte. Je le sais. Je m’agenouille face à sa surface lisse, qui me renvoie mon reflet. J’inspire lentement sans quitter l’eau du regard. « Si je viens, Noble Déesse, pourras-tu m’aider ? J’ai besoin de ton savoir... », je murmure doucement alors que je me redresse. Lentement, j’entre dans l’eau. Derrière moi, le Loup se couche entre deux racines d’arbres. Et le Corbeau reste perché sur une branche du saule-pleureur. J’inspire et je ferme les yeux… Et je me laisse couler. Je m’enfonce dans les yeux profondes, les ténèbres m’enveloppant. … Et d’un mouvement de jambes, je remonte à la surface. Tout est lumineux et plus colorés, comme si le jour s’était levé durant mon bain. Je passe une main dans mes cheveux mouillés. Puis je nage vers la berge, sur laquelle je monte. L’eau ruisselle sur mon visage, s’égoutte de mes vêtements. Le monde des Feys s’offre à mes yeux avec sa splendeur. Il me reste à te trouver, Noble déesse. « Morrigan, Déesse primaire de la Guerre et de la Mort, maîtresse à qui j’ai voué mon existence, réponds à ma prière... », je murmure les yeux fermés, à genoux au bord d’une rivière au reflet rappelant les scintillements des pierres précieuses
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Dernière édition par Lucán le Dim 24 Mar - 10:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyLun 3 Déc - 17:33

Le repos de mon âme...
 
Elle sait qu’il est là, ce n’est pas compliqué il y a ce lien entre eux qu’elle ne peut pas briser et qu’elle ne cherche pas à briser. Il se brise quand c’est elle-même qui doit aller chercher un de ses nombreux enfants pour l’emmener aux royaumes de morts. Elle n’a jamais refusé de faire cela, elle sait que c’est ainsi, elle a fait des enfants pour servir sa cause et comme tout enfant, un jour, il part. Certains sont devenus immortels, d’autre ont eu le repos de leur âme parce qu’elle les a toujours aidé au moins ce jour là, à défaut d’avoir été présente pour leur vie. De toute façon ce n’est pas son rôle. Mais lui c’est autre chose, peut être que le dagda a fini par lui faire comprendre conscience de certaines choses, peut être qu’elle a ouvert un peu les yeux, peut être qu’un court instant elle a décidé de faire comme lui : arrêter de tout calculer et il était beau cet homme, grand, fort, courageux mais pas guerrier, juste un homme normal dans ce monde, un qui n’avait pas forcément vu Morrigan en elle, qui avait juste cherché à aider une jeune femme dans le besoin. Cela l’avait fait sourire et la déesse en elle lui aurait bien botté les fesses pour avoir oser penser que forcément une femme était en détresse mais elle s’était ravisée, elle avait répondu franchement mais sans entrer en colère, sans lui faire regretter ses paroles par la mort.

Finalement elle l’avait aimé, le temps d’une nuit et elle était rentrée dans son monde pour découvrir qu’elle était enceinte. Les enfants c’est sacré, qu’on les aime ou pas aussi avait-elle mené sa grossesse jusqu’à terme et avait-elle choisi d’accoucher dans un de ses sanctuaires parce qu’elle désirait peut être un peu de neutralité, pas le monde des feys, elle ne sait pas en fait ça c’était fait comme ça. Elle l’avait laissé là, sachant qu’un druide le trouverait, qu’il serait recueillit de toute façon et avait veillé de loin, sans avoir forcément fait ça avec les autres mais il y avait un petit quelque chose en plus avec lui… Peut être... Elle lui était apparue quelque fois, lui avait offert de quoi le protéger, de quoi lui faire comprendre ses pouvoirs, ses liens télépathiques avec les animaux qu’elle peut incarner, lui confiant des compagnons de combat qu’elle avait eu il y a longtemps et avec qui elle est liée, sachant ainsi ce qui peut se passer de l’autre côté. Une nouvelle ancre, ce qu’elle essaie de faire depuis pas mal de temps déjà.

Elle sort donc de son royaume, sachant qu’il ne viendra pas jusqu’à là, elle sait où le trouve der toute façon, il suffit qu’elle l’appelle. Appuyée contre un arbre dans ce monde luminescent et toujours magnifique pour le commun des mortels et qu’elle trouve ennuyeux à souhait quant à elle, elle remarque sa silhouette et sait qu’il sent sa présence. « Bonjour Lucán » se contente t’elle de murmurer dans un souffle qu’elle laisse aller jusqu’à son oreille avant de se décaler pour disparaitre quelques instants sous forme d’oiseau et réapparaitre un peu plus loin sous sa forme humaine, vêtue d'une simple robe fluide noire faite de ténèbres. « Qu’as-tu besoin de savoir… » laisse t’elle planer dans l’air parce qu’elle a entendu sa prière mais elle n’a pas besoin de ça pour l’entendre à vrai dire.

_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE


Dernière édition par Morrigan le Mar 4 Déc - 22:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyLun 3 Déc - 18:33

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Agenouillé sur le sol frais et humide, je sens ta présence. Mon regard accroche l’herbe verdoyante et brillante face à moi. Je mordille nerveusement ma lèvre inférieure. Je sais que chaque demande, chaque appel à l’aide, chaque conseil quémander à un prix à payer. Les Feys ne donnent rien sans rien. C’est une règle de base. C’est la première que l’Ancien m’a apprise, ce jour-là, quand du haut de mes dix hivers, je suis revenu tout heureux dans la maisonnette. Quand avec l’innocence de l’enfance, j’ai raconté notre entrevue, la douceur de ta caresse maternelle sur ma joue blanche, la tendresse de tes mots. Heureux, sans avoir même la fierté déplacée qu’aurait pu me donner mon ascendance, j’ai avoué que tu étais ma mère. Tout ce que l’enfant en moi voyait, c’était cela. Mais ce lien entre nous est tellement fort, ton sang dans mes veines est tellement puissant, que l’éducation et l’apprentissage furent encore pires après. J’ai compris plus tard, en devenant un homme ce que l’Ancien craignait. Je l’ai compris la première fois où les ténèbres m’ont envahi, et que j’ai libéré ma colère risquant de peu de franchir la ligne interdite aux Druides.

Et ta voix résonne. Respectueux, je penche un peu la tête et je ferme les yeux. Je ne sais jamais ce que j’ai le droit de faire face à toi, perdu entre les préceptes stricts de l’Ancien et notre lien. Je te sens vibrer en mon âme. C’est étrange et en même temps réconfortant. J’inspire doucement. J’ose un coup d’œil vers toi, alors que je m’assieds sur mes talons, mains posées à plat sur mes genoux. « Bonjour, noble déesse de la Guerre et de la Mort. », je réponds usant des tournures de phrases apprises tout au long de mon apprentissage. « Je te remercie de m’octroyer un peu de ton précieux temps », peut-être que j’en fais de trop. Et je t’observe te métamorphoser en corbeau pour t’approcher.  Un sourire enfantin et adorateur naît un moment sur mes lèvres. L’eau ruisselle toujours sur mon visage. Et je baisse pudiquement le menton et les yeux. « J’aimerais pouvoir devenir un animal… », je murmure plus pour moi-même dans un souffle.

Mais je ne suis pas ici pour parler de mes rêves. Le temps s’écoule dans le monde humain. Et je sais que plus je reste, plus je risque de mourir de l’autre côté. « J’ai fait un rêve. », je commence lentement en papillonnant des yeux, alors que j’admire la verdure face à moi parsemées de petites fleurs colorées. « Et je ne peux le comprendre. D’habitude, je sais décrire ce que je vois. Mais là, c’était étrange comme si je recevais des informations voilées, plutôt que voir ce qui va arriver. », j’explique en me mordillant la lèvre. « Et je n’arrive pas à trier ce que j’ai vu. Mais il était question de mort et de combat. Alors j’ai pensé que peut-être, tu pourrais m’aider avec la vision… Si tu as du temps. », je finis par poser ma requête. En théorie, tu devrais exiger quelque chose en retour. À chacune de tes apparitions, j’aurais dû payer. Pourtant, tu ne me demandes jamais rien ou presque… « Je donnerais en échange. », j’ajoute rapidement. J’ai vraiment besoin de tes éclaircissements. Alors je respecterais les règles des pactes avec les Feys.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyMar 4 Déc - 13:21

Le repos de mon âme...
 
Morrigan a l’habitude qu’on la nomme ainsi, qu’on ait peur de la regarder dans les yeux, qu’on la vénère avec inquiétude. Elle sait que son fils n’a pas vraiment peur d’elle mais on lui a apprit à se comporter ainsi, comme un simple homme venant faire un vœu auprès de sa Déesse, comme un simple druide ayant besoin de conseils quelques instants. Elle l’observe en s’envolant, se posant non plus de lui quelques secondes plus tard, nappée dans un habit de ténèbres parce que le côté féérique et lumineux de ce monde ne lui correspond pas, l’éblouie même légèrement. A vrai dire il plait au Dagda surtout mais certainement pas à elle. Le murmure de son fils la fait sourire mais elle n’y répond pas, peut être qu’elle lui offrira ce don une prochaine fois, la capacité de se transformer pour pouvoir être totalement en osmose avec ses gardiens même si c’est déjà le cas. Pouvoir courir ou voler avec eux rend le lien encore plus puissant et cette sensation de liberté est tellement grisante. Elle aime parcourir un champ de bataille dans le ciel avant de s’engager dans l’affrontement.

Elle s’approche de lui, passant sa main sur son épaule pour lui signaler qu’il peut se relever face à elle. Certes c’est un respect qu’elle apprécie mais il reste son fils et elle ne lui demande pas autant de déférence. Elle caresse au passage avec douceur sa joue, créant une petite flammèche de feu qui va répondre à Lucan puisqu’il possède le même élément pour lui permettre de se sécher puis  continue son chemin entre les arbres, n’ayant pas pour habitude de rester immobile. Une guerre ne s’arrête jamais à part quand les morts sont plus nombreux que les vivants et Morrigan étant la déesse de la mort elle n’a jamais aucun répit, ce qui lui convient parfaitement. Tout est toujours un perpétuel mouvement et il serait bien que son époux s’en souvienne parce qu’hélas le dieu druide est bien absent en ce moment. « J’ai vécu beaucoup de guerres. Le destin d’un peuple entier peut basculer comme ça… » Elle claque des doigts « … en quelques secondes sur une mauvaise décision ou la mort d’un héro. La vision que tu as reçu est certainement floue à bon escient de ce fait mais racontes moi. » Elle a vu plusieurs guerres qui vont arriver, plusieurs combats possibles qu’elle n’a, pour l’instant, pas désiré calmer puisque son compagnon n’est pas en état de jouer sa conscience.

Elle lui fait signe de la suivre pour marcher. « Tu es mon fils, tu n’as pas besoin de donner. » Elle ne lui a jamais pris quoique ce soit, elle ne fait pas des enfants pour cela. En tout cas il n’est pas venu au monde pour cela lui. Certains ont eu, un jour, un combat à mener à la place de leur mère… Et encore elle a souvent été à leur côté en de pareils moments. Elle est devenue mère mainte fois pour que les feys gardent un pied dans le monde des humains, pour que des héros croyants en eux se dressent face au christianisme qui veut les détrôner, pour montrer aux humains qu’ils sont toujours là, qu’il faut croire en eux pour qu’ils puissent continuer aussi de les protéger. De les influencer aussi bien entendu, c’est un juste retour des choses. Mais elle n’a jamais vraiment demandé quoique ce soit en retour à ses enfants, elle les a déjà fait dans un but précis, pas besoin de faire plus et Lucan est un enfant à part pour elle, le fruit d’une union non prévue.

_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyMer 5 Déc - 18:01

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Je reste humble face à toi. Mais je sens ta présence proche. Et je ferme les yeux, quand tu caresses tendrement ma joue humide. Je sais que ta main sur mon épaule est une invitation à me relever, à quitter la position soumise pour me tenir debout face à toi. Mais alors je serais le fils et non le serviteur. Et c’est cela qui a toujours effrayé les miens : ce sang rempli de glamour qui coule dans mes veines, faisant de moi un demi Fey, un enfant d’une Sidh puissante, d’une Déesse. Certains disent que je suis présomptueux de me présenter comme cela. Pourtant, ce n’est que la vérité. Et tu fais naître une flammèche, qui courre le long de mon corps sans me brûler pour me sécher. J’ai un sourire à l’attention, et je récupère le feu sur le bout de mes doigts. J’observe sa danse ancestrale avec fascination. Je ne peux pas le créer contrairement à toi, mais il ne me consume pas et je peux jouer avec, le modeler entre autre. Lentement, je me remets donc sur mes pieds tout en exposant pourquoi je suis venu jusqu’à toi, ici.

Et je t’observe t’éloigner entre les arbres et te diriger vers la forêt. Je jette un regard à la rivière. Il me faudra retrouver la route magique pour revenir dans le Nemeton. Mais je sais que tu m’y conduiras. « Est-ce que ce serait réellement irrespectueux de t’appeler mère ou maman ? », je questionne. C’est une remarque qu’on m’a souvent faite. Je dois encore plus m’abaisser face à toi qu’aux autres divinités. Pourquoi le lien du sang nous séparerait plus qu’il nous unit ? Mais je ne suis pas venu pour parler de cela. La réflexion m’a juste échappée, telle celle sur la métamorphose en animal. Alors je te suis à travers la forêt, observant avec fascination le décor lumineux et coloré. J’en profite pour t’expliquer ce qui m’amène jusque toi. Ce rêve me hante sans que je puisse le décrypter. Il y a dedans quelque chose d’étrange et de nouveau. Tu m’écoutes avant de me répondre de ta voix douce et mélodieuse. Pourquoi est-ce que je n’arrive pas à t’imaginer en preneuse de vie malgré mes prophéties ?

Et je t’écoute avec respect et attention. « Je sais. », je murmure doucement. « Enfin, je le vois dans mes prophéties parfois. Je sais que si je les raconte, elles influencent les actions des Hommes, et elles peuvent changer le cours de la bataille. Parfois je me demande si me taire ne serait pas plus sage. », j’ajoute en secouant la tête. Sur le bout de mes doigts, les petites flammes continuent de danser. Je les fais passer d’un doigt à l’autre lentement. Mes réflexions s’éloignent de mon rêve perturbant, mais ta question m’y ramène. J’hésite un moment en fronçant des sourcils. « Je suis dans une plaine marécageuse. Il y a des cadavres partout, des morceaux de corps de guerriers, armes brisées. L’eau est rougeâtre de sang. Il y a une odeur de chaire calcinée, de feu aussi… », je raconte en te regardant du coin de l’œil. « Les guerriers portent diverses bannières et boucliers. Je crois que certains sont des Chrétiens. J’avance dans le marécage. Il y a un brouillard épais, qui le recourvre. Puis soudain, je me trouve face à une masse sombre. On dirait une créature immense. J’ignore ce que c’est. Mais la créature ouvre des yeux mi-doré, mi-carmin. Un souffle chaud sort de sa gueule, et puis il crache du feu. »

J’ai un sourire tendre et aimant quand tu me dis que je ne dois rien en échange. « Cela fait des jaloux. », je commente avec un certain humour alors que nos pas nous enfoncent dans la forêt. Et c’est vrai. Même les Druides paient les Dieux pour leurs conseils et présents. Je me penche pour cueillir une fleur, et je te la tends en offrande. « J’aimerais t’offrir vraiment quelque chose. », j’ajoute. « Un cadeau de son fils à sa mère, à celle qui lui a offert la vie. Mais j’ignore ce que je pourrais t’offrir. Je veux dire que n’as-tu pas ici ? », je demande avec un léger soupir. Je ne peux guère faire grand-chose. Je sais tresser des bracelets d’herbes et de cuir ou fils de laine, comme celui que je porte au poignet droit. Mais cela semble si simple et pauvre pour une Sidh de ton rang.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyMer 26 Déc - 22:22

Le repos de mon âme...
 
Morrigan le laisse jouer avec le feu en l’observant avec attention. Il ne peut pas créer encore cet élément mais il peut au moins s’en servir, faire qu’il ne le brule pas, se protéger avec lui, même si le feu reste un élément qui attaque plus qu’il ne défend. Le terre protège, l’eau apaise, l’air attise... Un quatuor d’éléments importants pour l’équilibre sur cette terre. Elle lui fait comprendre qu’il peut se redresser d’une caresse sur l’épaule avant de sourire à la question posée « Appelles moi Mère »  C’est son fils elle ne voit pas pourquoi il ne pourrait pas l’appeler Mère. Maman est bien trop familier mais Mère elle ne sait pas pourquoi mais elle a envie de l’entendre pour une fois, cela lui donnera certainement un sentiment étrange car c’est la première fois qu’elle permet ça mais dans son fort intérieur elle sait qu’elle peut se le permettre avec cet enfant là, celui qui n’a pas été prévu, celui qui est né d’une véritable histoire peut être pas d’amour mais de passion en une soirée bien douce et chaude.

Mais le sujet qui amène Lucán aujourd’hui est important pour lui aussi elle écoute, lui expliquant que souvent les rêves ne peuvent être clairs parce qu’il faut que certaines choses restent cachées mais aussi parce que tout n’est pas écrit et qu’en le voyant on peut  tout changer sans le vouloir. Il le sait, elle s’en doute car ce n’est pas la première fois qu’il voit cela mais on ne le dit jamais assez. « Te taire n’est pas forcément ce qu’il faut faire. A toi de choisir comment tu veux influencer les choses plutôt puisque, quoique tu fasses, tu as du pouvoir la dessus. » Morrigan n’est pas une diplomate, elle ne prêche pas pour la levée du drapeau blanc, elle aime le combat, le sang, la mort qui s’en suit aussi influencer est toujours une bonne idée, faire pour que les choses aillent de leur côté, surtout si cela concerne le combat contre les chrétiens puisqu’ils sont les premiers a empêcher les anciens dieux de pouvoir vivre comme avant. Elle le voit bien quand elle regarde la déchéance dans laquelle tombe, chaque jour un peu plus, son mari. Quoiqu’il a toujours eu tendance à s’écouter un peu trop… Quand son fils lui explique ce qu’elle a vu, elle pense à un champ de bataille comme tout autre mais quand il finit son histoire son regard perçant se pose sur lui. « Serait-il possible qu’ils reviennent enfin ? » Ce serait juste parfait… Tellement parfait… « As-tu vu la couleur de cette créature ? Semblait-elle émerger ? » Que ce soit plutôt l’avenir qu’un passé qui se répète encore et encore.

Mais pourquoi lui donner quelque chose en échange de tout ça ? Il est son enfant après tout… « On se moque des jaloux, tu es mon fils, c’est un fait. Te demander de ne pas en parler ou de l’oublier ne servira à rien. Dans tes veines coulera toujours mon sang et il vaut mieux que tu apprennes à gérer ce que t’es plutôt que de l’enfouir. Cela ne fera que plus de dégâts » Annonce t’elle sans détour. Si Lucán a vraiment pris d’elle, un côté sombre se révélera ou s’est déjà révélé et il vaut mieux qu’il apprenne à le gérer que de penser qu’il ne viendra jamais. Car cela ne sert à rien. Elle va sourire à sa demande. « Un cadeau fait par toi. Je n’ai pas cela ici et ce sera comme si j’avais un bout de toi toujours avec moi. Voila quelque chose qui me ferait plaisir » Parce qu’elle ne peut pas l’emmener totalement dans ce monde, ce n’est pas son destin, il doit être sur la terre des hommes pour pouvoir continuer de mener sa propre vie, là où elle est dans le monde des feys pour continuer de veiller sur les morts. Après tout c’est aussi son humanité qui lui plait. « Je n’ai pas besoin de plus Lucán » Etre aimée et vénérée lui donnent déjà largement assez de pouvoirs, surtout venant de sa part.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyVen 28 Déc - 16:26

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Mes doigts jouent habilement avec le feu. « Mère alors. », je murmure avec un sourire empli d’affection pour toi. « L’Ancien devient fou, quand je joue comme cela avec le feu. », je te raconte avec un léger rire. « Il a toujours redouté mes capacités, depuis la première fois que j’ai plongé enfant la main dans le feu pour jouer avec… Il dit que je suis moins digne et méritant que les autres Druides, parce que je ne dois mes pouvoirs qu’à toi. Toute ma vie, pour les autres Druides, j’ai été un incapable. Et ils me font sentir qu’être ton fils me rabaisse plus que cela m’est bénéfique… Je n’ai jamais compris ce qu’ils redoutaient tant venant de moi. » Même si depuis j’ai pu voir ce que la part de ténèbres, qui m’habitent, peut me pousser à faire. Peut-être en faudrait-il peu au fond pour que je franchisse les interdit de mon peuple. Et pourtant, je passe ma vie à essayer d’être leur égal, d’être un bon Devin. « D’ailleurs, même le Dieu-Druide me traite différemment. C’est toujours étrange et incompréhensible avec lui. » Il faut dire que je ne sais jamais s’il répondra favorablement à une requête ou non. C’est plus trouble qu’avec les autres Divinités à qui j’ai prêté allégeance.

Puis nous parlons de visions prophétiques, que j’ai étant Devin. Je m’interroge parfois sur le fait de dire ce que je vois. « Cela est une bien lourde responsabilité. Je me dois de répandre le bien pour tous. Mais comment savoir quand parler est la solution ou quand je dois taire ce qui va survenir ? », je questionne avec un soupir. Je continue de jouer avec le feu, qui brûle sur mes doigts. As-tu la réponse à cette question ? Je n’en sais rien. Mais tu es sans âge, éternelle, alors tu es plus sage que n’importe quel vieux Druide. Puis je te raconte mon rêve, omettant néanmoins la fin. Elle est étrange, même pour moi. Et je sais qu’elle effrayerait l’Ancien et les autres vieux Druides, si je leur racontais. Mon regard revient vers toi. Je suis surpris que tu le prennes aussi bien, avec presque un espoir dans la voix. Qui revient enfin ? J’en déduis la créature de mon rêve. « Ce qui est étrange, c’est que peu importe vision du passé ou du futur, je ne suis jamais dedans. Ou alors cela veut dire qu’elles me concernent. Et il est rare que je sois inspiré sur mon propre avenir. », je réponds lentement en soupirant. « Peut-être ne t’ai-je pas tout dit. »

Et j’hésite à nouveau mordillant ma lippe inférieure un moment. « Les autres n’aimeraient pas savoir… C’est une vision future, parce que je sais que je n’ai jamais vécu cela. », je murmure perdu dans mes pensées. Un bref moment, je ferme les yeux pour me plonger dans la réminiscence de cette prophétie. « Je ne peux être brûlé. Je le sais. Et apparemment même plonger dans un brasier, je survivrais. Ce n’est pas sur moi que la Créature crache son feun mais sur un être derrière moi, comme se elle me protégeait. Je peux même la toucher, la caresser… Elle finit par sortir de l’eau, belle, imposante et puissante. Sa peau ou ses écailles chatoient dans des couleurs rappelant l’or et le rougeoiement du feu. » Et c’est là que je me suis éveillé. Je frissonne pourtant je n’ai pas froid. « J’ai peur. », je murmure piteusement. « Parce que dans mon rêve, je me sens lié à cette Créature autant que je te suis lié. » Et cela m’effraie, car j’ignore ce qu’elle est. Et que la puissance qu’elle dégage est incommensurable et bien trop importante pour mon être. « Est-ce un symbole, un rêve que je dois décrypter ou une simple vision du futur. Quelle Créature ancestrale peut cracher du feu ? » L’Ancien ne m’en a jamais parlé…

Puis je parle des présents que tu me fais, et de la jalousie de certains des miens. « Je sais que je dois être plus humble que les autres, car je te dois tout et je n’ai aucun mérite. Mais je ne mentirais pas, je ne sais pas mentir cela doit venir de mon sang de Fey. Je suis heureux d’être unique à tes yeux. », je déclare spontanément. Parce que c’est la seule chose, qui prouve ton amour maternel, notre seul lien. Et je l’apprécie autant que le fait que les fruits de ce monde m’ont rendu immortel. Parce que cela signifie, qu’un jour, je vivrais ici avec toi et les autres Feys. Mais alors ma mission dans le monde des Mortels sera terminée. Ton autre phrase me fait détourner la tête. « Tu parles des ténèbres, qui peuvent m’habiter ? », je questionne lentement. Je les sens parfois, quand je suis en danger ou quand la colère m’envahit. Cela reste rare, je suis d’un calme serein en général. Mais en de rares occasions, cette part sombre ressort. Parfois je le fais même volontairement, sachant que mon regard noir impressionnera. « Peut-être que parfois je l’utilise déjà. », je murmure incertain de ce que tu comprendras par là. Et je mentionne mon désir de t’offrir quelque chose que j’aurais réalisé. Mais je n’ai pas d’idée. Ta réponse me surprend. Et je finis par secouer la main pour chasser les flammèches avec lesquelles je jouais. Lentement, je défais le bracelet de cuir et laine, que j’ai réalisé moi-même. Et respectueusement, je te le présente. « Je l’ai réalisé, il y a quelques nuits au coin du feu. Il y a des herbes protectrices dedans aussi. », je déclare les joues un peu rouges d’embarras, parce que cela semble, si simple et peu de choses comparés à ce que tu dois avoir l’habitude de recevoir…
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyDim 30 Déc - 23:29

Le repos de mon âme...
 
Morrigan écoute tranquillement ce que son fils lui explique et soupire devant ce qu’elle apprend. Elle a laissé Lucán dans son temple pour qu’il soit protégé et surtout qu’un druide le trouve rapidement et puisse l’éduquer comme il se doit. Son père est un homme bon mais aurait il été capable d’éduquer un druide ? Un druide puissant avec une part d’elle. Un vieux druide était une valeur sure mais qu’est ce qu’ils pouvaient être coincés quand il s’agissait des dieux comme elle. On dit de l’étroitesse d’esprit des hommes mais il n’y a pas qu’eux. Elle avait opté pour une éducation dure mais qui serait droite. Aujourd’hui qu’il était formé il était temps qu’il se rende compte de ce qu’il était capable de faire car, si elle pensait qu’il aurait peut être un peu d’elle, elle se rendait compte qu’il en avait bien plus que prévu. Et pourtant il avait le calme de son père, cette façon posée de voir les choses. Un petit sourire naquit sur ses lèvres à cette pensée. Peut être est il temps aussi qu’elle lui parle de lui, celui qui ne connait même pas son existence. Est-ce utile ? Elle n’a jamais eu à se poser ce genre de questions mais elle n’a jamais noué un tel lien avec un de ses enfants non plus. « Tu es aussi digne que les autres druides parce que tu as eu le même enseignement mais ils ont peur de moi. Le vieux druide voit très bien que tu me ressembles énormément et sait de quoi je suis capable. Parce que tu es lié à moi tu vas inspirer la peur mon fils, il va falloir que tu apprennes à l’accepter. » annonce t’elle durement parce qu’il ne pourra jamais faire autrement. Il est le fils de Morrigan, il inspirera toujours la peur à cette évocation, au fait qu’il est capable de rendre les ténèbres plus oppressants, d’avoir une relation puissante avec la mort. « Comment ça ? Que fait-il ? » demande t’elle en fronçant les sourcils parce qu’elle espère que son mari ne joue pas avec son fils. Ce serait très mal venu vu le comportement qu’il a en ce moment.

Elle l’entraine à marcher avec elle alors qu’il parle de ses visions. « Tu feras des erreurs comme tout le monde et tu apprendras » se contente t’elle de répondre à ses questions parce qu’il n’y a aucune réponse parfaite à la question qu’il pose. Chaque vision amène son lot de désolation ou de bonheur, chaque façon d’en parler peut entraîner de bonnes et de mauvaises conséquences, chaque interprétation peut tout changer. Il n’y a pas une seule bonne réponse et c’est à lui de trouver ce qu’il désire faire passer en premier, elle doit le laisser suivre son chemin, l’enseignement qu’il désire même si elle compte l’aider à comprendre sa nature s’il en a besoin. D’un geste elle lui fait signe de continuer, de lui parler, de tout lui dire, il n’a rien à craindre ici. « Ta peur est normale fils, tu as vu une créature qui inspire la peur a tous les hommes. C’est pour ça qu’elle a disparu depuis tant d’années, les hommes détruisent toujours ce qui leur fait peur, ce qu’ils ne comprennent pas » N’est ce pas ce qu’ils sont en train de faire aujourd’hui avec les dieux ? « Ce rêve est trop puissant pour être symbolique, il s’agit d’une vision. La renaissance des dragons Lucán et c’est un très bon présage pour nous » Parce que les dragons sont liés à eux, parce s’ils reviennent cela veut dire que l’espoir n’est pas éteint et que l’avenir leur réserve encore beaucoup de surprise. Cela plait à la déesse. « En as-tu déjà entendu parler ? » demande t’elle.

« Suffit ! » fait Morrigan qui n’est pas connue pour sa patience et elle se retourne vers son fils, posant le bout de ses doigts sous son menton pour l’obliger à la regarder dans les yeux, plantant ses iris noirs comme les ténèbres dans ceux de son fils, faisant appel à cette même part sombre qu’il possède. « Je ne veux plus entendre que tu n’as aucun mérite. Fais ce que tu désires quand je ne suis pas là mais ici tu es mon fils, tu es digne de l’être et te déprécier me déplait. Ce n’est pas ainsi que tu avanceras, bien au contraire. » ordonne t’elle sans douceur. Elle ne connait pas la douceur maternelle, elle ne l’a jamais appris mais cette façon qu’il a de se mettre en retrait lui déplait. Elle n’a l’a jamais fait, elle ne désire pas que sa propre chair le fasse. En faisant cela on dirait Dagda et elle a bien assez à faire avec son mari pour avoir son fils qui fait cela. « Tu es mon fils » Point. Elle observe ses yeux intensément, reconnaissant les ténèbres qui peuvent les habiter et le bout des doigts de son autre main dessine le contour de son regard avec plus de douceur que ses paroles. « Elles t’habitent déjà. Tu seras forcément lié à elle et à la mort. Il faut que tu les acceptes, elles font parties de toi. » explique t’elle avant de le lâcher pour le regarder défaire le bracelet qu’il porte au poignet. Elle lui tend la main pour qu’il puisse le déposer au creux de sa paume et l’observe un moment, passant ses doigts dessus. « Merci. C’est certainement un des plus beaux présents qu’on m’ait offert. » Fait-elle avec franchise en serrant dans sa main le présent et en reprenant leur route tranquillement.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyMar 1 Jan - 21:09

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Mon regard se pose un moment sur toi, avant que j’observe au loin. Les couleurs lumineuses et chatoyantes de la forêt de l’Annwvyn sont comme toujours agréables et d’une beauté incomparable. « Je suis un demi Fey. », je murmure en réponse à ce que tu me dis. « Tu crois que c’est pour cela que je suis incapable de mentir comme les Feys ? » Parce que peu importe la question, je dis toujours la vérité. C’est plus fort que moi. Et en même temps, je suis comme toi tout autant que je suis Humain de par mon père. « Je suis rarement bien reçu tu sais. En même temps, bien souvent j’annonce des morts et la guerre. Les Humains n’aiment pas qu’on leur prédît la venue d’un grand malheur. J’ai appris à accepter leur haine et leur manière de m’accueillir. Ils sont plus généreux, quand je viens en tant que guérisseur. » Ce qui est une réalité. Et je continue de poursuivre mon œuvre, celle de conserver votre culte. Parler de Dagda n’est peut-être pas une bonne idée. « Compliqué à comprendre. Parfois il répond favorablement et vite, parfois il semble plus disposé à silencieux et désagréable. C’est un Dieu. Il a aussi ses humeurs. » Je hausse des épaules.

Je te suis dans ta promenade. « Je sais. Je suis jeune pour un Devin. », je murmure. Après tout je n’ai connu que 29 hivers jusqu’à présent, comparé à certains Anciens c’est tellement peu. Et ce l’est encore moins en comparaison de l’âge des Feys. Parfois, je me demande combien d’hivers, toi, tu as pu voir passer sur l’Irlande. Mais avec l’expérience, je finirais par maîtriser le concept des prophéties et par savoir quand elles doivent être livrées ou non, et toujours en faveur des nôtres, de notre ancienne religion. Puis j’ose mentionner la fin de mon rêve et le sentiment de peur qui l’a accompagné lors de mon éveil. Je suis resté un moment prostré près du feu à frisonner de peur, en plus des symptômes habituels liés aux visions. Le Loup m’a collé pour me rassurer, comme à chaque fois que cela se produit hors de ma forêt natale. Et j’écoute ta réponse, m’abreuvant de ton savoir pour le faire mien, mémorisant ce que tu m’expliques.

« Dragon. », je répète. « L’Ancien ne m’a rien conté à leur sujet. Peut-être parce qu’il imagine qu’ils sont tous disparus. » Peut-être pour une autre raison. Après tout s’ils ne sont plus là, à quoi bon m’enseigner leur existence. « Ce qui est effrayant, c’est le contrôle qu’on peut en avoir. Imagine ce que pourrait faire un Homme qui s’en ferait obéir… Si les Chrétiens avaient de telles Créatures… Quoique non, ils les tueraient. Ils ne comprennent pas la beauté des choses, ni le respect de toute forme de vie. » Une vision simplifiée des choses : il y a les Chrétiens et tous les autres, qu’ils peuvent tuer. Car même s’ils prônent le meurtre comme un crime atroce, il est moindre quand l’autre ne partage pas leur foi. Leur religion d’amour et de liberté semble bien différente dans les faits. « Et donc, je vais rencontrer un Dragon ? Et ensuite quoi… On devient ami ? Il m’obéit ? » Parce que la fin du rêve est flou. « Suis-je sensé parcourir l’Irlande pour le trouver et le réveiller ou… » J’aimerais un début de chemin à suivre.

Ton agacement m’étonne à peu. Rares sont les divinités patientes. « Bien Mère. », je réponds à ton ordre. Et j’obéirais comme toujours. Après tout, je suppose que tu ne peux pas comprendre la peur des autres Druides. Celle qui les a fait me rabaisser toute mon enfance, parce qu’ils savent pour les ténèbres qui m’abritent. Parce qu’ils savent que je suis demi Fey. Et ils redoutent que je prenne goût à la puissance magique, que je devienne un Druide Noir. Je crois que je peux comprendre. Et je peux faire en sorte de rester sur le droit chemin. Je ne baisse pas les yeux et j’accepte ta caresse sur mon visage. « Je sais. », je murmure. « J’ai déjà pu voir quels dégâts cela faisait. Je ne tente pas de les faire disparaître, juste de les apprivoiser pour les utiliser correctement, sans briser les préceptes druidiques. Et je reste lié à la mort et la guerre. » Parce que c’est ce que je vois le plus souvent. Parce que tu es la Déesse de la Guerre et de la Mort.

Je cligne des yeux. Puis tu t’éloignes un peu. Et je défais un des bracelets que j’ai réalisés, avant de te le tendre lentement avec un léger sourire. Je me doute que les herbes à l’intérieur te seront de peu d’utilité. Mais si elles peuvent te protéger un peu. « Il protège du mal et de la maladie. » Selon l’enseignement de l’Ancien du moins. « Sinon c’est de la laine et des lanières de cuir. », je t’explique doucement. J’en suis fier quelque part. « Je t’en prie. Je dois t’avouer que j’ai perdu la dague que tu m’as offerte. Enfin non pas perdue. J’ai dû payer ma vie avec… Je peux te conter l’histoire. Et j’en suis désolé. » Parce que tu me l’as offert. Parce que j’y tenais. Mais c’était la dague ou je servais de repas à une Sirène bien têtue.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyDim 13 Jan - 21:26

Le repos de mon âme...
 
Morrigan se met à sourire. « J’aurais été étonnée que tu saches mentir vu ta nature de fey et le caractère de ton père » Elle ne dit pas connaitre parfaitement Balian mais elle sait que c’est un homme droit et juste, un homme sur lequel elle n’aurait certainement jamais jeté son dévolu s’il n’était intervenu pour lui proposer de se mettre à l’abri. Il est l’opposé des hommes qu’elle charme d’habitude et peut être bien que c’est lui qui l’a charmé avant qu’elle ne le fasse elle-même. En tout cas son fils ressemble à son père par bien des côtés comme il lui ressemble aussi énormément, peut être même plus que certains des héros qu’elle a pu concevoir pour porter sa parole dans ce monde et continuer d’entendre son nom sur les champs de bataille. Elle sait ce que c’est d’être craint, elle l’a toujours été, elle est la guerre et la mort. Les uns l’appellent pour les aider à gagner mais savent très bien que son apparition sèmera la mort et les autres tremblent parce qu’elle arrive pour les rendre fou. Et puis ensuite elle récupère leur âme, elle les emmène au repos ou bien dans la tourmente en fonction de ce qu’ils ont fait, des chemins qu’ils ont choisi. Ce qu’elle représente ne disparaîtra jamais, elle est une face de la vie et de la mort mais ce n’est pas le côté qu’on désire voir. Bien au contraire. Son fils est un oiseau de mauvais augure mais elle sait qu’il sera assez fort pour le supporter. Il est son fils après tout.

« La magie décline, le Dieu Druide le ressent plus que les autres. ». La déesse n’a rien à cacher à son fils. Bien sur elle ne va pas être aussi dure en parole qu’elle l’est avec Dagda mais il est vrai que les croyances étant moins fortes, la magie l’est moins aussi et cela entraîne beaucoup d’affaiblissement que son mari est le premier à ressentir. Après il faudrait aussi qu’il se bouge un peu mais c’est un autre sujet qui ne concerne que les dieux. Et son fils est jeune en effet, il a encore beaucoup à apprendre même s’il s’en sort très bien. Un jour il saura quoi faire de ses visions et Morrigan est intéressée de ce qu’il a vu au sujet des dragons. S’ils reviennent cela veut dire que les choses vont bouger. Une créature aussi puissante a toujours une raison pour apparaître de nouveau et les dragons se gorgent de magie donc cela veut dire que quelque chose va remélanger les cartes sous peu. Il faudrait qu’elle en parle avec Midir, il saura certainement y voir quelque chose et c’est toujours utile de lui remonter ce genre d’information. Mais elle n’est pas très surprise d’entendre que son fils ne connait pas les dragons, ce sont d’anciennes créatures et les druides ont la fâcheuse tendance à ne pas parler de ce qui n’existent plus comme si cela était immuable alors qu’en fait la vie est un cycle. Parfois elle a du mal à comprendre les fidèles de son mari mais étant lui-même totalement dans le brouillard, peut être que cela impacte les siens aussi. Et dire qu’il est censé être la visionnaire.

Un petit sourire apparaît sur ses lèvres quand son fils réfléchit à haute voix. « Il y a toujours eu des dragons et des hommes pour les chasser et les tuer alors qu’ils sont une des plus belles créatures de ce monde. Ce que je pouvais aimer les regarder. » soupire Morrigan que ses créatures ont toujours captivé. Une beauté pareille avec une capacité de destruction dépassant de loin les feys ou les fomoires. Un véritable joyau. « S’il a choisi de te parler à toi c’est certainement que tu es assez éveillé pour le voir et capable de supporter sa puissance parce qu’un dragon est très puissant, même juste en rêve » commence Morrigan en continuant de marcher tranquillement. « Et parce que tu as quelque chose à faire dans leur réveil certainement. » Parce qu’un dragon ne décide pas de parler à un homme juste comme ça, son fils a certainement quelque chose à faire dans le réveil des dragons ou tout du moins dans l’éveil de celui-ci et elle en est plutôt fière, elle ne peut le nier. « Peut être y a-t-il des signes dans son rêve pour te dire quoi faire, tu ne dois pas forcément partir à sa recherche mais peut être que toi seul peut savoir le moment où il peut le faire. » Ce qui serait plutôt logique.

Et ce rêve lui montre bien que son fils est un puissant druide, il n’a pas à se dénigrer comme il le fait, ce qu’elle apprécie peu en plus. Il est fils de Morrigan, ce n’est pas autorisé de faire ce genre de choses près de sa mère. « Je peux t’aider à les appréhender si tu le désires » Parce qu’elle sait bien ce que sont les ténèbres, ce qu’elle est capable de détruire en claquant des doigts parce qu’elle n’est pas d’humeur. Elle est fey mais si elle n’était pas née ici, elle aurait toutes les capacités d’être fomoires vu ce qu’elle est et cela l’a toujours amusé la petite guerre entre les deux clans du coup. Mais les feys sont douées pour paraître plus belles qu’elles ne le sont en vérité et encore, Morrigan est une des rares à ne pas vraiment jouer le jeu de la beauté, elle aime ce qu’elle est. Pas besoin de plus. « Racontes moi ». Pas besoin de s’excuser, elle préfère qu’il soit en vie et est perdu la dague, elle sera capable de la retrouver de toute façon si elle envoie ses furies donc autant savoir ce qui s’est passé plutôt que de tuer la personne qui aura sa dague sans savoir pourquoi. La déesse n’est pas connue pour sa patience et son mari n’étant pas en état en ce moment de l’apaiser, il est clair qu’elle ne fait pas d’effort sur ce sujet.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptySam 26 Jan - 12:24

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Mon père… Je ne sais rien de lui, si ce n’est qu’il est Humain. Et je n’ai jamais posé de question. Après tout je sais déjà qui est ma mère. Et quand bien même tu ne te serais jamais manifestée à moi, aurais-je cherché à connaître mes origines ? Il est clair comme de l’eau de source, que cela m’aurait été impossible à découvrir. Et je me serais contenté du mystère entourant mes origines, tout en sachant que quelque part dans mes aïeuls il y a une Fey… Car c’est la condition nécessaire pour être Druide : avoir du sang de Fey. Alors je me contente d’acquiescer de la tête. Et je retiens un léger soupir. Je ne m’attarde guère sur ce sujet, je poursuis en parlant du Dagda et de ses étranges réactions par moment. « Je crois qu’il ne m’apprécie pas. », je réponds en haussant des épaules. C’est du moins ainsi que je le ressens lors de nos rencontres. « Après tout, il est ton époux et je suis ton fils illégitime pour parler comme les Humains. » J’ignore si vous avez les mêmes règles que les Mortels.

Mais peut-être as-tu raison. Peut-être n’est-ce qu’une histoire de magie qui décline pour lui. « Peut-être est-ce parce que je remplis mal mes dévotions et mon devoir, qu’il se montre si désagréable. Après tout, je suis là pour conserver votre culte et on ne peut pas dire que je réussisse franchement à combattre cette nouvelle religion. » Bien au contraire, les conversions au dieu unique se multiplient, souvent poussées par la peur. Et moi, que puis-je apporter aux croyants pour les convaincre de ne pas changer de religion ? Pas grand-chose… « Je ferais mieux. » Quitte à aller dans les grandes cités et à mourir sur le bûcher. Cela dit comme le feu ne peut m’atteindre… Puis je mentionne mes prophéties, et ce fameux rêve visionnaire avec cette Créature inconnue et imposante. Un Dragon, donc, d’après ce que tu me dis. J’ai beau fouiller ma mémoire, je ne trouve aucune information ou mythe à leur sujet. J’en déduis donc que les Barbes n’en parlent jamais. Mais après tout, les Dragons n’existent pas ou plutôt n’existent plus dans notre monde. Et vu ta réaction, il n’y en a point dans l’Annwvyn non plus. Donc, où vais-je trouver cette Créature, si bien sur il est de mon devoir de la dénicher…

Et je réfléchis à voix hautes, cherchant à comprendre le pouvoir réel d’un Dragon et comment je dois interpréter mon rêve. Est-ce une vision qui va se réaliser ou bien un message à déchiffrer? Dois-je partir à la recherche d’un Dragon ou bien vais-je juste en rencontrer un ? Tant de questions et si peu de réponses… Je tourne le regard vers toi quand tu me réponds, même si cela ne m’avance pas énormément en ce moment précis. Mais après tout, tu n’es pas prophétesse et tu ne sais que ce que je t’ai raconté de mon rêve. Ou plutôt de ce qui m’est resté à l’esprit après mon réveil, et de ce que j’ai pu voir à travers la brume le recouvrant. Les visions du futur sont toujours floues, comme recouvertes de brouillard ou vu à travers la surface d’un lac… Parce que l’avenir est mouvant et changeant. « C’est vrai. Cette Créature dans mon rêve a un côté beau et majestueux, respire la puissance et la force et surtout le Glamour » Beaucoup de magie semblaient se dégager de l’imposant animal. Et je fronce un peu des sourcils. « Tu veux dire que je suis lié à ce Dragon ? Qu’il m’a choisi ? », je questionne incertain. Pourquoi moi qui ne suis que Devin et jeune ? Pourquoi pas un Druide vieux et sage ? Mais tout chose a une raison d’être.

De toute évidence, cela est ma mission, ou du moins ai-je un lien avec cette Créature. On dirait qu’elle me parle en rêve selon tes dires. C’est un peu étrange parce que nouveau comme concept. « Je suppose qu’il y aura d’autres rêves avec d’autres détails plus visibles. Je dois donc trouver un Dragon adulte ? » Je l’ignore. Et je doute que tu possèdes la réponse à cette question. « Je comprendrais à un moment. » Comme toujours, certaines visions demandent plusieurs rêves prophétiques pour s’affiner assez et être compréhensibles. Une chose en entraînant une autre, je mentionne les ténèbres et leur force qui vivent en mon être. Cette part d’ombre que j’ai hérité de toi. Et je souris. « Cela me serait utile. Si tu as le temps, j’accepte volontiers ton enseignement. » Car tu es mieux placée qu’un Barde ou tout autre Druide pour m’apprendre à contrôler ces forces destructrices, qui m’habitent. Je me sens même soulagé d’avoir ton aide avec cette part de moi, que j’apprends seulement à connaître.

Puis je t’offre un bracelet et je m’excuse d’avoir perdu ta dague. Je sais la valeur inestimable des objets créé par les Lutins pour vous autre les Dieux. « Je me suis approché de la mer par curiosité. Il y avait un cimetière de bateaux échoués. Je pensais pouvoir m’y reposer, ayant chevauché toute la nuit pour contourner Galway. », je raconte en observant l’herbe à mes pieds. « C’était le sanctuaire d’une Sirène. Je ne le savais pas. Elle ne voulait pas me laisser partir sans que je paye pour ma vie. Comme je t’ai mentionné, elle a exigé un objet venant de ce monde, et je n’avais que ta dague… Soit je lui donnais, soit je lui servais de repas. » Et comme je ne peux mentir, tu sais que je te conte la vérité. « Ce sont d’étranges créatures que les Sirènes, d’une grande beauté et d’une voix ensorcelante, mais avec un sale caractère et des dents bien acérées. », je commente. Enfin je ne juge pas, même si j’ai bien compris que nous ne pouvions nous comprendre. Je ne compte guère retourner près des rivages de la mer, et certainement pas là où réside cette créature affamée.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyLun 18 Mar - 11:33

Le repos de mon âme...
 
Morrigan efface d’un geste les paroles de son fils. Dagda n’a que faire du fait que c’est un fils illégitime, il a des enfants aussi et elle ne voit pas pourquoi son mari en aurait contre Lucan alors qu’elle a bien d’autres enfants. Il est vrai que c’est le seul druide puisque beaucoup sont surtout des guerriers qui combattent en son nom mais il serait bien mal placé pour dire quoique ce soit. Elle n’a pas envie que son fils se prenne la tête pour aussi peu de toute façon. « Tu n’es pas fautif. Il n’y a peu de druides et les hommes ne veulent plus croire. Cela changera » Parce que la déesse ne compte pas laisser cette nouvelle religion prendre le dessus sur ce qu’ils sont et sur leur existence. Elle est la mort et le combat elle sait bien qu’elle sera toujours éveillée parce qu’il y a besoin d’elle mais elle ne compte pas laisser les autres s’endormir. Elle n’est certainement pas amie avec tous mais une unité est malgré tout importante pour que les choses avancent pour les dieux. Elle sait qu’on la juge trop dure, trop mortelle et cela ne changera jamais parce que CA les hommes y croient alors si on doit faire appel à leur côté primaire il n’y a aucun soucis et elle est douée là dedans. C’est pour ça qu’elle apparaît sur les champs de bataille du côté des siens, qu’elle les aide, qu’elle s’occupe de leur âme. C’est aussi pour ça qu’elle enfante des guerriers, pour qu’elle puisse continuer de faire survivre leur existence. C’est sa façon de voir les choses. Certainement une façon un peu dure mais elle est ainsi.

Et quand elle entend son fils parler des dragons elle se dit que les choses vont bel et bien changer sinon pourquoi cette créature ancestrale se montrerait dans les rêves de son fils ? Et elle en est plutôt fière d’ailleurs. Ce sont des créatures de pure magie, de pure puissance et elle espère bien qu’ils vont revenir parce que cela risque de changer pas mal de choses. Ils ne sont que des légendes maintenant, comme les dieux dont on parle comme s’ils étaient juste des mythes étranges alors que s’ils apparaissent de nouveau, dragons comme dieux, cela permettra de montrer de nouveau leur puissance et cela inversera les rôles. « Certainement » Un dragon ne prend jamais au hasard les gens avec lesquelles il communique. « Tu aurais d’autres rêves » Car elle ne peut répondre à toutes ses questions elle n’est pas prophétesse en effet, elle voit la mort mais pas l’avenir aussi elle ne peut que dire ce qu’elle en pense, parce qu’elle a déjà eu l’occasion de pouvoir voir ses créatures majestueuses mais elle ne peut dire clairement ce qu’il veut. D’autres rêves, d’autres signes et Lucan saurait à un moment quoi faire.

« Je ne l’aurais pas proposé sinon » Morrigan n’est pas du genre à proposer des choses alors que ça l’ennui ou sans le faire ensuite, ce n’est pas son mari qui utilise les mots pour donner plusieurs sens aux phrases, elle fait dans le concis, le précis. Rien de tel pour avoir une conversation efficace. Et cette histoire de dague l’intrigue, elle veut savoir ce qui s’est passé parce que, justement, elle ne laisse jamais rien au hasard. Elle écoute donc le récit de son fils en silence, notant les différents lieux dont il lui parle pour pouvoir aller y faire un tour. « La perte de ma bague n’est rien. » Face à sa vie rien n’est important de toute façon, elle lui en offrira une nouvelle, ce n’est pas grave, la déesse se moque de cela. « Lui as-tu qui tu étais ? » Car elle veut savoir si Lucan a dit de qui il était l’enfant pour pouvoir juger de ce que la sirène était en droit de demander ou pas. Elle n’apprécie pas qu’on touche à son enfant comme elle n’a jamais apprécié qu’on touche à ce qui lui appartient et là c’est sa chaire, autant dire que beaucoup de choses peuvent rapidement lui déplaire quand il s’agit du jeune druide. « Comme toutes créatures les sirènes ne sont pas sans défense, elles sont même de redoutables adversaires qui défendent farouchement leur territoire et celui de leur Dieu. Manannan Mac Lir est un sage mais ses enfants sont tous redoutables, méfies toi. » Morrigan connait le dieu de l’Océan, il n’est pas un fomoire comme un autre, il est un sage, un ancien, un dieu qui a donné l’immortalité à beaucoup, qui est conscient de beaucoup de choses mais les siens peuvent être féroces et le temps n’est pas venu à la guerre avec les fomoires, il y a bien plus intéressant à faire. « Je t’en offrirais une nouvelle » Et certainement une ou deux choses de valeurs pour avoir ce qu’il faut s’il doit marchander de nouveau, même si elle a quelques mots à dire à cette sirène.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] EmptyDim 24 Mar - 10:32

Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle

@Morrigan & @Lucán

Je ne connais pas tes plans, ni ceux des Dieux pour combattre les Chrétiens. Je sais juste que les miens se sont fait massacrer en grande partie. Autrefois, nous ne portions pas d’armes. Cela était proscrit. Puis les guerriers de la Nouvelle Religion sont arrivés. Ils ont tué des Druides en grand nombre, sans beaucoup de difficultés, vu que notre seule arme était la parole et notre magie. Mais le Glamour n’est pas toujours simple à manipuler dans l’urgence d’un combat. Ils ont profité de nos préceptes pacifistes, de notre rôle de conseiller sage qui accueillait tout le monde pour nous exterminer… Alors aujourd’hui, nous portons aussi des armes. Même si prendre une vie humaine nous est interdit. Au moins pouvons-nous nous défendre face aux assassins. Et je mordille ma lèvre inférieure quand tu dis que je ne suis  pas fautif. « Je l’espère. », je murmure en réponse. J’espère que les Humains reviendront à leurs croyances d’origine. Mais j’ignore quoi faire pour pousser les Mortels dans ce sens, à part remplir mes fonctions de Devin et Guérisseur gratuitement et généreusement avec tout le monde, y compris les convertis.

Parler des Dragons m’intéresse. Ce sont des Créatures liées au Glamour, que je ne connais pas. Alors je te questionne, désireux de mieux comprendre mon rêve prophétique. Il n’y en a eu qu’un. Et par expérience, je pense qu’il s’agit plus d’une vision trouble de l’avenir. Certes tout ce que je vois ne se produit pas à l’identique. Si on peut entrevoir le futur, c’est qu’on peut le changer. Et pour cela il faut faire le bon choix : pour que la prophétie se réalise ou pour changer le cours des choses. Et dans le cas présent, j’ignore si je dois faire en sorte qu’elle se réalise ou non. Mais je dois trouver un Dragon. La belle affaire, j’ignore où chercher. Et tu ne possèdes pas cette réponse non plus. « Patience est mère de Vertu. », je murmure vaguement. « Il suffit de patienter, et les réponses viendront d’elles-mêmes. » Et tout viendra au bon moment comme toujours. Il ne me reste qu’à attendre la manifestation du Dragon ou d’un événement me menant sur cette voie.

Un léger sourire flotte sur mes lèvres. La politesse des Humains ne touche point les Feys. Et la manière de formuler certaines phrases juste pour la courtoisie ne semble guère t’atteindre. Je suis bien placé pour remarquer les différences culturelles d’un monde à l’autre. « Je te remercie. », je finis par ajouter. Et je ne nie pas que passer du temps avec toi et recevoir ton enseignement me rend joyeux et fier. Peu de Druides peuvent avoir pour mentor une Fey ou une Divinité. Et finalement, je m’excuse d’avoir dû me séparer de la dague ouvragée, que tu m’as offert. À ta demande, je te raconte ma rencontre avec la Sirène dans son sanctuaire. Ce ne fût guère plaisant. J’ai un léger sourire en quoi quand tu insistes sur le fait que perdre cette dague n’est pas grave. « J’ai dit être Druide et ton fils. Je t’ai cité. Je le fais rarement, mais elle appartient aussi à ce monde alors… » Je me suis dit qu’elle te connaissait forcément. « Elle a dit que tu n’étais pas sa Déesse et qu’elle ne te devait pas obéissance. », je déclare après une brève pause. « Ensuite elle a négocié ma vie, arguant que j’avais enfreint des lois en entrant sur son territoire, alors que rien ne signalait qu’il lui appartenait. » Et je dois dire qu’à ce jeu-là, j’ai dû être aussi têtu que toi. Quand tu me dis que les Sirènes sont redoutables, j’acquisse. Je ne retournerais guère de si tôt sur un rivage ! Et je souris quand tu me promets une nouvelle dague. « Merci »

[Conversation terminée]
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Contenu sponsorisé




Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty
MessageSujet: Re: Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]   Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Le repos de mon âme se fait auprès de ton aura maternelle [Morrigan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le roi a fait battre tambour
» michelle martely se fait gifleret avilir en republique dominicaine
» Errer fait réfléchir [Eris]
» Pris sur le fait [PV Ish , Sai]
» J'ai fait un cauchemar... [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres de Légendes ::  :: L'Annwvyn-
Sauter vers: