AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
party balons Réouverture du forum. party balons
Les annexes ont été réécrites. Pensez à les lire
Inscription & partenaires ouvert. Rejoignez-nous enjoy
arc en ciel Bienvenue en Irlande, terre de mythes et légendes leprechaun

Partagez | 
 

 Lorsque le feu rencontre l'océan... [Róis Odharnait]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucán
druide devin

avatar

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 937
Trésors trouvés : 219
Age : 34

MessageSujet: Lorsque le feu rencontre l'océan... [Róis Odharnait]   Ven 7 Déc - 18:44

Lorsque le feu rencontre l'océan...

@Róis Odharnait & @Lucán

L’aube se pointe au loin, au-dessus de la mer. J’observe le soleil émerger doucement des flots, colorant le monde d’un mélange rougeâtre et oranger. C’est un spectacle, qui vaut qu’on s’y attarde. Je laisse les rayons naissants du jour caresser mon visage. Ils sont tièdes. J’inspire profondément. Près de moi, le Loup est assis et regarde méfiant l’étendu encore noirâtre de l’océan. Ce n’est pas notre royaume, plutôt celui de Fomoires et Sirènes. Je n’ai jamais rencontré aucune de ses deux races de Créatures vivants dans le monde des Humains. Et je ne désire pas spécialement croiser leur route maritime. Lentement, je descends de cheval. Nous avons voyagé en partie de nuit, profitant de la lune noire pour contourner l’immense citée qu’est Galway. Maintenant, nous sommes à quelques lieues de la ville. Et je me dis qu’un peu de repos ne ferait guère de mal à mon être fatigué, ni à mes compagnons de périples. L’hiver approche à petits pas. Il me faudra bientôt penser à diriger mes pas vers ma forêt natale.

Le Corbeau prend son envole et se dirige vers une crique. Je le suis tenant les rennes du cheval pour ne pas perdre mon compagnon. Je reste assez éloigné des vagues venant mourir sur le sable froid. Le bruit inquiète le Loup et ma monture. Ils n’ont pas l’habitude de l’entendre. Je ne viens jamais aussi près de la mer. Alors pourquoi ce matin ? Ce n’était pas mon chemin. Mais quant à passer non loin, pourquoi ne pas venir regarder ce spectacle envoûtant. Cela est si rare que j’erre dans ces contrées maritimes. J’avance donc vers les épaves, où mon Corbeau c’est posé. J’attache le cheval à ce qui devait être une pièce de bois d’un bateau avant de m’avancer un peu plus. Mes fins doigts viennent flatter la tête de mon oiseau. « Qu’as-tu donc trouvé d’intéressant ? », je questionne l’animal avec curiosité. Je poursuis mon exploration, regardant tout ce qui se trouve autour de moi. « Ma foi un endroit avec du bois et à l’abri des vents pour prendre un repas et faire du feu ! », je déclare en revenant sur une partie moins mouillée du sable.

Je me débarrasse de la besace, et je dépose mon bâton par terre. Ensuite, je ramasse tous les petits bouts de bois secs, que je peux trouver dans les carcasses des bateaux venus mourir ici. On dirait presque un cimetière. Je rassemble le tout en petit tas et je sors mes silex, ainsi qu’un peu de paille sèche d’une des sacoches de mon cheval. Puis je m’applique à faire du feu. Le Loup vient plus près s’allongeant. Son regard vert est posé sur la mer. Et de temps à autre un grognement préventif lui échappe. « Ne t’inquiète pas. Ce n’est que de l’eau. », je murmure en lui caressant la tête. Puis je m’applique à allumer un feu, qui prend relativement facilement. « Bon que va-t-on manger ? Je me demande si on peut pêcher du poisson aussi près du rivage… », je questionne le vide à voix haute. Mon regard noir se perd sur l’immensité grisâtre de l’eau.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE




Dernière édition par Lucán le Sam 15 Déc - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Róis Odharnait
femme poisson

avatar

Savoir faire : Contrebande
Début de la légende : 03/12/2017
Parchemins : 66
Trésors trouvés : 41
Age : 23

MessageSujet: Re: Lorsque le feu rencontre l'océan... [Róis Odharnait]   Ven 14 Déc - 18:55


Lorsque le Feu

rencontre l'Océan

@Róis Odharnait & @Lucán



Son sanctuaire se situait à quelques heures de marche de Galway : une large crique au sein de laquelle de nombreux navires s'étaient échoués au fil des années ; et il fallait bien avouer qu’à cette époque, rares étaient les kaupskips capables de contrer les vents ainsi que les vagues venus les accabler. Parfois, les marins tenaient le choc et survivaient au premier rempart rocheux qui décourageait quiconque de trop s'approcher. Rampant sur la plage, la tête à peine sortie de l'eau, ces gaillards finissaient la plupart du temps noyés et amenés vers les tréfonds embroussaillés. Curieuse façon de disparaitre, n'est-ce pas ? Cependant, cela faisait un temps considérable que rien ni personne ne s'était aventuré trop près de ce lieu maudit ; à croire qu'un léger élan de crainte s'y était peu à peu installé. Au fond, peut-être n'était-ce pas une mauvaise chose.  

Quelques jours auparavant, certaines rumeurs circulaient encore, celles-ci faisant état d'un lieu interdit et habité par une monstruosité au tempérament cruel. Sans doute seraient-ils surpris de découvrir que derrière les dires de ces badauds trop peureux se cachait en fait une créature dotée d’une beauté invraisemblable, et aux mouvements gracieux. Par ailleurs, les Sirènes n’étaient clairement pas reconnues pour leur gentillesse envers l'humanité ; mais se doutaient-ils seulement que c'était l'une d'entre elles qui peuplait les lieux ?  

Submergée, Róis profitait du silence ainsi que des chaleureuses cavalcades susceptibles de pouvoir l'atteindre. Vêtue de son apparat le plus simple, son corps à la traine écailleuse et écarlate se déplaçait lascivement entre les différents obstacles qui se dressaient sur son chemin. Néanmoins, tandis que la sylphide continuait de se complaire au sein de ce cocon sémillant, un bruissement vint attirer son attention. D'où cela pouvait bien provenir ? Sans attendre une seconde de plus, cette dernière regagna la surface tout en prenant soin de se clapir contre l'un de ces imposants murs de bois recouverts d'algues. Attentive, son regard s’attarda les environs dans l'espoir d'y déceler un mouvement inhabituel ; et un peu plus loin, sur la plage, elle pouvait apercevoir ses affaires : un long manteau en cuir rapiécés, une simple tunique en lin en plus de son pantalon et de ses bottes (le tout agrémenté d'une agréable senteur marine). Sur le petit tas de frusques trônaient une ceinture et un fourreau au sein duquel la lame d'une épée était dissimulée.  

Finalement, l’intrus montra le bout de son nez. Ce dernier ne devait pas avoir plus de la trentaine, un jeune homme un tantinet maigrelet et pourtant vêtu d’un accoutrement ample. Heureusement pour elle, ses propres vêtements ne se trouvaient pas en plein du milieu de la plage ; disons même qu’ils avaient été abandonnés à la lisière de la forêt, un peu en retrait. Intérieurement, elle espérait que ce dernier se rapproche de l’eau, qu’elle puisse enfin assouvir cette faim qu’elle trainait depuis des jours. Mais dès lors qu’il s’aventura entre les carcasses des navires, la Sirène se rendit compte que celui-ci ne se baladait pas seul et qu’à ses côtés se trouvaient deux autres êtres vivants : un loup imposant ainsi qu’un sombre corbeau. Directement, elle fit le lien. Rares avaient été les occasions durant lesquelles Róis pu rencontrer les dieux. Mais au fil de ses nombreux voyages, certains signes s’étaient imposés à elle. Aujourd’hui, elle reconnut en cet étranger l’aura d’une femme qu’elle admirait silencieusement : Morrigan, déité de la guerre et de la mort, sœur de Némain et Badb. Que pouvait-il bien faire dans les parages ? S’était-il égaré ? Devait-elle le laisser en paix ?

Peu importe le danger auquel elle risquait de s'exposer ; après tout, elle était le prédateur en ces lieux. Elle se submergea entièrement afin de se rapprocher un peu plus de la berge, et ce sans pour autant l'atteindre. L'inconnu pouvait alors apercevoir la silhouette de la Sirène ainsi que les nombreux remous que sa danse redessinait à la surface. Lentement, son buste dénudé se mut hors de l’eau et la jeune femme (moitié humaine, moitié poisson), se dévoila au druide ; sans prononcer un traitre mot.

_________________
Róis - Sirène des terres du nord
Si de là où tu te trouves, tu entends le chant des Sirènes, cela signifie que tu es d'ores et déjà mort.
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
druide devin

avatar

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 937
Trésors trouvés : 219
Age : 34

MessageSujet: Re: Lorsque le feu rencontre l'océan... [Róis Odharnait]   Sam 15 Déc - 13:36

Lorsque le feu rencontre l'océan...

@Róis Odharnait & @Lucán

J’entends le grognement sourd du Loup. Ce dernier fixe un point précis dans l’eau grisâtre, poils hérissés. Et le corbeau croasse énormément. Je me fige à genoux face à l’étendue salée, et je tourne la tête pour les observer. Calmez-vous. Tout va bien. Je communique par télépathie avec eux, dont offert par Morrigan autrefois et bien pratique ! Qu’avez-vous senti qui m’a échappé ? Parce qu’ils sont nerveux. Je pourrais voir par leurs yeux. Mais cela ne signifie pas que je saurais ce qui les agite autant en cet instant. J’hésite. Peut-être n’est-ce pas une bonne idée de m’arrêter pour prendre un repas ici. Mon regard sombre dévie très vite vers la forêt au loin et la falaise. Je pourrais la gagner en un peu plus d’une heure. Et je retrouverais un refuge habituel où je me sens chez moi et en sécurité. Mes yeux reviennent sur mes compagnons. Le Loup s’est redressé et la tête baissée, oreilles rabattues, il offre son profil agressif. Donc il y a menace. Et ce n’est pas vraiment le bruit de la mer qui l’énerve.

Et quand je tourne la tête pour observer de nouveau la mer, tu es là. Je me fige, évitant de bouger sans te quitter du regard. Mi-femme, mi-poisson, en appuie sur tes mains, tu m’observes. Je sais ce que tu es. Et je devine que j’ai pénétré ton sanctuaire marin. Mon regard noir ne se détourne pas de tes yeux. Il faut reconnaître que tu es d’une beauté envoûtante comme les Feys. « Bonjour. », je finis par parler lentement, de ma voix calme et douce. « Je suis dans ton sanctuaire, n’est-ce pas ? Désolé, j’ignorais qu’il y avait une Sirène ici. Sinon je ne serais point venu perturber ton repos. », je me montre poli et gentil. Je ne gagnerais rien à te combattre. Je sais que toi et tes sœurs vénéraient ma mère, Morrigan. Et je sais qu’elle a de l’affection pour vous. Et je connais les mythes contant vos naissances, votre haine pour les mâles et votre appétit pour la chair humaine.

Pourtant même si je suis la proie face à toi, je ne recule pas. Je ne cherche même pas à attraper mes armes. Je n’ai aucune raison de te tuer. Après tout, c’est moi qui suis entré chez toi sans invitation. « Je peux partir. Et tu ne me reverras jamais. Mais je ne le ferais que si tu promets de rester dans l’eau. » Car je devine qu’au moment où je tournerais le dos, tu m’attireras dans les tréfonds. Et je sais que sous l’eau, tout demi Fey que je suis, je ne gagnerais pas la bataille. Et je n’ai aucune envie de te servir de repas. Je lâche les morceaux de bois, que j’ai ramassé pour mon feu. « On est d’accord ? », je demande à nouveau. « Je sais que tu peux parler. Je comprends aussi le langage des Sidhs. », j’ajoute puisque j’ignore si la langue des Humains t’es familière.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lorsque le feu rencontre l'océan... [Róis Odharnait]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lorsque le feu rencontre l'océan... [Róis Odharnait]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lorsque le passé revient en force. [Libre 1 personne]
» Lorsque ton passé t'appelle, ne répond pas. Il n'a rien de nouveau à te dire > Aidy ♥︎
» L’on hait avec excès lorsque l’on hait un frère.
» Lorsque le Feu s'éteint, il ne reste que des cendres [Solo]
» caniche 10ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres de Légendes ::  :: Le Moyen Age :: Irlande-
Sauter vers: