AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
party balons Réouverture du forum. party balons
Les annexes ont été réécrites. Pensez à les lire Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] 3399834895
Inscription & partenaires ouvert. Rejoignez-nous enjoy
arc en ciel Bienvenue en Irlande, terre de mythes et légendes leprechaun

Partagez
 

 Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 9 Déc - 18:56

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

L’air est chaud. Je tousse alors que j’ouvre les yeux. Il fait nuit. Et le sol sous moi est sableux. Du moins, je le crois. Cela ressemble au sable. Je tousse à nouveau, alors que je prends appuis sur mes mains pour me redresser. Suivre les routes magiques, quand on est incertain d’où elles mènent, est risqué. Je n’aurais pas dû. Mais quelque chose m’a attiré ici, comme un lien invisible. J’observe autour de moi la nuit, qui étire son manteau noir. Il y a des étoiles et une demi-lune, qui éclairent vaguement la nature autour de moi. Mais j’ignore où je suis. Et quand, parce que clairement je ne suis pas chez moi. Et je sais que les routes magiques peuvent s’enfoncer dans le passé ou le futur. Je mordille nerveusement ma lèvre inférieure. Et je passe une main nerveuse dans mes cheveux. Au moins, je sais comment retourner chez moi. Je sais ce que je dois trouver et je vois les chemins, qui passent par le monde des Feys. Et peut-être si je suis chanceux, je pourrais prier les Dieux, et qu’ils m’aideront.

Un gémissement dans mon dos me fait sursauter. Je ne suis pas seul. De toute évidence, je suis en présence d’un autre Humain. Lentement, je bouge pour récupérer mon bâton, à côté reposent mes flèches et mon arc. Une fois l’arme en main, je me tourne pour regarder qui est allongé à quelques pas de moi. Et je cligne des yeux. Que fais-tu là ? Tu es bien la dernière que je pensais trouver ici, après avoir suivi une route magique. Cela dit, les Humains aussi peuvent les emprunter et se perdre. Mais eux, ils ne reviennent jamais de ces voyages. Je le sais. Je soupire doucement. Puis je m’approche pour m’agenouiller près de toi. Je frôle ton front. Tu es tiède. Tu sembles endormie. Et je constate que tu es toujours aussi belle et forte. Tu as toujours ce statut de guerrière. Tu as le même feu combatif que ma mère en toi. Il est triste que tu serves le dieu unique…

« Eh, réveille-toi. », je murmure en te secouant doucement par les épaules. Je sais qu’il faut qu’on bouge, qu’on trouve un endroit à couvert, avec un point d’eau et de végétation. Là on est perdu dans des dunes de sables. Et quelque chose me dit qu’il doit faire chaud de journée ici. Mon intuition ne me trompe jamais. « Aliénor, réveille-toi. Il faut qu’on bouge. », je déclare plus fort, espérant que ma voix n’attirera personne ni rien. Je te secoue un peu plus fort. Bon si tu ne reviens pas à toi, il faudra que je te porte. Je suis certain que tu vas apprécier en t’éveillant de le découvrir. Mais ai-je un autre choix ? Je te secoue encore un moment. « Aller reviens à toi. Sinon je te porte, comme une princesse. », je commente avec ironie.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 9 Déc - 22:00

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

C'est un réflexe. Cette main qui se tend, qui empoigne une gorge, le corps qui se tord en un mouvement souple, mainte fois fait, mainte fois exécuté. L'esprit sommeille encore quand les muscles se souviennent. Cela n'aurait prit que quelques secondes, un souffle, un battement de cil et lorsqu'enfin je regarde vraiment, je frémis. Mon regard vacille et ma chair s'éveille d'une conscience aiguë...Celle de son corps sous le mien, de ses hanches entre mes cuisses, de ses prunelles fichées dans les miennes. Il n'y a aucune once de peur dans les méandres sombres qu'il m'oppose. Les doigts que j'ai passé autour de sa gorge tremblent un peu. Il suffirait d'un rien...Un gouffre qu'aucune volonté ne peut franchir...  « Que fais tu ? » Je hais l'incertitude qui sommeille sous la colère de ma voix. Vulnérable. Je le suis toujours lorsqu'il me regarde et je déteste ça.

Mes traits se durcissent, mon regard s'affirme et mes doigts se détachent, presque a regret. Je fini par basculer sur le coté, prise d'un vertige soudain, assise sur le sol...Meuble ? Interloquée, mes paumes se posent sur par terre...N'étais je pas en forêt ? N'étais je pas en pleine chasse ? D'ailleurs, où donc était ma monture ?  Devant moi il n'y a qu'une étendue de...sable ? La lueur de la lune me permet a peine de voir mais...Nul besoin de voir la nuit pour savoir que je ne suis plus dans les bois denses et tortueux de la lande. Ma bouche s'assèche alors que mon cœur est prit d'un frémissement. « Qu'as-tu fais ? » Un murmure horrifié parce que cela ne peut être que son œuvre n'est ce pas ?

Le gris de mes iris l'empale, implacablement. J'attends la tempête de ma colère, de ma haine. Je la supplierais presque de m'étreindre alors que rien ne vient, qu'une peur primale qui, pour une fois, n'a rien a voir avec lui. Je le sens dans mes os, dans ma chair, quelque chose s'est éteint et je ne sais ce que c'est. Dans ce paysage sauvage, il est le trait de peinture familier, l'unique ancre et je ne sais plus si la main que je tends vers lui est pour le repousser ou pour l'attirer. Je puise un réconfort étrange dans sa présence alors même que la nausée me tord l'estomac, que ma mâchoire se sert pour endiguer la faiblesse. Malgré moi, je trace le signe de croix sur mon corps, j'ai besoin de Sa force, de Sa volonté je...

Ma main glisse sur mon visage, s'emmêle un instant dans mes cheveux. Comme si passer une paume sur mes yeux ferait revenir la réalité, ferait disparaître ce paysage étranger et terrifiant. Heureusement, dans mon dos, je sens le poids familier de ma lance...Que pourtant je ne brandis pas contre lui. « Lucàn, qu'as-tu fais ?! »
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyLun 10 Déc - 19:47

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je devrais être étonné. Mais bon il s’agit de toi, la guerrière qui tue les païens comme moi. Tu es rompu au combat autant que Morrigan, ma mère. Alors je suis à peine surpris quand ta main empoigne ma gorge, et que d’un mouvement souple, tu m’étales au sol. Et tu te retrouves assisse sur mon bassin, les doigts autour de mon cou. Je te fixe calmement, tentant d’apaiser les battements de mon cœur. Je déteste cet effet que tu as sur moi. Je déteste le feu, qui parcoure mon corps. Mais ma préoccupation première est bien le fait qu’il faut qu’on trouve de l’eau et un endroit où s’abriter avant que le jour ne se lève. Je m’accroche à cette pensée, alors que je plonge mon regard sombre dans tes iris glacés. Je sens le tremblement de tes doigts contre ma gorge. Je soupire à ta question. « Je te réveille, dormeuse. », je réponds un sourire mutin se dessinant sur mes lèvres.

Et finalement, tu bascules sur le côté me libérant du poids de ton corps. Un autre soupir m’échappe alors que j’observe le ciel sombre, parsemé d’étoiles. Le plus compliqué reste à venir : t’expliquer où on est et comment on y est arrivé. Et connaissant tes croyances, la conversation ne sera pas aisée. Je cligne des yeux, puis je me relève. Et je frotte le sable de mes vêtements avant de reprendre en main mon bâton de Druide et mon arc. Je remets mon sac et mes flèches dans mon dos. Et j’observe les alentours, cherchant dans quelle direction aller. Le choix est critique. Je le sais. Et en même temps, j’ai peu d’indication, si ce n’est des montagnes au loin. Avec un peu de chance, il y aura de la verdure et peut-être même de l’eau. Et il m’en faut pour nous ramener chez nous…

Et je lève les yeux au ciel à ta question. Parce que forcément c’est ma faute… Alors que je n’étais même pas avec toi. Je me tourne pour soutenir ton regard froid. Je hausse des sourcils un peu. Comment répondre à cela ? Je sais ce qui t’es arrivé, mais ce n’est pas ton monde, le glamour, la magie n’existe pas pour toi. Alors comment pourrais-tu comprendre et accepter l’existence des routes magiques ? Je me le demande. « Comment te sens-tu ? », je demande avec un froncement de sourcils alors que tu sers la mâchoire. Lentement, j’avance et je te tends une main amicale pour t’aider à te remettre debout. « Moi, rien. Tu es arrivée ici toute seule. », je réponds finalement. « Tu me prêtes plus de dons que je n’en ai. » Parce que je suis peut-être demi Fey, mais je ne suis qu’un Druide Devin. « Il faut qu’on parte. Quand le jour va se lever, ce sera intenable avec le soleil. Alors on doit trouver un abri et de l’eau. », je t’explique la main toujours tendue. « Il y a des montagnes là-bas, il faut qu’on s’en approche. Je répondrais à tes questions en marchant. » J’essaie de te convaincre de marcher tant que la chaleur est supportable.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMar 11 Déc - 18:07

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Il me réveille. Je tique légèrement. A-t-il seulement idée du genre de réveil auquel je m'attends de la part des hommes ? Non...Sans doute pas...Mon regard tombe sur son sourire, je déteste ce sourire, il remue quelque chose au fond de moi, quelque chose que je peine a garder enfermer, endormi. Une chaleur insidieuse prend naissance au creux de mon ventre et je fuis. Comme je l'ai toujours fait, a bien y réfléchir, devant ce que je n'arrive pas a comprendre.

Mais ce tourment devient bientôt le cadet de mes soucis lorsque je me rends compte que quelque chose ne va pas. Le sable sous mes paumes, sous mes jambes, tout autour de moi, de nous. Et surtout...aucun bruit. Pas le plus petit craquement de branche, pas le moindre sifflement de vent dans les arbres...juste une étrange brise silencieuse. Une peur pernicieuse plante ses griffes dans ma poitrine, je réalise que je ne suis plus chez moi, que l'air n'a pas la même odeur, a vrai dire, il m'étouffe...Je ne vois pas l'expression de son visage alors même que je me porte accusatrice. En vérité, c'est si facile de rejeter la faute sur lui, trop, comme si je cherchais désespérément des excuses pour le repousser alors que ma haine devrait suffire. Serait ce encore une épreuve qui m'est destinée par l'Unique ? Comme si ce trouble constant qui ne me quitte pas depuis ma rencontre avec cet homme ne suffisait pas... Parfois, je me prends a vouloir maudire l'être qui pourtant régit ma vie. Prise d'un frémissement, je retiens une nausée, le regard rivé devant moi, l'esprit agité, je réponds avec une sincérité absente « Je ne sais pas.... » Non je ne sais pas si je vais bien. J'en doute même. Pourtant, mon corps n'a aucune blessure ni rien et un vertige ne suffirait pas a me mettre a terre et pourtant...

Je sursaute lorsqu'il s'approche. C'est idiot, je suis toujours très consciente de sa présence, je l'accuse de nouveau, comme pour m'en convaincre. « Toute seule ?! Comment puis je arriver ici toute seule alors même que je chassais dans les bois ?! » Non, non, il y a autre chose, de la magie sans doute, de la magie honnie et maudite, je balaie la réponse suivante d'une main qui se fige en l'air... « Tu ne m'as jamais mentit.. »  Aussi étrange que cela paraisse, il n'avait jamais franchit ce pas. Ni pour cacher ce qu'il était, ni pour affirmer ce qu'il pensait, alors...pourquoi le ferait il maintenant ?. Mes doigts deviennent gours, lourds et, sans même m'en rendre compte, je les dépose au creux de la main tendue. La chaleur de sa paume m’apparaît étrangement rassurante. M'aidant ainsi, je me redresse sur mes jambes, tentant de percer les ténèbres dans la direction qu'il indique. « Tu sais où nous sommes. Ais je raison ? » Et si il le sait...Il est le seul a pouvoir me ramener chez moi. Ma mâchoire se serre avec amertume. Combien de faveur lui devrais je ?

Je le déteste, je le déteste tellement....Alors pourquoi je n'arrive pas a lui lâcher la main ? « Allons y. »
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMar 11 Déc - 19:28

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je te laisse le temps de reprendre tes esprits. Pendant ce laps de temps, j’observe les alentours, décidant de notre destination. Je pourrais te demander ton opinion sur la question, mais je te sens totalement perdue. Et je peux le comprendre. Mais cela dit ta première expérience avec les routes magiques auraient pu être pire et plus violente. Au moins ici, il n’y a pour le moment que nous ! J’essaie de canaliser mes émotions. Celles que seules toi peut provoquer avec la violence d’une tempête. Pourtant, à l’extérieur, je donne le sentiment d’être très calme. Mais à l’intérieur, je peine à remettre de l’ordre dans mon cœur et mes sensations. Cela dit, vu l’urgence de la situation, je ne m’attarde pas trop sur mes réactions physiques étranges, que je ne ressens qu’en ta présence. J’y penserais plus tard. C’est ce que je me dis à chaque rencontre. Et je ne le fais jamais. Je sais que parfois, il y a des choses sur lesquelles il vaut mieux ne pas mettre de mot.
Puis je t’observe. Tu sembles au bord de la nausée. Et ta réponse n’est pas encourageante. « Cela arrive. C’est toujours compliqué quand on s’éveille après ça. », je me fais évasif. Mais j’ai aussi eu un problème respiratoire en me levant. Cependant plus habitué que toi à respirer divers airs et à emprunter les routes magiques, le contre-coup est moindre. Je fouille ma besace et j’en sors deux feuilles de menthe fraîche. « Mâche cela. C’est de la menthe, cela fera passer ta nausée… Tu ne serais pas enceinte ? Enfin je peux te le dire si tu as un doute… » Parce qu’on ne sait jamais. Et les nausées peuvent aussi être le signe que tu portes la vie. Et je ne sais rien de ton vécu, de ta situation de femme non plus. Cela dit, je doute que ce soit le cas. Et je sais que le voyage peut être cause de ton mal être. « À moins que tu as faim ? J’ai des galettes et de la viande séchée. », je propose. Je pense avoir fait le tour des options justifiant ta malaise du moment.

Je te propose de t’aider à te relever tout en répondant à ton accusation. « Alors cela va être compliqué pour toi. Mais si tu fais abstraction de ce que tu penses connaître de notre monde, alors tu peux accepter l’idée», je réplique avec douceur. « Tu as emprunté ce que nous appelons une route magique. Ce sont des chemins invisibles aux yeux des Humains, qui traversent le temps et l’espace en passant par l’autre Monde. » Et là je sens que tu vas tempêter et que l’explication sera très longue. Mais si tu veux bien me disputer en marchant, ce serait plus sûr pour nous. « Tu as dû prendre un passage sans même t’en rendre compte. », j’ajoute alors que je t’aide à te mettre sur tes pieds. Étrangement tu ne lâches pas ma main. Et la chaleur et le picotement que cela provoque est étrange, mais pas désagréable. « Je n’ai aucune raison de te mentir. » De toute manière je ne le fais jamais.

Mon regard sombre revient sur toi. « Disons que je sais comment nous y sommes arrivés. Que j’ai déjà visité ce genre d’endroit et surtout que je sais comment retourner chez nous. », je réponds sincèrement comme toujours avec un haussement d’épaules. Et je te désigne les montagnes au loin. « Il vaut mieux qu’on y soit avant le lever du soleil. Même si je n’ai aucune idée de la distance. », j’ajoute avant de me mettre en marche. Et j’entrelace doucement nos doigts. C’est rassurant ce contact physique. La marche s’annonce longue et difficile le sable étant mou sous nos pieds alors que nous commençons à descendre la dune.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMer 12 Déc - 17:41

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je ne suis pas habituée a être malade, cela me rend vulnérable. Je hoche la tête, un peu absente, il est vrai que traverser....Je ne sais quoi pour arriver dans un monde dont je ne connaissais pas les règles n'avait sans doute rien de reposant. Du moins, au vu de mon état actuel. Je me frottai le front en soupirant quand la question qu'il me posa me percuta avec violence, me faisant brusquement lever la tête. « Pardon ?! » Avais je mal entendu ? Non. Non il venait bien de me demander si.... Mon visage brûla soudainement tandis que j'écarquillais les yeux de colère et de honte. Pourquoi ? Je ne saurais le dire. Qu'il me pense enceinte me choquait et me blessait étrangement. Je serrai les poings. « Non ! Je...Qu'est ce qui te...Je ne peux pas.....Comment oses -tu ?! Je n'ai...Jamais....Oh bon sang ! » bafouillais je avant de laisser tomber, le rouge au front et des envies de meurtre au fond des yeux. J'arrachai d'un geste brusques les feuilles de menthe qu'il me tendait et les avalai sans me poser de question. « Crétin. » sifflais je en détournant les yeux sur le paysage. Mes joues me brûlaient encore. « Ca va passer. » jetais je, hargneuse alors qu'il insistait.

Malgré cet éclat, je me révélai incapable de repousser sa main, trop déstabilisée, trop perdue pour le rejeter. « Faire abstraction hein...Rien n'est normal là dedans, si le Seigneur avait voulu nous doter du pouvoir de traverser le temps ou l'espace, Il l'aurait fait, comme ce n'est pas le cas.... » Alors c'est que c'est diabolique mais même si le mot erra un instant sur mes lèvres, il ne les franchit pas. A la place, je secouai la tête... « Tout cela va a l'encontre de ses Lois... » Vraiment ? Je serrai les dents en étouffant les doutes qui m'assaillaient toujours lorsque j'étais en présence du Druide. « C'est de la sorcellerie, voilà tout, une immonde sorcellerie, si ce n'est pas toi, c'est l'un des tiens et quand je lui mettrais la main dessus.... » Inutile de le dire, je pense qu'il avait compris. J'étais incapable de le toucher lui, mais cette anomalie ne s'étendait pas aux autres. « Je préférerais parfois que tu le fasse. » Parce qu'il me confrontait a des vérités dérangeantes, des vérités que je ne pouvais pas totalement nier sans passer pour une imbécile sans éducation.

Et au fil de la conversation je comprends qu'il sait. Peut être pas totalement mais il sait. « Je n'aurais pas pu rentrer seule n'est ce pas ? » Et ce constat était terrifiant, tellement que l'incertitude qui errait dans mes prunelles se liquéfia et que, d'eux même, mes doigts se resserraient autour des siens, sans lui faire mal, juste comme pour me convaincre de sa réalité. Il y a le dégoût d'aimer la sensation de nos mains jointes et il y a la douceur de sa présence. Je détourne les yeux pour qu'ils ne me trahissent pas, plissant les paupières pour tenter d'évaluer la distance qui nous sépare de la masse sombre devant nous. « Quelque miles sans doute....Difficile a dire... » Je levai les yeux au ciel. « Avant l'aube ? Combien de temps nous reste-t-il alors ? »  Puis, mon regard tombe sur nos mains, je voudrais le lâcher et en même temps, cette idée me révulse, encore ce tourbillon de sentiments contraires que même notre situation précaire ne peut totalement occulter. « Comment rentrons nous chez nous ? » repris je en me mettant en mouvement, levant les yeux, mes doigts précieusement enroulés autour des siens.
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMer 12 Déc - 21:52

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je t’observe tout en essayant de deviner, si tu as des symptômes prouvant que tu es malade ou juste que le passage par les routes magiques t’a ébranlée. Je fronce des sourcils à ta réponse bafouillée et en voyant tes joues rougir. Mon regard glisse sur ton corps et ses courbes avant de revenir sur ton visage. « Tu as l’âge d’être mariée. Tu pourrais l’être. », je réponds en haussant des épaules. « En plus, tu es une très belle femme et tu es… Enfin soit, tu pourrais avoir des prétendants ou un époux. Mais désolé, je ne voulais pas te blesser. Je suis guérisseur, je veux t’aider. » Et je te laisse me prendre un peu trop violemment les feuilles de menthe. Je me sens soulagé à l’idée que tu n’es pas mariée. C’est étrange, non ? Et à ce que tu me dis, tu n’as jamais partagé ta couche avec un homme. Cela aussi me fait l’effet d’être une bonne nouvelle. Je soupire, amusé. « Pour te servir, princesse guerrière. », je réponds doucement. Et j’acquiesce de la tête, quand tu dis que ça va passer. Tu as raison.

Et tu laisses ta main dans la mienne, j’en profite donc un peu. Pourtant, tu résistes comme toujours à mon explication. Je me doute que pour toi, c’est très compliqué à comprendre, comme je ne comprends pas ta foi en un seul dieu. « En es-tu sure ? Les routes magiques existent depuis la nuit des temps, bien avant la création du monde. Elles n’ont rien de maléfiques. Elles traversent juste le monde visible et invisible, le temps et l’espace. », je tente de t’expliquer ce que c’est réellement. Je me contente de sourire. « Ses Lois ? Et qui les a écrites ses lois ? », je demande avec une certaine curiosité. Nous n’écrivons rien chez les miens, contrairement aux tiens. Je ris un peu. « Personne ne peut faire cela. Même pas nos Dieux. Les routes magiques existent depuis toujours, elles existeront toujours. Personne ne peut en créer. On peut juste les voir. », j’ajoute tout en commençant à avancer vers les montagnes. Je suis étonné par ta remarque. « Ce n’est pas dans ma nature. Probablement que je tiens ça de ma mère. » Après tout, je suis à moitié Feys. Et les Feys ne mentent jamais.

Marcher dans le sable est fatiguant et plus compliqué. Je déteste cela. Mais il faut avancer. « Pas vraiment. Sauf si tu sais comment retrouver une route magique… Moi, je peux les voir. Cela aide dans ce genre de situation. », je réponds toujours sincèrement, alors que mon pouce caresse doucement le dos de ta main de manière réconfortante. J’essaie de te rassurer. J’imagine que cela doit être effrayant de s’imaginer coincer dans un endroit et à une époque inconnue. Et tu n’as pas tort quand tu dis que la distance est difficile à évaluer dans l’obscurité. Je peine d’ailleurs à voir où je mets les pieds. Ta question me fait lever les yeux vers le ciel. J’observe un moment la lune et les étoiles. « On est à la moitié de la nuit, plus ou moins. » Même si cela ne veut rien dire de concret, car la longueur de la nuit varie en fonction des saisons. « Quelques heures, peut-être cinq ou six. » Ce qui est déjà plus précis. Je ressers un peu ma prise sur ta main à ta question. « On trouve une route magique. Je peux les voir donc je peux nous ramener. En général, elles débutent là où il y a une surface réfléchissante, tel que l’eau d’un lac, d’une rivière, aux pieds d’un Nemeton ou au cœur d’un sanctuaire. Un miroir aussi. Mais il va falloir que tu y croies un peu. » Ce qui va être le plus compliqué. Nous avançons péniblement dans le sol meuble.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 16 Déc - 13:20

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Comment pouvait il souffler le chaud et le froid ainsi ? Sapant mes défenses, fendillant les murs qui m'entourait. Si la colère vit naître l'incarnat sur mes joues, ce fut un simple compliment qui le fit perdurer. L'on ne m'avait jamais dit belle. Cela n'avait pas d'importance n'est ce pas ? Je n'avais pas été élevée pour être une femme, belle ou laide d'ailleurs..Quant a me marier ? L'ironie était palpable. Je n'étais même pas un être humain aux yeux de l'église...La Foi pouvait parfois m'aveugler mais cela faisait longtemps que j'avais compris cela. Un instrument, ni plus, ni moins. Un instrument ne se mariait pas, un instrument n'avait pas d'enfant. Cela ne faisait plus mal depuis des lustres.... je touchai ma joue du bout des doigts. Belle...L'étais je a ses yeux ? Mais a quoi pensais je ? Comme si cela m'importait....Mais au fond de moi, je ne pouvais nier le plaisir simple de ces quelques mots. « Et bien je ne le suis pas. » fis je sèchement pour cacher mon trouble, me faisant hargneuse pour chasser l'émoi. Et il répondait par l'amusement, je pinçai les lèvres, retenant une exclamation agacée.

Mais il y avait plus important que mes humeurs changeantes et même si la chaleur de cette paume contre la mienne possédait un étrange pouvoir sur moi, je ne pouvais oublier que j'étais...Perdue. Encore. Par la faute d'une magie contre nature. « Qu'en sais tu ? Etais tu là a la création du monde ? » Il y a une pointe d'ironie dans mes mots. Tout comme moi, il n'était pas aussi vieux que la Création elle même comment pouvait il donc affirmer quelque chose comme cela ? « Lui. Dans la glaise. » En l'occurrence nos Dix Commandements. Mais parfois, je me demandais jusqu'à quel point ceux ci étaient interprétables. Tu ne tueras point....Mes mains étaient déjà couvertes de sang et même si la confession m’absous de mes péchés, seul Lui pouvait réellement me juger.et parfois, je craignais d'échouer a Son Regard. Je le regardai, sceptique, alors qu'il m'assurait que rien ni personne ne pouvait créer ces lignes. Vraiment ? Quelqu'un était bien responsable non ? J'aimerais réfuter ce qu'il disait mais, même si j'aurais parfois aimé le contraire, je savais qu'il ne mentait pas. « Ta mère ? » tiquais je en haussant un sourcil. A vrai dire, je ne m'étais jamais vraiment demandé qui était ses parents ou même si il avait encore de la famille. Je m'étais interdite toute curiosité le concernant, mais là, dans le noir et totalement isolés j'avais été incapable de la refréner.

La caresse de son pouce provoquait de minuscules frissons le long de mon bras et je me détestais de trouver cette sensation agréable, douce et rassurante en même temps. J'étais incapable de détacher mes doigts des siens et cela me troublait profondément. « Pourquoi toi et pas moi puisque selon toi, ces routes sont là depuis la nuit des temps... » Sans doute parce que j'étais incapable de sorcellerie et c'était tant mieux d'ailleurs. Mais je retins une chose, sans lui, je ne rentrerais pas. Cette idée m'agaçait tellement mais mon pragmatisme prit le dessus. Qu'importe le moyen du moment que je rentrais chez moi. En attendant, il fallait marcher et dans le sable, ce n'était pas agréable, ni pratique. J'avais l'habitude de le faire mais sur des pavés ou sur la terre, là, j'avais l'impression d'avancer sur une mer en mouvement, un sol sinueux qui pouvait se dérober sous mes pieds. « Cinq ou six...Si nous restons aussi lents nous ne sommes pas prêt d'arriver. » Parce que marcher était pénible et difficile, forcément, nous n'avancerions pas rapidement. Je laissai passer un rire narquois. « De l'eau...Je ne sens aucun sel dans l'air, nous ne sommes donc pas au bord d'une mer ou d'un océan, où va-t-on trouver de l'eau en plein... » de ma main libre je montrais le paysage austère qui nous entourait. Des dunes, des dunes et des dunes....D'agacement, je plantai ma lance dans le sol, au pire, elle me servirait de bâton de marche...

Cependant, je ne m'attendais pas a ce qu'elle s'enfonce aussi facilement. Il y eu comme un frottement, un craquement et le sol se déroba littéralement sous mes pas et que je sentais mon corps tomber dans le vide. « Non ! » Par réflexe, je m'accrochais à sa main, mais prit par surprise, je l’entraînais avec moi. Je ne sais pas combien de temps dura la chute, mais la réception fut brutale et douloureuse. Le choc expulsa tout l'air de mes poumons, paralysant ma poitrine tandis que la douleur explosait dans chaque os de mon corps.
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dagda
Tuatha Dé Danann

Dagda

Talents cachés : Temps, l'éternité et les éléments. Possède deux artéfacts permettant de redonner la vie aux morts.
Savoir faire : Dieu druide.
Trésors trouvés : 148

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 16 Déc - 13:20

Le membre 'Aliénor Saint Just' a effectué l'action suivante : JOUETS DU DESTIN


'Hasard' : 3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 16 Déc - 18:46

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Et je te regarde en souriant rougir sous le compliment. Ma foi, heureusement que je me suis arrêté à un. J’ose à peine imaginer la couleur de ta peau, si j’avais poursuivi mon idée d’origine. Je garde mon sourire mutin et je t’offre un clin d’œil. « Encore plus jolie avec les joues rougies. », j’ajoute. Et je suis sincère. Et j’acquiesce de la tête. « D’accord tu n’es pas mariée, et tu es toujours… pure. J’ai compris. Excuse mon impertinence. », je réplique en levant les mains en signe de paix. Je suis sûre que mes joues aussi ont pris une teinte rosée. Je détourne péniblement les yeux de ta personne pour observer vaguement les dunes, qui nous font face. Il faut que je retrouve notre chemin dans ce monde très différent du nôtre. Ta vie en dépend autant que la mienne. Et étrangement, je ne peux pas imaginer de te perdre.

Et forcément dès qu’on parle de nos croyances nous n’arrivons plus à nous comprendre. Tu te braques sur les idées, et face à mes questions basiques. « Je pourrais le savoir. Il suffit d’emprunter la bonne route magique. », je commente taquin et sérieux en même temps. Mais tu n’adhéreras pas à la théorie, donc je ne vais pas forcer le débat. Par contre, je sais que j’en verrais la fin depuis le monde invisible. Parce que j’ai mangé des fruits du monde des Feys, et plus d’une fois. Je crois que Morrigan désire me garder avec elle au-delà d’une vie humaine. Un jour, je vivrais parmi les Feys. Et tu me manqueras. Je ressens un étrange pincement au cœur à l’idée de ne plus te voir. Ta réponse me fait froncer des sourcils. J’ai déjà vu une Bible, votre livre dit sacré. « Tu veux dire que ton Dieu a écrit ce gros livre que vous lisez chaque semaine durant votre rite ? », je suis sceptique pour le coup. Je plisse du nez. Je t’explique vaguement ce qu’est une route magique, avant de mentionner que je ne mens pas comme Morrigan. « Oui, celle qui m’a donné la vie. », je hausse des épaules. « Elle ne m’a pas éduqué. Je ne connais pas mon père. Je suppose que je suis donc un bâtard. » Selon les critères humains, mais comme ma mère est une déesse, une Fey, ce qui me donne une naissance presque sacrée.

Et je ne lâche pas ta main. Et tu ne fais rien pour te libérer. Inconsciemment, mon pouce caresse ta peau chaude. Le contact est réconfortant pour nous deux. Mon regard vient se poser un peu sur toi. « Parce que je suis Druide. », je réponds lentement en mesurant mes mots. « Disons que c’est un don de naissance comme mes visions. », j’ajoute pour être plus précis. « Puis je sais à quoi elles ressemblent. » Ce qui reste un avantage dans ce genre de situation. Mais comparé à toi, j’ai déjà voyagé comme cela. Et pas qu’une fois, c’est presque une habitude. Cela dit je préfère les prendre pour visiter le royaume des Sidh. Et nous peinons à avancer dans le sable. Nous nous enfonçons et le sol se dérobe légèrement sous nos pieds. Et tu as raison quand tu dis qu’on n’est trop lent. On n’atteindra jamais les montagnes avant le lever du soleil. Ton rire me fait lever les yeux au ciel. « Désert. Et il y a toujours de l’eau, parce qu’il y a toujours de la vie. », je réplique en haussant des épaules. « Mais on a plus de chance d’en trouver près des montagnes. » Je veux bien t’accorder cela.

Et tu plantes ta lance dans le sol. Je m’arrête un instant. Mon bâton toujours en main, je regarde en arrière observant le peu de chemin que l’on a fait. Un craquement brise le silence environnant. Et avant que je ne réalise d’où il vient, je sens le sol se dérober sous tes pieds, se fissurant sous les miens aussi. Et tu m’agrippes la main. Le vide est créé sous nos pieds. Et nous chutons. La descente est longue et interminable. Mon dos percute le sol, et l’air quitte mon corps. J’ouvre la bouche sur un cri muet. Mon regard reste accroché au ciel, visible à travers le trou au-dessus de nous. Je tourne la tête d’abord vers toi. « Ça va ? », je questionne pas encore conscient de la douleur, qui court dans mon corps meurtri. Il va me falloir un moment pour analyser si je vais bien.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Dagda
Tuatha Dé Danann

Dagda

Talents cachés : Temps, l'éternité et les éléments. Possède deux artéfacts permettant de redonner la vie aux morts.
Savoir faire : Dieu druide.
Trésors trouvés : 148

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 16 Déc - 18:46

Le membre 'Lucán' a effectué l'action suivante : JOUETS DU DESTIN


'Hasard' : 5
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptySam 22 Déc - 18:10

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

La douleur irradiait de ma poitrine avec force, m'arrachant des larmes de souffrance. Au dessus de moi, le ciel étoilé qui me semblait a des kilomètres et peut être était ce le cas... Sous moi, quelque chose de dur et froid à la texture granuleuse, ce n'était pas de la pierre ni du bois et en moi, juste la douleur. Je fermai les yeux, inspirant profondément avant de laisser échapper un gémissement alors que la douleur se faisait plus cuisante sous l’afflux d'air. Ce n'était pas très bon cela. Mon bras gauche m'élançait aussi. «  Pour l'instant, je ne sais pas... il y a des trous dans le désert ?» Ce fut tout ce que je pouvais répondre alors qu'a la souffrance s'ajoutait une peur insidieuse. « Et toi ? » Il fallait que je bouge, il fallait...Que je le touche pour savoir si... Je serrai les dents et roulai sur le côté, me mordant l'intérieur de la joue jusqu'au sang devant un nouvel assaut de douleur intense. Mon bras gauche semblait inutilisable mais apparemment et même si elles avaient prit le plus gros de l'impact, mes jambes n'avaient rien. « Une épaule de démise sans doute.... » marmonnais je en forçant mon corps meurtrit a se mouvoir, m'aidant de mon bras indemne, je me redressai, son jumeau pendant inutilement de l'autre côté. «  Une côte cassée aussi.... » et un poignet …. Je me mis a genoux, soufflant doucement pour faire passer la douleur, puis, toujours a genoux, je tâtonnai fébrilement autour de moi, cherchant dans les ténèbres. « Parle moi. » Une supplique. Un ordre. Je ne savais pas vraiment....

Finalement, le bout de mes doigts effleura une étoffe, remonta, rencontra la chair, la chaleur et un soupir m'apaisa. Prise d'une vie propre, ma paume remonta, presque avec crainte et s'enroula autour de sa joue...Sur laquelle coulait quelque chose de chaud et poisseux. « Tu es blessé. » ce n'était pas une question, il devait le savoir mieux que moi n'est ce pas, le tout était de savoir où, songeais je en refoulant comme je le pouvais le monstre ignoble qu'était la peur. Je n'avais jamais peur. Jamais. Sauf de lui. Pour lui. « Tu peux te lever ? » Je n'étais pas sûre de pouvoir le soutenir, mon bras gauche ne pourrait le soutenir et le droit, ne pouvait le soutenir et m'armer en même temps.... Un noir absolu nous entourait et je ne savais ce qui pouvait s'y cacher.

En premier lieu, je devais remettre mon épaule dans l'axe...Mais je n'y arriverais pas sans aide et.... « Lucan....Tu n'aurais pas un de tes trucs magique pour que l'on y voit ? » Par l'Unique, étais je réellement en train de lui demander cela ?! Le Seigneur pardonnera cet écart n'est ce pas ? Cela allait a l'encontre de tout ce en quoi je croyais, tout ce que je savais certitude mais...Avais je choix ? Je ne savais si il pouvait se débrouiller avec une arme et si je demeurais aveugle, je ne pourrais pas nous protéger efficacement.
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 23 Déc - 12:15

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Ta voix me parvient un peu éteinte, comme si tu murmurais de l’autre côté d’une grosse porte en bois. Involontairement, mes yeux se ferment. Je sens le liquide chaud, qui coule de ma tempe, souillant ma joue trop pâle. La tête me tourne. J’ai une légère nausée aussi, qui retourne mon estomac. Respirer m’envoie une légère douleur dans la poitrine aussi. Mince, la chute a été violente. Et je me suis cogné trop fort la tête. Il ne faut pas que je m’endorme. Pourtant, mes yeux restent fermés, et je peine à te répondre. J’ai l’impression, que les mots sont coincés dans ma tête. Encore heureux tu parles, ce qui me permet de rester conscient. Il faut que j’arrête le saignement, avant que je ne sois trop faible à cause de la perte de sang. Et ta question est étrange. Non, il n’y a pas de trou dans le désert. J’ignore où on est. Je sens juste le sol rocailleux, froid et trop dure sous mon corps. Et le choc de la chute m’a blessé. Et, donc tu dois l’être aussi. Et l’idée que je doive prendre soin de toi me permet de combattre l’envie de dormir. Lentement, j’ouvre les yeux sur l’obscurité.

J’entends ta demande que je parle pour me trouver dans le noir. Je le comprends. Mais j’ouvre la bouche, mais aucun son ne sort. Je lèche mes lèvres sèches. Je papillonne des yeux un tout petit peu. « Je vais te soigner. », je murmure finalement alors que ta main me trouve enfin. Je sens ta main se poser sur ma joue souillée de sang. « Yep », je déclare lentement. « Je me suis cogné trop fort la tête. », je fronce un peu des sourcils. « Attends, je dois soigner ma tempe avant. » Après j’essaierais de m’asseoir. Mais à mon avis tout va tourner. Je lève la main verse la blessure, qui barre ma tempe. J’appuie dessus et je me concentre, faisant affluer mon Glamour dans mes doigts. Les yeux fermés, j’essaie de visualiser la plaie pour la refermer. Et finalement, cela fonctionne plutôt bien. Je me sens un peu fatigué, mais la plaie est refermée. Lentement, je me mets en position assisse. Et pendant un bref moment tout semble tourner, me forçant à fermer les yeux un peu.

J’ouvre doucement les yeux, et je relève la tête. Je remarque le ciel loin au-dessus de nous. Puis je tourne la tête vers toi, ou du moins vers la source de ta voix. « Je vais te soigner. », je murmure lentement à nouveau. Et j’ai un sourire quand tu me demandes si je n’ai pas un truc magique. C’est étonnant venant de toi, qui m’enverrait au bûcher pour ce genre de pratiques. Je te taquinerais bien sur le sujet, mais la situation ne prête pas à rire. « Je ne peux faire apparaître de la lumière. Je n’ai pas de pierre de lune. », je réponds en cherchant mon sac de la main. « Mais j’ai de quoi allumer un feu. » Mais il ne tiendra pas si je ne trouve rien pour l’alimenter… Sauf si je le prends en main. Cela ne me laissera qu’une main, et le temps de trouver de quoi faire un vrai feu. Je prends les silex et les brindilles et feuilles mortes et sèches, que je garde en réserve pour faire du feu. Finalement, l’étincelle apparaît et le tas de brindilles prend feu, illuminant à peine la grotte. Je plonge mes doigts directement dans le feu. Il se répand très vite sur toute ma main. Je la lève pour t’observer. « C’est le mieux que je peux faire. Il nous faut de quoi l’alimenter. », je murmure. « Où tu as mal ? Je peux utiliser ce qu’il me reste de Glamour pour te soigner. » Parce que vu la douleur dans ma poitrine, je n’ai rien de cassé. Je peux donc le dépenser pour toi.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyDim 23 Déc - 20:06

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Me soigner n'était pas vraiment prioritaire, songeais je. Après tout ma tête allait bien, sa blessure a lui était bien plus inquiétante. « Occupes toi de toi. » jetais je un peu trop sèchement. Je m'inquiétais  et...je ne savais pas gérer ce genre d'émotion, trop nouveau, trop violent par moment... Je mordais pour me protéger c'était pathétique.  Dans le noir je l'entendis bouger tandis qu'il suivait mon conseil.  L'oreille aux aguets, je patientais un peu avant d'effleurer sa tempe du bout des doigts...Effectivement, il n'y avait pratiquement plus rien. La pulpe de mes doigts m'offrait un paysage un peu irrégulier mais la plaie s'était résorbée. De la sorcellerie....Jamais je n'aurais cru être un jour soulagée qu'il appartienne a ce monde honni... Le soulagement allégea ma voix même si je lui demandais de faire quelque chose contre laquelle je me battais tous les jours. Qu'importe, je ne pouvais me permettre d'être trop obtuse, pas dans cette situation.

Je m'assis sur mes talons, me tenant l'épaule alors qu'il cherchait de quoi accéder a ma demande, résistant a l'envie de lui demander ce qu'était une pierre de lune et patienta.  Les étincelles de ses silex crevèrent les ténèbres avant qu'une timide flamme de surgisse et...Ne rampe sur sa main ? « Tu vas te..... » Brûler. Voilà ce que j'aurais aimé dire mais le feu ne le faisait pas souffrir, la peau demeurait intacte alors même que les flammes l'entouraient. Je clignai des paupières et serrai les lèvres mais je ne fis aucun commentaire, après tout, il avait seulement accédé a mon souhait. «  Et si tu n'en as plus cela fait quoi ? » Lui demandais je en reculant mon épaule meurtrie et mon bras inutile. Je pouvais me remettre l'épaule en place si il m'immobilisait le bras, peut être pouvait il soigner mon poignet...C'était le plus urgent si je devais manier ma lance quant a ma cote...Cela pouvait attendre. Mais je ne voulais pas qu'il s'épuise pour moi. Je pouvais prétexter qu'il serait une gêne, un poids mais je savais que ce n'était pas cela, je ne voulais tout simplement pas le voir affaibli. Son visage pâle blessait assez mon cœur comme cela et même si je pouvais me battre contre cette sensation, elle demeurait là, au creux de ma poitrine, refusant d'en être délogée.

Je relevai le menton. « Je peux me débrouiller avec un bras.... » Oui, mais cela sera difficile et après tout, il n'avait pas a le savoir n'est ce pas ?  « Nous devons sortir d'ici et passer par le ciel n'est pas possible de ce que je vois. » continuais je en levant les yeux, discernant un peu ce qu'il y avait autour de nous et une chose me sauta aux yeux.... Nous ne pourrions passer par où nous étions arrivé, cela était certain alors....Mon regard glissa devant moi.... et l'ombre d'un couloir étrange. « Par là.... » fis je avec réticence, cela ne m'inspirait pas, pas plus que cette impression dérangeante d'être dans une boite, une boite énorme et qui m'oppressait.
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyLun 24 Déc - 13:32

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je grognerais bien pour le coup. Ce que tu peux être têtue ! Mais j’obéis, parce que si je perds trop de sang, je serais inutile. Alors j’use du Glamour et de ma capacité druidique pour guérir par le toucher. Cela ne me coûte presque rien. La blessure n’est pas profonde. Mais la tête saigne toujours beaucoup. Une fois cela fait, je me mets lentement en position assisse, alors qu’à tâtons tu vérifies que je suis bien soigné. Je retiens un sourire péniblement. Nous voilà en mauvaise posture, et j’ignore où on est. « Je vais bien. Ce qui n’est pas ton cas. », je murmure avec douceur. Mais pour te soigner, il faut que je puisse te voir. Et les ténèbres nous enveloppent, la lumière filtrant du trou au-dessus de nous n’est guère suffisante pour qu’on puisse voir ce qui nous entoure. Je tourne la tête lentement vers toi. Le choc m’a un peu assommé à vrai dire, et je fais attention de ne pas avoir le tournis.

Puis j’accède à ta requête, je nous offre de la lumière de la seule manière que je peux le faire. Ce n’est pas un don que je désirais te dévoiler. En général il effraie. Et surtout il prouve de qui je suis le fils, vu mon âge et ma maîtrise du Glamour ainsi que l’étendu de mes dons… Mais tout cela t’est étranger. « Brûler ? », je termine pour toi alors que tu t’arrêtes dans ton élan d’étonnement. « Non, je ne peux pas brûler. C’est sûrement le don que je montre le moins souvent. Tu vois, si vous me condamnez au bûcher pour hérésie comme vous dites, cela ne servira à rien. » Parce que je ne sentirais rien, et que je ne me consumerais guère, même au cœur d’un brasier. Je bouge la main lentement, éclairant la grotte étrange, qui nous entoure. Elle n’a rien de naturelle. On dirait une construction humaine pourtant c’est très éloigné de ce que l’on bâtit chez nous. Ta question sur le Glamour attire mon regard. « Ma foi, je ne peux plus l’utiliser. Mais cela finit par revenir. Parfois si je puise trop, je m’endors. », je réponds spontanément, sans te mentir. « Le Glamour c’est ce que vous appelez sorcellerie ou magie. Elle a une limite et elle a un prix. Mais on ne peut pas vraiment la perdre totalement. » Parce que tout est une question d’équilibre aussi.

Et je soutiens ton regard. « Je peux te soigner et marcher après. J’en ai largement assez. On va commencer par remettre ton bras en place. », j’annonce retrouvant rapidement mes réflexes de guérisseur. Mon regard inquiet glisse sur ton bras immobile et ton poignet. « Tu as d’autre blessures ? », je demande en fronçant des sourcils. Mais bien sur, tu restes toi. Et tu refuses tout soin de ma part. Un soupir m’échappe. « Vraiment ? Je sais que tu hais mes dons. Et je sais que pour toi, c’est compliqué, mais tu ne peux pas combattre avec un seul bras. Et on ignore ce qu’on peut rencontrer. » Bien sur je sais me débrouiller, étant bon chasseur. L’arc-à-flèche est une arme précise et efficace de loin. J’ai toujours une ou deux dagues, en plus du couteau à sacrifices et mon bâton de Druide. Je peux combattre au besoin. Mais à deux, nous serions plus efficaces. Puis je refuse de te laisser souffrir, quand je peux te soigner. Je t’observe te lever et indiquer une direction. « Alors moi, je ne bougerais pas tant que je n’aurais pas pu te soigner. Et je te rappelle, ma douce guerrière, que je possède la lumière. », je déclare têtu, toujours assis sur mes talons en te regardant de mes yeux noirs. « Allez, viens, on va déjà s’occuper de ton épaule. » Ma voix est douce, bien qu’il y perce mon inquiétude.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyLun 24 Déc - 15:58

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Dans le noir, je cherche encore son regard alors qu'il m'est impossible de voir. Etrange constat que celui là mais au moins, il ne verra pas l'expression de mon visage ni l'éclat de mes iris. « Je suis habituée a la douleur. » Ce qui était vrai, n'avait il pas vu les marques qui courraient sur mon dos ? Punition divine ou rappel constant de ce que j'étais, allez savoir, je n'avais pas toujours été sage...Bien que là, si l'Abbé me voyait...Sans doute serais je condamnée aux flammes de l'enfer pour pacte avec l'ennemi. Mais même si j'étais dévote, j'aimais la vie et je ne souhaitais pas la gâcher par stupidité alors tant pis, les flammes de l'enfer attendront. Cela dit, il avait raison, j'étais handicapée et cela n'était pas de bon augure pour la suite, surtout que j'ignorais où nous nous trouvions et donc quel type d'ennemis étaient susceptible de se retrouver sur notre chemin.

Il y avait une sorte de fascination dans la façon de regarder les flammes lécher sa peau sans même y laisser une marque quelconque. C'était a la fois horrible et subjuguant. Je ne savais pas tellement ce que je devais ressentir. Je lui jetai un coup d'oeil farouche. « Trancher une tête est aussi très efficace bien que moins spectaculaire sans doute. » Mais si il disait vrai...Et bien peut être était ce au moins pour le mieux, si ce n'était pas moi mais l'un des miens qui le capturait, je savais qu'il ne risquerait rien d'un bûcher.  Si il devait mourir se serait entre mes mains et uniquement les miennes. En attendant... Je fais comme lui, j'observe les alentours et je n'aime pas ce que je vois. Cela ne m'est pas familier...Inconnu même. Ce n'est ni du bois, ni de la pierre et encore moins de la terre. Il y a un monticule de sable dût a notre chute mais le reste....J'y passe une main absente mais je reviens rapidement a lui lorsqu'il propose de me soigner, reculant instinctivement...non pas crainte de son pouvoir mais plutôt de ses conséquences sur lui si il s'épuisait.  « Je ne crois pas que ce soit le bon moment pour t'endormir. » Commentais je avant de reprendre. « Et si tu atteins tes limites et que quelque chose se présente ? Je suis douée mais je ne suis pas invulnérable tu sais. » Et quitte a faire, pour sortir d'ici vivante, j'userais de tout les moyens possibles...Je m'arrangerais plus tard avec ma conscience.

Mais il est têtu, autant que moi je le crains et je pince les lèvres, agacée par la justesse de son raisonnement. « Mon épaule n'a pas besoin de magie pour être remise...je n'en dirais sans doute pas autant de mon poignet et ma côte peut attendre, je peux respirer c'est le principal. » et je devrais sans doute éviter de rire mais ce n'était pas comme si rire m'était habituel. Sur ce, je me lève prête a braver l'inconnu tandis qu'une sueur froide me traverse quand une douleur intense me traverse la poitrine. Faisais je preuve d'arrogance a songer que je pourrais nous protéger efficacement ainsi blessée ? Etait ce réellement utile de s'obstiner ? Revêche, je baisse le regard sur lui...Qui m'affirme qu'il ne bougera pas tant que je ne serais pas guérie. J'ai envie de le secouer comme un prunier, on avait pas le temps pour ça ! Mais d'un autre coté....je fichai mes yeux dans les siens durant un moment. Sans rien dire. Grinçant des dents et me battant avec ma conscience. Je n'aime toujours pas son assurance tranquille, comme si il était sûr que j'allais céder....Ce que je fis dans un juron tout en me laissant donc retomber a genoux. « Très bien j'abdique mais n'en fait pas une habitude. »  Je lui tendis mon bras ballant. « Tiens moi bien au coude. » le prévins je. Il fallait tirer d'un coup sec...J'inspirai doucement et me jetai soudainement en arrière. Un crac sonore résonna dans le silence et toute couleur déserta mon visage devant l'explosion de douleur qui irradia mon membre. Nauséeuse, il me fallut un moment pour me rendre compte de mon front moite posé sur son épaule, des larmes dans mes yeux, de ma respiration hachée et de mes doigts crispés sur son pourpoint. « Attends...Ca va passer... » Et de fait, c'était vrai, la douleur refluait lentement mais quelque chose me disait que je n'étais pas au bout de mes peines.
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyLun 24 Déc - 18:37

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je soupire doucement. Ce que tu es têtue, mais en même temps je m’y suis habitué. Et peut-être est-ce pour cela que je sais aussi comment arriver à mes fins. Je te soignerais avant qu’on parte à l’aventure. J’ignore où on est, ce que l’on risque de croiser alors je préfère être prudent. Et au fond, je sais que cette excuse sert à dissimuler l’inquiétude, que j’éprouve pour toi. Cette dernière me mord le cœur, alors que je cherche sur ton visage à savoir à quel point tu souffres réellement. Je ne te quitte pas des yeux, pendant je te montre mon don avec le feu. Le mieux serait de trouver de quoi faire des torches. En réalité, j’ignore combien de temps le feu peut brûler sur ma peau sans être nourri. Je n’ai jamais fait l’expérience. « Je ne suis pas si compliqué à tuer. Et je sais déjà de la main de qui je perdrais la vie. », je réponds en te fixant droit dans les yeux. L’Ancien le dit toujours, que tu seras ma perte, que tu me prendras la vie. Et j’ai conscience que face à toi, je ne me défendrais point.

La flamme, qui lèche ma main, éclaire faiblement ce qui ressemble à un abri. Mais je ne reconnais aucun des matériaux utilisés. Après tout, nous sommes dans le futur, cela semble donc logique. Après avoir analysé les lieux, je me propose pour te soigner, ce que tu refuses évidemment. Je lève les yeux vers la voûte étoilée bien loin au-dessus de nous. « Crois-moi, j’ai assez de Glamour pour ne pas tomber endormi après t’avoir soignée. », je murmure. Et je t’offre un petit clin d’œil. Je sais gérer correctement ma quantité de Glamour, et mes limites. J’ai vécu avec ce don toute ma vie. « Je sais. Et je sais aussi me battre. Je ne te laisserais pas faire front seule. », je réponds sérieusement. Il est hors de question que tu prennes tous les risques. Cela dit, je ne doute nullement de tes capacités guerrières. Je t’ai déjà vu combattre.

Et je t’observe te lever en grimaçant dû à la souffrance physique. Je hausse des sourcils. « Laisse-moi t’aider. », je murmure doucement. La force n’a aucun effet sur toi. Tu plies plus face à la douceur, comme si tu ne savais pas comment réagir quand on te traite pour ce que tu es : une Humaine et une femme. Je trouve cela étrange, mais je ne connais rien de ton histoire. Et j’attends que tu cèdes à ma requête. Je ne bougerais pas jusqu’à ce que tu me laisses prendre soin de toi. Et au vu de la manière dont tu te tends, je sais que tu vas devoir céder. C’est une question de survie. Et quand tu me fixes rageuse, je te regarde droit dans les yeux sans ciller, avec la même tendresse qu’habituellement. Peu importe ce que tu penses, je veux juste te protéger. Et j’ai bien compris que tu n’en as pas l’habitude. Et après un moment, tu te contentes d’abdiquer tout en jurant dans tes dents. Tu reviens près de moi, t’agenouillant face à moi. Je suis un peu limité, ne pouvant utiliser qu’une seule main. Mais cela sera amplement suffisant.

Je souris. «Je suis guérisseur. J’ai déjà remis des membres en place. », je commente alors que mes doigts se referment sur ton coude et le bloque. La douleur sera atroce, même pour toi, je le sais. Je te laisse basculer en arrière. Ton articulation craque, et le bruit se répercute dans toute la cavité. Je te vois pâlir sous la souffrance. Et tu reviens en avant appuyant ton front contre mon épaule. Lentement, je remonte ma main libre dans ton dos. Et je la dépose au niveau de ton épaule. Le Glamour influe doucement dans ma paume et mes doigts, glissant en toi pour apaiser la douleur et guérir en partie ton articulation. Si je veux te soigner de tous tes maux, je me dois d’être prudent avec l’utilisation de la magie. « Ça va aller. », je murmure. « Dis-moi juste quel poignet et quelle côte. », je murmure contre tes cheveux. Ton corps est chaud contre le mien. C’est étarquer ce contact physique, perturbant et chaleureux. Je peux te guérir en posant ma main sur les parties blessées de ton corps. « Prends ton temps. J’ai des plantes contre la douleur, si tu le désires. », je te propose sans retirer ma main de ton épaule.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyLun 24 Déc - 20:03

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je me contente de le dévisager longuement. Oui il sait et pourtant, il n'évite jamais ma compagnie, il n'est jamais sur la défensive, si il n'était pas lui, je penserais a une insulte mais je sais que ce n'est pas le cas. Il est comme ça, il accepte les tourments du monde sans poser de question. Moi ? Moi je ne le pouvais pas. Je ne pouvais pas accepter ce qui me broyait la poitrine lorsque je le voyais, ni la nausée qui me traversait à l'idée de sa mort...que je souhaitais pourtant...Comme si cela pouvait tout effacer, tout faciliter et j'avais la sensation dérangeante qu'il savait très exactement ce que je ressentais.

Je m'ébroue mentalement, ce n'est pas le moment de penser a cela....Tout ceci me tient assez éveillée la nuit, torturant ma conscience et éveillant mon cœur. Nous ne savons pas où nous sommes, ni ce qui nous entoure et, pour l'instant, je ne me sens pas du tout en sécurité. Il devient urgent de trouver une solution mais il ne lâchait pas le morceau... Tellement entêté, tellement obtus, il me donnait envie de taper du pied par terre, comme une enfant gâtée...il me donnait envie....Rha ! Je fini par céder a sa voix douce. Encore . Avec un regard sceptique quand à sa capacité a m'aider durant un combat. Peut être après tout, je ne savais rien de ce qu'il était capable de faire. Il se saisit de mon bras avec fermeté et je soupire légèrement lorsqu'il me rappelle ce qu'il est. « Je sais. » oui je le savais, combien de vie lui devais je au juste ? Combien de faveurs ? J'en avais peut être perdu le nombre. Mais là, le plus gros de l'effort viendra de moi...Et même si je sais que cela sera douloureux, je ne me laisse pas le temps de reculer ou d'hésiter. L’articulation se remit en place dans une mer de douleur, m'envoyant contre lui, trop faible pour m'en offusquer. J'ai juste besoin de respirer un peu, d'attendre que ma nausée se calme. Je sens sa main remonter sur mon dos et, bizarrement, c'est comme un baume, très doux et chaud avant qu'il ne s'arrête sur mon épaule m'arrachant un gémissement craintif pour le coup. Je supporte la douleur mais cela ne veut pas dire que je l'aime. Etrangement, je le crois lorsqu'il m'affirme que ça allait aller. « Oui. » Je ne sais pas ce qu'il me fait et, quelque part, je ne veux pas le savoir mais je sens avec soulagement la souffrance s'évanouir lentement. Mon poignet blessé repose sur ses genoux. « Gauche. » Quant a la côte... « Droite et je ne dirais sans doute pas nom a des feuilles à mâcher. » mais je ne suis guère précise, alors de ma main indemne, je prends la sienne pour la guider le long de mon buste, jusqu'à l'endroit où la douleur pulse. Je devrais m'éloigner mais la douleur m'a anesthésiée, du moins en partie. « Là. » je soupire en fermant les yeux.

Il a raison j'ai besoin de toute mes facultés si je veux que nous nous en sortions, au temps pour mon opiniâtreté déplacée et ma fierté malmenée. Cela ne m'avait jamais tuée mais ce genre de blessure le pouvait si je n'y prenais garde, surtout la coté, si elle perforait quelque chose au cours d'un combat...Ce que je n'espérais pas. « Ensuite, il faudra trouver une sortie, si il en existe une et je prie pour que l'on soit seuls... » Parce que j'ignorais ce qui pouvait se cacher dans les ténèbres et je ne voulais pas le savoir sans aucun doute.
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMar 25 Déc - 10:10

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Tu cèdes. Je n’éprouve aucune joie à avoir le dernier mot. Tout ce qui me préoccupe est ton bien-être et ta santé. Tu occupes une part importante de mes pensées, même si je ne réfléchis jamais au trouble, que tu fais naître en moi et aux réactions étranges de mon corps. Je ne suis pas du genre à me questionner et me torturer l’esprit. Je me contente de vivre et d’accepter les choses telles qu’elles sont. Et d’une certaine manière, nous sommes liés l’un à l’autre. Je te laisse revenir, sans me départir de mon sourire doux. Cela dit, je te rappelle avec douceur que je suis guérisseur. Remettre une articulation n’est pas une nouveauté, même si je suis handicapé avec ma main unique. Mais cela dit une fois que le feu sera sur mon bâton druidique… Ton mouvement est brusque et rapide. Et je vois le sang quitter ton visage, et tu bascules dangereusement vers moi. Je devine la douleur, qui parcourt ton corps.

Avec lenteur et douceur, parce que je sais que tu détestes autant être touchée que la magie, je remonte ma main pour la poser sur ton épaule douloureuse. T’apaiser me prend peu de temps, le Glamour agissant directement et guérissant ce qui doit l’être. Et je parle pour te distraire un peu, mais aussi parce que j’ai besoin de savoir quelle côte et quel poignet sont à soigner. Sous mes doigts, je sens tes muscles se détendre preuve que la douleur a presque disparu. Et je réalise que ton souffle haché et tiède caresse ma peau. Je sens une légère rougeur naître sur mes joues. Pourtant j’ai déjà soigné des femmes. Mais avec toi, c’est toujours différent, source de perturbation en mon être et mon âme que je ne comprends pas spécialement. « D’accord. Je vais réparer ce que je peux, mais je ne peux pas effacer toute ta douleur. », j’explique lentement. « Je n’ai pas assez de Glamour pour cela. Mais tu pourras combattre sans trop souffrir, ni risquer ta vie. Et j’ai des plantes qui calment la douleur » Je suis sincère et directe comme toujours.

Puis ta main valide saisit la mienne. Et je fronce un peu des sourcils, mais je te laisse faire. Nos mains glissent le long de ton buste. Et tu déposes la mienne sous ton sein, là où ta côte s’est brisée. Mon cœur loupe un battement ou deux. Et mes joues me brûlent encore plus. Un frisson que je combats, descends le long de mon corps. Il me faut une court moment pour reprendre le contrôle de mon corps. Tu n’es pas la première femme que je soigne, et je t’ai déjà vu nue. Mais cette fois-ci encore je dois faire un effort pour agir en guérisseur. « D’accord. Ne bouge pas. Et essaie de ne pas lutter. », je murmure alors que je ferme les yeux pour me concentrer. À nouveau le Glamour afflue dans ma paume et mes doigts, et il glisse en toi. Je peux deviner ta côte, qui se remet en place et qui se ressoude. Lentement, quand je suis certain que tu ne risques plus rien qu’une douleur légère et gênante, je retire ma main.

D’aussi près, avec le feu sur ma main, tu peux certainement voir mon trouble dans mes yeux et mes joues rougies par … Je ne sais pas quoi. Puis je prends ton poignet, et je referme les doigts dessus agissant comme avec tes deux autres blessures. Les os se ressoudent en douceur sans forcer. « Oui, il faut qu’on sorte de cette… grotte ou que sais-je. », je commente alors que je finis de te soigner. « J’ai besoin de mon bâton druidique pour le feu. Ensuite je te ferais un bandage pour ton poignet. Il n’est plus cassé, mais tu as une belle foulure. », je murmure toujours un peu perdu dans mes sensations et émotions. Ma main libre cherche à tâtons le fameux bâton. Je finis par mettre la main dessus. Je recule un peu et j’approche le feu de l’extrémité. Instantanément, il prend. Je soupire soulagé que cela fonctionne ici aussi. « Bon ce sera plus facile comme cela. » Puis je fouille ma besace et j’en sors des plantes à mâcher. « Pour la douleur. », j’explique quand je te les présente.
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMar 25 Déc - 17:54

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Je n'avais pas conscience de l'inconvenance de mes gestes ou même de ma posture et en réalité, je ne m'en souciais guère pour le moment. L'on dit que parfois, la guérison est pire que le mal, dans mon cas, je dois dire que ce n'était pas exagéré. « Ca ira si c'est juste un peu... » finis je par chuchoter prise par le soulagement certain qui me traversait l'épaule. Je serais sans doute un peu raide encore mais rien de bien grave. Las la chute m'avait bien plus abîmée que je ne l'avais laissé paraître et il ne s'y était pas laissé berner. Comme d'habitude dirais je , ce qui était dérangeant, étrange, mais quelque part rassurant.

Ce n'est pas la première fois qu'il me touche mais ce contact est toujours aussi déstabilisant, il ressemble parfois bien trop a une caresse au quelle je n'arrive pas a me soustraire. Lorsque je dépose sa main sur mon côté, je sens déjà la chaleur qui s'en dégage, réchauffant ma peau alors même qu'une bande de cuir me sépare de sa paume, C'est une sensation si intime, si plaisante que je crains un instant de devenir folle. J'ai peur d'ouvrir les yeux, parce qu'alors, je devrais me confronter a ses yeux et, pour une raison obscure, je suis terrifiée a cette idée. La douleur qui s'amenuise laisse la place a bien d'autres sensations que je refuse de nommer, inconnues et pourtant terriblement familières. Je soupire. « Ne pas lutter... » Il y a une ironie mordante dans ma voix. Lutter. Je ne fais que cela lorsque je suis avec lui parce que je deviens mon plus grand ennemi. « Je ne fais que cela depuis que je t'ai épargné. »  continuais je en ouvrant les paupières, croisant presque immédiatement son regard, comme si mes yeux n'avaient de cesse de chercher les siens. Ce que j'y lis....Me déchire le cœur d'une douleur étrangement douce et je détourne précipitamment les yeux, jetant mon attention sur ce qui nous entoure mon poignet demeurant entre ses doigts.

Une fois qu'il a terminé, je récupère mon poignet, l'agitant avec précaution en haussant un sourcil. Bien que maléfique, la magie avait quelque chose de...Non. Non, je ne pouvais pas penser cela. Quelqu'elle soit, elle n'était pas faite pour ce monde, c'était ainsi. « Ca devrait aller si je ne force pas trop. Fort heureusement, je suis plus habile de la main droite. »  Je le vois déposer sa flamme sur son bâton, pinçant légèrement les lèvres devant un tel étalage de maléfice mais retient le commentaire qui me monte aux lèvres. Je secoue légèrement la tête en attrapant du bout des doigts, évitant soigneusement les siens,  les feuilles qu'il me tendait et en fourrai une dans ma bouche. « Te sens tu capable de marcher ou te faut il un peu de temps ? » demandais je en me relevant, ignorant la douleur sourde de ma poitrine qui était bien plus supportable qu'avant. Il me faudrait sans doute un peu de repos lorsque nous sortirons d'ici. Et c'est là que je pris conscience qu'a aucun moment, je ne m'étais inquiétée de mon arme que j'avais lâchée dans ma chute... Je l'avais laissé me toucher, insuffler sa magie sans même avoir dans l'idée de l'embrocher et je laissai échapper un rire sec tout en me maudissant moi même. « Oui vraiment, mon plus grand ennemi.... » marmonnais je en tendant ma main vers les ténèbres. « Taranais chagum. » il y eu un frottement mais, fidèle au sort auquel elle était liée, l'arme fila directement entre mes doigts, m'apportant un réconfort certain, assurant ma prise dessus, je le regardai, un mince sourire aux lèvres. « Y allons nous ? »
©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyMer 26 Déc - 15:15

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Te toucher éveille toujours des sensations et émois en mon être et mon âme, que je ne connais guère. J’ai vécu une grande partie de ma vie, loin de tout autre Humain, avec juste l’Ancien pour précepteur. Et pourtant avant toi, j’ai dû soigner un certain nombre de femmes, j’en ai même accouchée. J’avais déjà vu des formes féminines, j’en avais déjà palpé pour raison médicale, et j’ai vu bien de corps nus. Mais jamais personne n’a réussi à me perturber autant que tu peux le faire avec ton regard de glace franc et froid, ta peau blanche et ta chevelure de feu. Poser les mains sur toi provoque un étrange feu en mon corps. Être aussi proche affole mon cœur. Je me sais faible face à toi, qui hante mes nuits et pensées. Et pourtant, je suis incapable de te fuir et de t’éviter. Je reviens immanquablement auprès de toi, avec ce désir incompréhensible de te protéger, de prendre soin de toi et de t’apporter un peu de tendresse. Si je pouvais te faire sourire… Voilà que je me perds dans mes rêveries tout en te soignant.

« Si tu luttes, cela prendra plus de temps et me coûtera plus de Glamour. », je murmure doucement sans oser te regarder. Je me concentre pour sentir la magie glisser de mon corps dans le tien, tout en réparant ce qui doit l’être au passage. Et même si j’ignore contre quoi tu luttes depuis notre rencontre, cela fait écho à quelque chose en moi. Parce que d’une certaine manière, je lutte contre l’envie d’être près de toi. Et même si je sais que tu m’ôteras la vie, je suis comme le papillon de nuit inlassablement attiré par la lumière de la lampe à huile, et qui finit par se brûler les ailes et s’éteindre. Et nos regards, bien trop proches pour une fois, s’étreignent avant que tu ne détournes la tête. Mon cœur a encore manqué un battement. Et ma main quitte ton buste pour soigner ton poignet cassé. Et j’espère que je ne devrais guère utiliser à nouveau mon Glamour avant un moment, car je n’en ai plus beaucoup.

Je recule légèrement cherchant après mon bâton druidique pour transférer le feu. Maintenant il brûlera sans s’éteindre, et il éclaire un plus que quand je l’avais en main. Mais surtout je récupère ma seconde main. Ce qui n’est pas plus mal. J’éclaire un peu la cavité cherchant des yeux mon arc et mes flèches, pendant que tu testes ton poignet. « Grand bien nous fasse… J’espère sincèrement qu’on ne rencontrera aucun être. » Mais je ne peux le garantir. Je fouille dans ma besace pour te présenter des feuilles à mâcher contre la douleur. Et je t’observe les mettre en bouche docilement. Tu es devenue une malade bien obéissante. Je regrette presque les joute verbale pour te faire prendre un remède quelconque. « Je peux marcher. », je déclare en me remettant sur mes pieds. Et je me dirige vers mes armes pour les ramasser et les remettre à leur place dans mon dos. J’en profite pour éclairer l’étrange grotte et chercher un chemin.

Et ton rire attire mon regard. Je me tourne vers toi. « Je ne suis pas ton ennemi. Et je ne le serais jamais, quand bien même la réciproque n’est point vrai. », je déclare lassé de cette petite guerre. Et pendant que tu rappelles ta lance, je me détourne pour chercher un chemin. « Par contre je ne comprends pas comment quelqu’un qui pense la magie maléfique, peut utiliser une arme magique. » Cela restera un mystère. Et finalement, je me décide sur le chemin à suivre, et nous n’avons de toute manière qu’une option. Je m’engage donc sans plus un mot dans le couloir sombre espérant trouver une sortie. Cela dit si le jour doit se lever, la chaleur sera plus supportable ici, sous terre. Je longe le corridor, éclairant le chemin avec le bâton druidique. Tout a l’air calme et vide. Certains symboles sur les murs attirent mon attention. Et je m’arrête pour les observer, te laissant le temps de me rejoindre…
©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyJeu 27 Déc - 9:20

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Il est difficile pour moi de ne pas voir quelque chose de diabolique dans ses pouvoirs, mais je me surprenais à ne pas tant les craindre que je ne le devrais. Pourtant, qui ne tremblerait pas devant un homme capable de traverser un brasier sans même s’y bruler ? Mais je dois avouer que son don de guérison est une manne dont je ne peux me passer pour le moment. Trop blessée, je serais inutile, hors, il fallait que je le sois pour sortir d’ici. Et lui aussi même si il se trompe, je ne lutte pas vraiment contre sa magie, non ma lutte est bien plus profonde et si difficile parce que quelque chose me dit que céder serait d’une douceur incomparable.

Presque totalement rétablie, si ce n’est une douleur sourde et lancinante qu’il me serait facile d’oublier, je décidai qu’il était temps de partir et trouver une sortie. Soulagée, je le vis se lever sans tressaillir. Je le regarde errer autour de nous et sa réponse… « Il n’y a pas pire ennemi que soit même, Lucan. » Parce que je ne songeais pas à lui en disant cela. Non, je pensais à ce qui me poussait sans cesse vers lui, a ce qui me réveillait la nuit, étrangement enfiévrée sans que je ne sache pourquoi. Cette peur intense qui m’étreignait, ce murmure insidieux qui me disait qu’il serait si doux d’oublier un instant ce que nous étions. D’oublier a qui allait ma loyauté. J’avais peur de ne plus être moi-même, de vouloir plonger dans cet inconnu qui hantait les bords de mon esprit, de commencer à aimer la douleur de mon cœur et la brulure de mon ventre. Même me cacher derrière ma haine devenait difficile tant celle-ci vacillait et s’ébranlait. « C’est ce que je deviens auprès de toi. »

Le contact familier de ma lance me sortit de mes pensées et je haussai un sourcil : « Parce que la sorcellerie se retourne toujours contre son créateur. » Et surtout, elle était pratique, efficace et mortelle. J’étais pragmatique et parfois un peu trop cynique sans aucun doute mais je m’étais attachée à cette arme malgré tout ce qu’elle représentait. « Elle a été bénie de toute façon… » ce qui n’avait en rien altéré sa magie d’ailleurs…Mais j’avais fait mine de ne pas y penser. C’était plus simple ainsi. Dans la pénombre et malgré la lumière de sa flamme, j’ai du mal à distinguer ses traits…Alors même que je n’ai pas besoin de les voir tant ils sont gravés dans ma mémoire.

Je le suivis en silence, curieuse aussi tandis que mon regard fouillait cet endroit…Je ne reconnaissais rien, ni les formes, ni les matières, c’était…déstabilisant et je finis par arriver à la hauteur du druide, suivant son regard avant de froncer les sourcils… « On dirait de l’hébraïque mais cela n’en est pas… » Du bout des doigts, j’effleurais ces symboles avant de m’arrêter sur l’espèce de flèche en dessous. « Cela par contre, je le comprends même si j’ai peur du chemin qu’elle indique. » En l’occurrence les ténèbres que même la lueur du feu qu’il portait ne semblait totalement crever. En s’approchant, on pouvait deviner un escalier s’enfonçant plus bas, ce qui me contraria un peu. « Je préfèrerais qu’il monte mais je crains que nous n’ayons pas le choix. »

©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyJeu 27 Déc - 19:47

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Et tu te fais philosophes. Mon regard noir revient sur ton être avec un léger froncement de sourcils. « Crois-tu ? », je demande lentement. « Je ne comprends pas toutes les contraintes que vous vous mettez, toi et les tiens. Vous diabolisez des pulsions naturelles et normales, comme si avoir un contrôle total de votre corps et esprit vous rendez… meilleur que les autres ? », je ne compte pas débattre avec toi. Je sais que nos opinions divergent. « Peut-être que tu devrais ne pas lutter. Après tout, es-tu si certaine que cela serait un mal ce qui arriverait ? Crois-tu que ton Dieu a banni l’amour et la reproduction de son monde ? » C’est vrai après tout, en quoi l’amour peut-il être maléfique ? Et en quoi l’acte charnelle, qui donne la vie est-il si répugnant ? Je secoue légèrement la tête. « Ne réponds pas. De toute manière nous ne serons jamais d’accord. » Et la conversation serait sans fin. Nous le savons tous les deux. « Tu te mets bien des barrières et interdits, mais tu ne sembles ni heureuse, ni vivante. » Je lâche comme dernier commentaire avant de me détourner vers l’unique porte de sortie, que nous avons.

Ta phrase m’arrête un instant. Mais je me contente de regarder les jeux de lumières sur le sol. « Crois-tu être la seule à changer à chacune de nos rencontres ? Crois-tu que tu n’as aucun pouvoir sur mon esprit et mon corps ? » Mais je ne lutte pas contrairement à toi. Je laisse cette vague déferler sur mon être sans lutter contre, savourant sa chaleur et acceptant que je ne peux rien y faire. Puis je détourne la conversation. Probablement parce que mes joues rougies risquent de trahir le trouble, qui ébranler mon âme en ta présence. Alors je mentionne ton arme magique, que tu utilises envers et contre tout. « La magie ne se retourne pas contre son créateur. », je réplique en haussant des épaules. « Il n’y a pas de créateur, juste des êtres capables de la voir, la sentir et la manipuler. Mais il y a un équilibre à respecter. Et on ne peut pas le briser sans en payer le prix. Le Glamour n’est pas à utiliser sans réflexion. » C’est un principe de base, le premier que les Druides Noirs brisent. Cela dit je doute que tu le saches. « Tu ne connais pas grand-chose de la magie, n’est-ce pas ? » Constatation plus qu’une question, parce que je pense que pour toi c’est juste maléfique sans plus. Je plisse du nez. « Bénie ? » Aucune idée de ce que cela signifie, probablement un de vos rites religieux.

Puis je m’enfonce dans le couloir sombre, évitant d’avancer trop vite. Les ténèbres nous encerclant, et ne sont brisés que par le feu brûlant sur le bâton druidique. Cela a un côté angoissant et terrifiant. Et je m’arrête face aux inscriptions sur le mur, essayant de les déchiffrer. Cela te laisse le temps de me rattraper. « Ce n’est ni du Latin, ni de l’Irlandais ou du Celtique. Et encore moins des runes. », je commente en haussant des épaules. Ma main libre vient frôler les symboles frôlant par accident tes doigts. Je retire ma main lentement. Et je tourne la tête vers la direction indiquée par la flèche. « Ma foi, on a deux choix. On retourne sur nos pas ou on avance. », je hausse lentement des épaules. « Tu veux le jouer aux runes ? », je demande en plaisantant. J’avance de quelques pas vers l’escalier. « Crois-moi, si le jour se lève nous sommes mieux sous terre. », je commente. Puis d’un pas décider, je marche et je m’enfonce plus bas sur terre. J’ignore où l’on va, mais nous n’avons guère le choix. Et si je peux nous trouver un miroir…

©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Dernière édition par Lucán le Ven 28 Déc - 16:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Aliénor Saint Just
Âme Mortelle

Aliénor Saint Just

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Trésors trouvés : 23

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyJeu 27 Déc - 21:11

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Chaque mot est une flèche pointée directement sur mon cœur, sur mon âme. Le bleu de mes iris se parent des nuages sombres de la colère. Il n'est ni juge, ni bourreau. « Non, Il ne l'a pas fait. » répliquais je dans un grondement bas, mes doigts se crispent sur ma lance alors qu'il dénigre, critique et déchiquette ce qui a fait ma vie. Il ne peut pas comprendre, comme moi je ne peux pas le comprendre...Alors pourquoi ? Au nom du ciel pourquoi était je... « Je suis vivante avec toi. » Si bas que je ne suis pas sûre qu'il m’ait entendu. En vérité, je veux qu'il ne m’aie pas entendu. Ces mots là, ils sont sortis tout seuls, sans que je ne puisse les contrôler. Pour lui, tout est si simple, si facile...Mais rien ne l'est. Absolument rien.


J'ai envie de rester en colère après lui, mais ces mots...ce qu'il dit, le regard perdu, c'est comme un coup de poing. Ma poitrine se comprime, se serre et mon cœur pleure soudainement. Je suffoque un instant avant de reprendre les rênes de mes émotions, même si je ne me leurre pas, en dessous du contrôle, il y a un cœur qui ne sait si il doit rire ou hurler. « Je ne peux pas te tuer....qu'importe l'envie que j'en ai...je n'y arrive pas. J'aimerais le faire, pour tout arrêter mais...Je ne peux pas...Sans avoir mal. » Mon visage me cuit, de honte, d'humiliation. Parce que jamais je n'ai failli. Jamais. Sauf avec lui. Parfois, j'essaye d'imaginer que je l'ai tué, que je lui ai prit la vie comme promis. Et je pleure. Sans raison. Systématiquement. Je me jette aux pieds de Dieu parce que je préfère croire en l'idée que c'est la pensée d'une vie ôtée qui me pourfend...Mais je sais que ce n'est pas le cas. C'est la pensée de sa vie a lui.

Je m'engouffre dans sa déviation. Je ne peux pas en dire plus. A vrai dire, je ne sais même pas ce que je dirais. Je préfère me taire, ou parler de quelque chose de neutre... « Ah oui ? Dis le a son précédent propriétaire... » répliquais je un peu trop mordante avant de hausser une épaule. « Apparemment, c'est gratuit pour moi. » Quoique....parfois je n'en suis pas sûre. Je hausse un sourcil lorsqu'il me fait part de son ignorance. Me moquer de lui ne me vient pas a l'idée, bizarrement, je sais qu'il peut comprendre ce que je lui dis, même si le contraire n'est pas. «  Oui, en gros elle a été consacrée a Dieu par un prêtre, ce qui en fait presque une arme divine...en quelque sorte. » et cela cautionnait les morts qu'elle pouvait provoquer, moi avec par extension puisque c'était la mienne.

Je le suis sans trop y penser, concentrée sur mes émotions malmenées et blessées et il m'offre une distraction bienvenue. « Tu sais lire le latin ? » fis je avec surprise.  A vrai dire, si moi je savais lire, c'était déjà un miracle et parce que je l'avais voulu, réellement voulu...Alors lui... Je caresse la flèche et frémit a celle de ses doigts sur les miens... Repoussant ce trouble, je nous avance vers le danger...Du moins, une destination peu enviable. « Inutile, retourner sur no pas nous mène a un cul de sac...je ne suis pas sûre que l'on puisse grimper vers le ciel, le sable est trop friable. Et parier sur des runes est déloyal, je ne les connais pas.» Finalement, il se décide, moi aussi, comme si le choix nous était offert. Sa torche nous permet de ne pas se casser le cou sur les marches mais j'ai l'impression que cela n'a aucune fin. Finalement, nous arrivons dans un hall....Avec trois couloirs... je soupire. « J'aurais aimé que cela soit facile... »

©️ eire chronicles
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lucán
Druide Devin

Lucán

Talents cachés : Devin, élément feu, télépathie animale (corbeau & loup)
Savoir faire : Druide errant, guérisseur
Trésors trouvés : 866

Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] EmptyVen 28 Déc - 17:54

Et la fin du monde sonna...

@Aliénor Saint Just & @Lucán

Involontairement, je fronce des sourcils. « Alors pourquoi faites-vous de l’amour quelque chose de mal et de laid ? », je questionne totalement perdu. Puis je secoue la tête. À quoi bon ? Nous sommes incapables de parler posément. Tu vas te braquer comme à chaque fois. Et nous allons encore nous disputer. Et je ne veux pas de cela aujourd’hui. Peut-être suis-je juste fatigué. Par contre ton aveu murmuré pour toi-même attire mon regard sombre. Et nous restons face l’un à l’autre dans un silence gênant. « Je peux dire le même. », je murmure alors que la chaleur de mes joues s’intensifie. « Ce que tu me fais ressentir, personne d’autre ne le peut… Avant de te rencontrer, les femmes ne m’intéressaient pas. Maintenant, je sais que je te suis dévoué et fidèle. Cela ne change pas mon état. Cela change juste la manière dont moi je te vois comparé aux autres, l’importance que je t’offre dans ma vie. Et ça, crois-le bien, c’est effrayant certaines nuits. », je confesse lentement. Je devrais faire vœu de silence. Je le sais. Mais aurons-nous une autre chance de nous expliquer sur cela ? « Il n’y aura jamais que toi… Et cela même si je ne suis pas certain de ce que cela signifie. »

Mais qu’importe le sens, puisque ce qui nous lie dépasse tout le reste. Alors quoique tu en penses, je sais que c’est précieux et important cette sorte d’amour entre nous. Et cela restera à jamais unique pour moi. Et je te regarde, surpris par l’aveu. Tu clames toujours haut et fort que tu me tueras un jour. Et là, tu avoues en être juste incapable au risque de souffrir. Je cligne des yeux un instant. « Alors laisse un des tiens me tuer. », je déclare en haussant des épaules. « D’une manière ou d’une autre, nous sommes liés. Je peux le sentir et toi aussi. Je ne prétends pas savoir quel lien. Je sais juste qu’il est là, qu’il a quelque chose de précieux et qu’il va à l’encontre de tout ce qui a fait et fera notre monde. Mais je ne vais pas lutter. Peu importe quel type d’amour je te porte. Je t’aime. Et ça rien pas même ta haine ou ta colère ou ma mort ne pourra le changer. » Et je garde les yeux ancrés dans les tiens, bien que je sache que mes joues sont rougies. Ô par les dieux, ce que j’ai cruellement conscience que cela en changera jamais rien entre nous. Mais je me sens quand même léger de te l’avoir dit, même si le lieu et la situation ne s’y prêtent guère.

Mais nous ne nous attardons guère sur le ressenti. Je profite que tu rappelles ta lance pour parler magie. Et je grimace à ta réponse. « Je doute que le précédent propriétaire l’a créé. En réalité seuls certains Druides sur les îles du Nord ou les Feys peuvent réaliser de tels objets avec autant de magie en eux. », j’explique lentement. « Le forgeron qui l’a autrefois forgé ne risque rien. Par contre sa magie a des règles précises, les enfreindre peut coûter cher. » Autant que tu saches que le jour où tu dévieras des lois liées à cette lance, tu risques de le payer aussi. Je souris avant de lancer légèrement une phrase véridique mais qui ne plaira guère « Alors peut-être qu’elle t’a choisie. » Ce qui peut arriver avec certains objets magiques, certaines Feys ou Créatures mythiques. Comme tu la dis bénie, je répète le mot. Certes je sais ce qu’il veut dire, après tout le père donne sa bénédiction à son fils partant à la guerre ou au mariage de sa fille… « Oh d’accord. Donc elle devient meilleure ? Enfin c’est accepter de l’utiliser parce que votre Dieu l’a consacré. Je vois » Je pense comprendre l’idée.

Finalement, nous reprenons notre route, nous enfonçant vers la seule voie possible. Les inscriptions sont étranges sur les murs. Et nous prenons un moment pour les observer. Ta remarque attire mon regard. « Je suis Druide. », je réponds doucement. « Nous détenons le savoir, alors oui ne savons lire. Ironiquement, nous ne mettons pas nos croyances et cultes par écrit, ni même nos lois. Mais l’histoire passée fait qu’on a appris à lire les runes, le latin et le celtique… On ne les utilise que pour des raisons purement pratiques. » Après tout tu ne peux pas le savoir. Tu n’es pas de mon peuple. Et cela ne me coûte rien de te répondre sur le sujet. Mon regard suit la direction de la flèche, qui mène à un escalier descendant. Ta réponse à ma tentative d’humour m’arrache un rire amusé. « Ma foi heureusement pour moi, car je n’ai pas de runes sur moi. », je commente malicieux. « Ce sont des petites pierres, des morceaux de bois ou d’os peints ou gravés d’une rune. On en utilise quatre. Tu les lances en l’air et tu poses ta question. Tu auras une réponse à interpréter. Parfois quand tu ne sais vraiment pas quoi choisir, c’est une bonne option. », je t’explique en commençant à descendre les escaliers. Nous nous enfonçons dans les ténèbres. Et je m’arrête près de toi en observant les couloirs qui s’offrent à nous. « J’aurais préféré tomber sur une route magique » Reste à choisir où l’on va… Et je te lance un regard.

[Lancé de dés : de 1 à 3 couloirs de gauche, de 4 à 6 milieux et de 7à 10 couloirs de droite]

©️ eire chronicles

_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lebor-gabala-erenn.forumactif.org/t413-serviteur-des-dieu
Contenu sponsorisé




Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty
MessageSujet: Re: Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]   Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just] Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Et la fin du monde sonna... [Aliénor Saint Just]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tour du monde virtuel
» Tout le monde s'en fout...
» Le monde de l'Obscure
» Les records du monde les plus fous...
» Un Monde Parfait

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terres de Légendes ::  :: Post-apocalypse :: Reste du monde-
Sauter vers: