AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
party balons Réouverture du forum. party balons
Les annexes ont été réécrites. Pensez à les lire Help darling ft. Morrigan 3399834895
Inscription & partenaires ouvert. Rejoignez-nous enjoy
arc en ciel Bienvenue en Irlande, terre de mythes et légendes leprechaun

Partagez
 

 Help darling ft. Morrigan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dagda
Tuatha Dé Danann

Dagda

Talents cachés : Temps, l'éternité et les éléments. Possède deux artéfacts permettant de redonner la vie aux morts.
Savoir faire : Dieu druide.
Trésors trouvés : 148

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptyMar 4 Déc - 22:53

help darling

 
Niché dans la pénombre du Sidh de son épouse, Dagda observait le bal des âmes, de celles lumineuses des guerriers tombés sur le champs de bataille aux sluags plus sombres et inquiétants, âmes perdues de guerriers déshonnorés, d'âmes égarés, de suicidaire et de tortionnaires. C'est avec étrangeté qu'il songea qu'il avait sans doute plus en commun avec ces âmes torturées qu'avec celles lumineuses. Comment Morrigan pouvait encore supporter son vague à l'âme ? Vague à l'âme qui était nettement empiré quand il revenait d'une soirée avec Baudelaire. Diantre qu'il aimait ce poète mais que sa compagnie pouvait être désastreuse sur son humeur. Cependant, le pauvre Baudelaire n'y était pour rien, c'était Dagda qui déprimait de plus en plus sévèrement.

L'absence de magie, l'absence de foi, l'absence de sidh. Il pouvait compter tout ce qui lui manquait, le nombre de druide en sans cesse diminution, il n'avait pas besoin de sortir de carnet et de commencer à décompter, même son amour des sciences était affecté. Quand il avait vu l'homme marcher sur la Lune, il avait cru, que le rêve pourrait à nouveau s'insinuer chez les hommes, la magie trouver une nouvelle voie, mais peu importait où il regardait, il n'y avait plus de magie, que de brèves songes qui prenaient fin aussi rapidement qu'ils étaient apparus… en 2018, le programme spatial en serait au point mort, maintenu en place que pour des observations scientifiques faites depuis l'Orbite de la terre, n'y avait-il rien de plus déprimant ? Chacun de ses voyages parmi les hommes le rendait plus déprimé encore.

Un bruit le poussa à quitter le flot de ses pensées. Il entendit les hurlements des banshees l'avertissant de l'arrivée de son épouse. Elle allait piqué une crise dont elle avait le secret en le voyant, rien que sa tenue montrait d'où il venait, directement du 20e siècle, le pire ou presque. Dagda avait une haine farouche contre l'Eglise et détestait la Sainte Inquisition, mais il trouvait que le 20e siècle était un perpétuel gâchi, et ce n'était pas les petites bulles de magie, de créativité et de découvertes scientifiques qui changeraient cela ! Il ne pouvait cependant s'empêcher d'y retourner, notamment auprès d'un groupe de neo druides pratiquant la wicca. Hier encore, il avait participé à une vidéo youtube qu'ils faisaient pour expliquer les célébrations de Samhain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptyJeu 27 Déc - 18:58

Help darling
 
Le cri des banshees a son arrivée fait sourire la déesse qui ramène avec elle et d’autres de ses compagnes des âmes. Un bon combat, rien de tel pour remettre en forme la déesse guerrière qu’elle est et elle répond toujours avec grand plaisir à ce genre d’appel. Arriver sur un champ de bataille sous sa forme d’oiseau, se transformer en transperçant au passage plusieurs ennemis et insuffler en leur cœur la rage aux hommes qu’elle désire avant de semer l’effroi parmi les autres. L’homme qui l’avait appelé ne savait pas si elle viendrait ou pas mais il l’avait fait avec ferveur et la voir apparaitre l’avait alors galvanisé, se chargeant de La montrer à ses compagnons alors qu’elle se mêlait au combat. Elle avait mené l’assaut avec lui comme on mène une vie avant de choisir les hommes qui auraient un départ doux pour leur âme et ceux qui seraient tourmentés encore parce qu’ils n’avaient pas fait les bons choix, certainement sa partie préférée. Elle avait profité de ce combat et aussi de l’après, ce moment où on fête une victoire, où on vénère la vie qui continue alors qu’on vous offre une nouvelle chance.

C’est ainsi qu’elle revient vers son sidh, glorieuse et tranquille. Plutôt apaisée même. Ses affaires de guerrière laissent rapidement place à une robe de ténèbres, ce qu’elle préfère largement quand elle est chez elle. Elle a encore du sang collé au corps mais cette sensation ne l’a jamais dérangé, elle prendra le temps de l’enlever plus tard. Elle sent la transpiration, le sang et certainement un peu le sexe aussi mais elle aime profiter de ses rares apparitions dans le monde des hommes. Elle va regarder la tenue de son mari avec dédain alors qu’elle fait signe aux banshees de prendre en charge les âmes qui sont avec elle. « Tu n’as vraiment que ça a faire ? » Aller dans d’autres siècles pour se vautrer dans les salons de poètes ou de prophètes pour essayer de porter la bonne parole alors qu’il n’y croit pas lui-même. Comment peut il le faire d’ailleurs ? Il n’y croit même plus…

Elle passe devant lui sans vraiment le regarder pour aller poser sa lourde épée sur son socle. Elle n’est pas douce avec lui en ce moment elle le sait mais elle a épousé cet homme parce que c’était le seul moyen de maintenir leur monde, l’équilibre. A une époque il était sa conscience, l’être calme qui apaisait ses colères et elle était celle qui le poussait à plus agir. Aujourd’hui elle est seule. Il n’est plus que l’ombre de lui-même. La croyance des hommes baisse mais au lieu de réagir avec fougue, il se complait dans une déprime qui l’agace, elle se demande parfois même s’il est encore un homme, chose qu’il était capable de lui prouver avant. « J’ai connu un dieu bien plus puissant que ce que tu n’es aujourd’hui. Et la croyance n’a rien à voir avec cela Dagda » Fait elle durement pour le faire réagir parce que, parfois, cela fonctionne. « Arrêtes de te morfondre, agis ! Enfin… Si tu en es encore capable » va-t-elle faire en se plantant devant lui et en touchant avec dédain les affaires qu’il porte.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Dagda
Tuatha Dé Danann

Dagda

Talents cachés : Temps, l'éternité et les éléments. Possède deux artéfacts permettant de redonner la vie aux morts.
Savoir faire : Dieu druide.
Trésors trouvés : 148

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptyLun 31 Déc - 14:44

help darling

 
Sa présence pesait à Morrigan, il en avait conscience. Elle ne le regardait plus comme avant, en vérité, son regard l’évitait comme si elle ne voulait pas le voir dans cet état. Ce qu’il comprenait parfaitement. Il se répugnait lui-même quand il croisait son reflet dans la glace. Ses cheveux coupés court après le massacre des druides, il se souvenait de la rage qu’il avait éprouvée alors, de la colère, Morrigan avait voulu venger ces morts par des raids rapide et meurtriers et il l’avait suivi, il avait épousé la rage de son épouse, comme si c’était la sienne, et peut-être bien, qu’elle venait bien de lui. Mais une fois la colère évanouie, il était resté que la tristesse, et le sentiment de vide. Il n’avait pas laissé repoussé ses cheveux, avait abandonné la tenue du dieu druide, ces longues robes blanches immaculée pour des tenues abhorrées par des mortels, il avait exploré les différentes époques et terres espérant trouver un maigre espoir mais tout avait été balayé par les déceptions qu’il avait traversé.

La puissance diminuée du dieu, la magie manquant cruellement à l’appel, il prétendait que cela venait de la perte de foi des hommes mais s’il était réaliste, s’il écoutait Morrigan, il devait admettre qu’il avait lui-même perdu la foi. Si lui même n’y croyait plus, qui pourrait bien encore croire en eux ? Il désespérait de ne jamais retrouver l’éclat d’autre fois, éprouvant le même vague à l’âme que son frère Nuada avait éprouvé pendant des siècles alors que son bras manquait à l’appel. Mais est-ce que la déesse de la médecine pourrait l’aider ? Il doutait que qui que ce soit le puisse, peut-être son épouse. Elle avait toujours l’agiter autrefois, lui donner le feu de la guerre quand il en avait besoin. « Agir… c’est ce que je fais, tente de faire. Aller chez les hommes, veiller sur les rares druides qui s’établissent encore, si l’on peut appeler cela des druides… » Le néo paganisme lui laissait des doutes. Morrigan avait ses banshee, furieuses et redoutables comme le baiser de la mort, mais lui avait perdu ses druides. Il avait réussit à en sauver quelques uns, à les amener ici, dans l’autre monde, mais la plupart étaient morts, dans le royaume de Morrigan à présent.

« Je ne sais pas comment tu fais pour continuer alors que les hommes se détournent de nous. Si la foi persiste, c’est en ce stupide dieu unique. Toi encore, il y aura toujours des guerres en ce monde, toujours des âmes damnées, mais les druides ont disparu, la magie a disparus, et toutes les valeurs que nous portions, toute l’inspiration, les rêves et la fantasy que nous amenions aux hommes, ils n’en ont que faire. » soupira-t-il de dépit. Bien sûr, il restait toujours quelques enfants pour croire aux fées, mais cette foi était insuffisante, et trop vite détruite. Il trouvait encore de l’espoir dans la création artistique, les peintres comme les poètes ont continué à porter cette foi, mais ils ont aussi distillés dans l’âme du Dagda un vague à l’âme persistant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptySam 12 Jan - 23:11

Help darling
 
Oui sa présence lui pèse, elle n’aime pas le voir ainsi. Où est le Dieu druide ? Où est cet homme qui est capable de faire de la magie avec rien ? Où est cet être adoré par son fils ? Elle ne sait pas mais certainement pas devant elle et elle a de plus en plus de mal à supporter tout ça. Et si le Dieu druide ne tempère plus sa femme, les raids de celle-ci avec sa sœur deviennent de plus en plus brutaux, de plus en plus meurtiers. Elle se défoule, elle a envie d’exterminer ce qui se dresse devant eux et ne compte pas s’arrêter. Elle le fait pour les siens, pour lui même s’il est bien trop plongé dans ses sombres pensées pour s’en rendre compte. Si son regard croise le sien elle n’y voit plus la fougue d’avant aussi elle évite son regard, elle préfère faire comme s’il n’est pas là et continue sa vie parce qu’elle ne compte pas laisser la déprime de son mari l’envahir, elle est bien trop fière pour ça et si son mari réagit en pleurant sur son sort, elle réagit en guerrière et emporte beaucoup plus d’âmes avec elle, bien heureuse de voir les âmes de ce fameux dieu unique errer sur le champ de bataille sans savoir quoi faire parce qu’il est peut être leur unique mais il n’est pas là à chaque instant et clairement pas sur ce genre de bataille.

Un sourire mauvais se dessine sur les lèvres alors que son mari lui répond. « Ce n’est pas agir ça Dagda ! » Croit-il vraiment que c’est en y croyant aussi peu qu’il va pouvoir faire quelque chose pour les siens ? Elle va le faire se lever sans vraiment lui poser la question, le tirant par la main avant de tourner autour de lui. « Où est la robe du Dieu Druide ? Où est ta magie ? Où est ta science mon mari ? Où est ta fougue ? » Fait-elle en continuant de regarder avec dédain ce qu’il porte avant de lui ôter sa veste d’un geste et en la jetant plus loin. « C’est vrai, les guerres auront toujours lieu, j’aurais toujours des gens pour m’appeler, des âmes à m’occuper, mes furieuses pour être à mes côtés mais c’est aussi parce que j’apparais, parce que je fais parler de moi que tout cela continue. » Que croit-il ? « Il y a toujours des druides ! Il y en a moins certes comme j’ai moins de mes guerriers sur les champs de bataille mais il y en a ! Et tant qu’il y en aura je continuerais d’être à leur côté, de leur offrir ce qu’il désire. J’y crois Dagda c’est ça la différence entre toi et moi, c’est que j’y crois or TOI tu n’y crois plus, tu ne veux plus y croire et ça c’est uniquement de ta faute, ne rejette pas tout sur les hommes. »

« Les humains ont besoin de croire ! Peut être qu’à certaines époques ce foutu Dieu unique est plus important que nous mais les choses changent ! Ne vois-tu pas qu’à certaines époques on parle de nous ?! Merlin n’est il pas celui dont on parle le plus ?! Crois tu que c’est en vêtement aussi « humain » que les hommes pensent à lui, non c’est dans sa robe blanche de druide. Qu’as-tu fait de la tienne ? Tu as tout rejeté le jour de ce massacre mais tu baisses les bras trop vite mon cher mari. Remues toi ! Apparais ! » Elle se remet devant lui, collant son corps nu contre sa chemise, le fixant de ses yeux ébènes, ceux qui apportent la mort et la destruction et qui sont capables de transpercer une âme. Cela fait longtemps qu’elle ne l’a pas regardé ainsi et peut être est ce la dernière fois qu’elle le fera s’il continue de se complaindre dans cette déprime ridicule. « Rappelles toi ce que tu me disais souvent : Même le plus petit des soupirs peut créer une tempête dévastatrice. Même le plus petit de colibris peut battre des ailes et entrainer un monde avec lui. A une époque d’une simple étincelle tu étais capable d’en faire un feu d’artifice. Tout ça tu l’as oublié. » Aujourd’hui et à toute époque il a encore des partisans mais il les étouffe avec sa déprime plutôt que de leur coller des ailes pour qu’ils aillent plus loin. On ne peut pas demander aux gens de croire en quelque chose qu’on ne croit pas soi même et ça, même Morrigan le sait.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Dagda
Tuatha Dé Danann

Dagda

Talents cachés : Temps, l'éternité et les éléments. Possède deux artéfacts permettant de redonner la vie aux morts.
Savoir faire : Dieu druide.
Trésors trouvés : 148

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptySam 16 Fév - 20:08

help darling

 
Sa magie, elle s’amenuisait, sa science, il l’avait perdu en route, quand la colère, la rage puis la tristesse avait pris le dessus. Dagda avait bite conscience, au fond du nauséabond lui, que tout cela n’avait que trop duré, que son deuil pour la mort des druides, pour le massacre sans nom de tous les druides. Il savait qu’il lui suffirait de faire comme sa femme, aller dans chaque époque, trouver de nouveaux druides, que s’il faisait vraiment des efforts, il parviendrait à faire renaitre la foi, la magie. Il lui fallait réveiller la foi. Ce ne serait pas aisé, le dieu unique avait prit toute la place. Mais n’était-il pas le dieu de la ruse, des belles paroles ? Ogme lui avait plusieurs fois proposé de prendre exemple sur leurs frères vikings dont la foi ne s’était épuisé, que faiblement. S’il fallait enjoindre les rares fidèles à mettre le feu à des églises alors qu’il en soit ainsi. Morrigan pensait peu ou prou la même chose. Il le savait comme elle l’enjoignait de faire plus que de simplement prendre sous son aile les survivants, les quelques héritiers épart.

Il l’observait, ses traits se plissaient sous le coup des remontrances. Son épouse avait toujours été si passionnée, lui aussi fut un temps. Fut un temps, il enjoignait les joutes spirituelles entre les druides, observait les battle et jugeait qui était le meilleur orateur. Ogme adorait ces batailles orales, ces joutes sans fin. Cela faisait des siècles, des millénaires qu’il n’avait plus fait cela. Morrigan avait raison, il ne croyait plus. Après le massacre des druides, il était demeuré apathique. La colère, la tristesse puis l’inaction, la passivité la plus complète. Dagda releva les yeux vers sa dulcinée qui bouillonnait de colère non contre les hommes mais contre lui. Il savait qu’elle supportait à peine son état de dépression avancée, qu’elle brûlait de réveiller en lui une flamme qu’elle pensait endormie et craignait de la voir disparaître à tout jamais. Le jovial, le charismatique, le poète à ses heures perdues, le scientifique, l’orateur avait disparu. Il lui arrivait encore d’avoir des fulgurances mais elles étaient aussi éphémères que les papillons.

Merlin. L’évocation de ce nom raviva en lui les flammes, l’espoir. Il était le dernier druide guerrier, le dernier des celtes, le dernier et pourtant, il avait enflammé le Moyen Age, il avait donné à l’Irlande et à la Bretagne son dernier grand roi, il avait donné lieu à une légende qui allait perdurer pendant des siècles. Dagda avait été au côté de Merlin, comme de tous les druides, et avait été soufflé de voir la force de caractère de ce jeune druide, mais à la fin, lui aussi avait été emporté par l’amertume, la perte de confiance en lui, et de sa foi. Dagda regarda son épouse, qui lui rappelait ce qu’il lui avait enseigné un jour, ce qu’il lui avait conté, que l’espoir ne disparaissait jamais. « Je me souviens de cela, je me souviens de ce que j’étais. Je sais que cet état apathique n’a que trop duré. »

Sa voix était emprunte de fermeté mais c’était une fermeté vacillante. Face à Morrigan, face à ses remontrances, il se sentait investi d’une mission, d’une force qui lui avait manqué mais il craignait qu’elle ne s’évanouisse dès qu’il se retrouvera seul, dès qu’il parcourras le monde en découvrant que les druides de part le monde se comptaient sur les doigts de la main. Il tourna son regard aux couleurs de l’océan vers les monts arides du royaume de sa dulcinée. « Tu as raison, mais j’ignore si le désir de retrouver la foi suffira. » Le Dagda regarda à nouveau son épouse, il eut un sourire fatigué. Il était fatigué de cette errance, de cette absence de magie, il s’épuisait lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptyLun 18 Mar - 12:20

Help darling
 
La passion. Oui sa femme est passionnée, elle l’a toujours été sous ce premier abord froid et distant, elle l’est parce que, comme tous les dieux, elle est consciente de ce qui est en train de se passer et elle ne comprend pas que son mari puisse être dans cet état. Il est le dieu druide il est certainement le plus atteint en effet de tout cela car avec le manque de croyance la magie s’éteint mais croit-il qu’il est le seul à en être impacté ? Tous les dieux en ont besoin pour rester éveiller, pour vivre correctement et personne ne baisse autant les bras que lui, il ne rend même pas compte qu’il entraine tout le monde avec lui. Même ses frères n’arrivent pas à le faire changer d’avis alors elle y va fort pour le secouer, pour lui faire comprendre qu’il est temps de se redresser, qu’il est temps d’y croire encore au lieu de pleurer toute la journée, regarder les âmes passer et aller se réfugier dans l’avenir pour parler à des écrivains qui lui permettent d’entretenir cette déprime qu’il a tout le temps… Par Danu… Comment a-t-il pu en arriver là ? Où est ce mari si flamboyant qu’elle avait à une époque, capable de lui conter des récits passionnants et de l’envouter autant que l’assagir ? Loin certainement…

« Alors bouges Dagda, redonnes espoir ! Ca suffit. Tu as fait le deuil de tes druides, tu le feras encore car les guerres n’arrêteront pas mais occupes toi de ceux qui te restent au lieu de t’occuper des morts. Ca c’est ma tâche et rappelles toi que nous sommes mariés pour apporter l’équilibre, par pour être identique. » lâche t’elle sans le quitter des yeux alors qu’elle croit déceler un peu plus de volonté dans sa voix mais est ce que cela sera suffisant pour le relancer totalement ? Elle a un doute, elle sait qu’il y a encore beaucoup à faire pour que les choses avancent enfin de son côté mais peut être que c’est le début. Qui sait ? Cela fait tellement longtemps qu’il est dans cet état qu’elle ne saurait dire vraiment s’il va finir par se bouger ou pas mais elle garde espoir. Dire que c’est elle qui à espoir alors que cela a toujours été lui, elle n’est pas censée jouer à ce jeu.

Elle se recule quand il regarde son sidh, ce territoire qui n’est normalement pas le sien car le dieu druide n’a rien a faire au milieu des banshees, c’est la place d’aucun homme et certainement pas du Dadga qui est la vie, lui qui normalement peut même reprendre des âmes à sa femme. Mais tout ça il l’a perdu depuis des années, depuis qu’il a décidé d’oublier qui il est, de fermer les yeux pour moins voir, de se regarder le nombril. « Mais que te faut il de plus ? Si tu ne crois pas en les tiens, qui va le faire Dagda ? Ce n’est pas le travail des autres dieux, nous sommes tous en train de tenir nos croyants comme nous le pouvons, nous sommes tous en train de travailler à garder nos fidèles pour combattre ce Dieu unique. On a besoin que tu le fasses aussi ! Peux-tu arrêter d’être égoïste ? » Et c’est elle qui dit ça, la déesse de la mort, celle qui emporte les âmes comme elle le désire qui le dit parce que dans ce cas précis il n’y a que lui qui est en train de penser seulement à sa petite personne. « Juste la foi… Réalises tu que tu condamnes les druides qui restent ainsi ? Il est temps de te redresser, d’aller vers les autres, de mener des aventures comme avant, de conter comme tu savais le faire. Même Manannan est éveillé, sais tu ce que ça veut dire ? » Si même le plus ancien des dieux a été éveillé ça veut dire que les choses vont changer et qu’il est justement temps que des décisions soient prises. « Trouves toi des fidèles, entraines les dans tes aventures, crées Dadga, c’est ce que tu sais faire le mieux, communique tes connaissances, fais ouvrir les yeux aux hommes. »


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Dagda
Tuatha Dé Danann

Dagda

Talents cachés : Temps, l'éternité et les éléments. Possède deux artéfacts permettant de redonner la vie aux morts.
Savoir faire : Dieu druide.
Trésors trouvés : 148

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptyMer 17 Avr - 21:31

help darling

 
Evidemment que son épouse avait raison. Les morts lui avaient toujours appartenus, mais elle n’avait jamais été emprunte de mélancolie comme il l’était, l’avait été, elle n’était pas emportée par la tristesse et la tragédie, contrairement à lui, elle n’avait jamais été de ces pleureuses, elle brillait d’un éclat de colère. Comme toutes les femmes celtes éprouvant le deuil. Il n’y avait de femmes éplorées, il le savait. Les celtes n’avaient pas pour habitude de laisser le deuil les détruire de l’intérieur, il était le seul à agir ainsi. Et il se détruisait en agissant de la sorte. Il ne se reconnaissait même plus dans le miroir. L’homme qu’il avait été, passionné, éloquent, prêt à tout pour remporter la bataille, parfois même pervers et vicieux, cet homme là avait disparu. Il n’était plus que l’ombre de lui-même, une ombre vacillante. Il voulait retrouver l’être qu’il avait perdu, la force qu’il avait laissé derrière lui, ce caractère dont il avait désespérément besoin, cet esprit malicieux emprunt de sagesse.

Sa femme le bouscule, le pousse dans ses retranchements, il la connaît. Elle tempère sa colère, ne la laisse pas la détruire, l’aiguille, la pousse dans la bonne direction et à cet instant, elle fait de même avec lui et sa peine, lui et ses doutes, lui et sa défaite. Egoïste, il l’est assurément. A trop pleurer les morts, il en oublie les vivants, indéniablement. Le Dagda sait bien qu’il n’est pas un bon dieu, qu’il a même cessé d’être un Dieu en laissant les doutes le submerger. Il est celui qui doit inspirer la grandeur, la foi, comment le pourrait-il dans l’état dans lequel il se trouve ? Il a terriblement conscience de son erreur, d’avoir laissé la peine et la douleur l’emporter aussi loin dans l’apathie, le transformer en une ombre comme ces âmes qui habitent le domaine de son épouse. Ses yeux se posent sur elle. Si belle, si victorieuse, si franche, et tellement en colère contre lui à cet instant, ses yeux s’illuminent, comme des étoiles dans la nuit noire.

« Rien n’est plus vrai que ce que tu dis là, Morrigan. Je me suis laissé abusé par ma douleur, j’ai oublié où était mon devoir, le notre. » Le Dagda s’approche de son épouse. La voir en colère lui a toujours fait un certain effet. Il est un temps, où ils se disputaient vivement, où il l’apaisait en mot et en geste, avant de lui faire l’amour. Il est un temps où de simples récits l’amenaient à des états de transe. Il est un temps où il était capable de la séduire d’un simple geste ou regard. Eprouve-t-elle du dégoût à cet instant, alors qu’il ne porte même pas sa robe de druide mais un costume d’homme provenant du 19e siècle chez les humains, encore emprunt de l’odeur de l’opium et du laudanum qu’il a consommé avec les mortels poètes et artistes emplis d’un spleen infini comme lui-même ? Pourtant, au fond de l’abime, auprès de ses amis aussi abimés que lui, il voit encore de l’espoir, de la lumière, leur poésie était capable de ravivé le passé et la gloire d’antan, il savait qu’il n’avait qu’à ouvrir la bouche et leur conter l’histoire de ses druides pour qu’ils en fassent des poèmes, des romans. Ils avaient le pouvoir de réveiller la magie endormie par leur art évocateur. Il s’approcha de son épouse et l’embrassa passionnément. « Merci chérie, tu viens de me donner une idée ! »

Dagda avait baissé les bras trop longtemps, il avait le pouvoir d’aller et venir dans le temps, il ne pouvait pas influencer ceux qui ne croyaient pas en lui, ni en la magie, ceux qui appartenaient au dieu unique, comme il ne pouvait empêcher la mort des druides qu’il avait perdu, mais il pouvait inspirer, juste assez, pour changer l’avenir. Il savait que la magie était cachée au cœur des hommes, qu’ils ne cessaient pas d’y croire en grandissant, que le Dieu unique finirait par les lasser, et assécher leur cœur.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Morrigan
Tuatha Dé Danann

Morrigan

Talents cachés : Déesse de la guerre et de la mort.
Savoir faire : Déesse guerrière. Elle veille sur le royaume des morts qui est son sidh.
Trésors trouvés : 281

Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan EmptyLun 29 Avr - 21:59

Help darling
 
Ne faut-il pas que le monde tourne à l’envers pour que ce soit Morrigan qui amène les bonnes paroles au dieu druide ? Elle est là en train de lui faire comprendre ses erreurs, ce qu’il est en train de faire, ce qu’il est en train de perdre en oubliant les siens alors que ce n’est pas son rôle. Elle le voit bien quand elle parle à Lucan, elle a toujours été proche de son fils mais à une époque, même si elle est sa mère, il restait fidèle a son mari, il venait surtout le voir lui, le dieu des druides, celui qui leur amenait la sagesse dans leur cœur et l’enseignement. Aujourd’hui il vient la voir elle pour lui parler de ses rêves, de ses inquiétudes parce qu’il sait que son dieu, celui a qui il a prêté allégeance avant Elle ne l’écoute plus du tout. Comment peuvent-ils en être arrivés là ? Elle ne comprend pas…

Elle l’observe alors qu’il pose un regard envieux sur elle, elle connait ce regard, celui qu’il finissait toujours par arborer quand leur dispute légendaire, de celles qui font trembler aussi le monde des mortels, se terminaient par tellement de colères de son côté et d’envie de la part de son mari qu’il n’y avait qu’une façon d’utiliser toute cette énergie. Cela fait d’ailleurs un certain temps qu’elle n’a pas vu ce regard et un petit sourire nait sur ses lèvres alors qu’elle s’appuie nonchalamment contre les pierres froides de son sidh, s’éloignant légèrement de lui, l’attirant d’un regard. La peau de Morrigan est aussi froide que ses pierres et que son cœur mais il est possible de la réchauffer quelques instants. Le dieu druide se souviendrait-il de nouveau de ça ou doit elle aussi continuer de laisser la déchéance de son mari l’amener à aller chercher les mortels pour tempérer ses colères ? Elle n’éprouve pas du dégout pour lui mais clairement elle aime peu ce qu’il porte et l’odeur qu’il s’en dégage même si ce parfum a un petit quelque chose de mortel qui pourrait lui convenir.

« J’ai rarement été aussi contente de t’entendre dire cela » Parce que Morrigan trouve généralement que les idées de Dadga sont bien trop douces face à ce qu’elle est capable de faire mais il faisait tellement peu de chose depuis quelques temps qu’elle se dit que c’est peut être une victoire. Son regard ébène ne le quitte pas une seconde, elle aimerait qu’il se réveille vraiment et elle croit le sentir mais comment en être sûre ? « Que désires-tu faire ? »  Non pas qu’elle pense être d’accord car il a été capable de lui sortir des idées plus fantasques les unes que les autres mais elle a envie de savoir à quoi s’en tenir et surtout une question trotte dans sa tête depuis quelques temps. « Quand vas-tu récupérer ton sidh Dagda ? La mort n’est pas faite pour toi et tu le sais bien » Cela ne l’aide pas d’être parmi les banshees de son épouse, il est la vie, pas la mort, il est les idées, pas la finalité, il est temps qu’il reprenne les rennes de sa vie et que l’équilibre se fasse de nouveau entre eux deux.


_________________
MORRIGAN - WAR AND DEATH
Le peuple donne son sang et son argent, moyennant quoi on le mène__ Victor Hugo
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t415-morrigan-deesse-gu
Contenu sponsorisé




Help darling ft. Morrigan Empty
MessageSujet: Re: Help darling ft. Morrigan   Help darling ft. Morrigan Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Help darling ft. Morrigan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (MORRIGAN) DON'T MESS WITH ME !
» [Entrainement VS Morrigan] Un combat torride
» Roses are red, the sky is blue, oh my darling.. I love you... | Nausicaa.
» True blood.
» Yes, darling ~ [ PV Solembum ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres de Légendes ::  :: Tir Na Mban-
Sauter vers: