AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lùcan ~ Druide

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lucán
druide

avatar

Talents cachés : Devin
Savoir faire : Druide errant
Début de la légende : 15/11/2014
Parchemins : 723
Trésors trouvés : 1052
Age : 32

MessageSujet: Lùcan ~ Druide   Mer 29 Mar - 21:39

Lùcan

feat Thomas Brodie-Sangster
25 ans ♣ Mi fey mi-humain ♣ Druide Devin

Mythes

Nom du père Inconnu, mais il est humain
Lieu de naissance Irlande
MentorUn vieux barde vivant au cœur de la forêt qu’il a toujours appelé l’Ancien.
Type de druidisme  Devin.
Traits de Caractère Calme - Visionnaire - Perturbé - Stratège - Timide - Intelligent - Artiste - Proche de la nature, des loups et corbeaux - A une affinité avec la Mort - Triste - Secret - Puissant - Voyageur - Très liée à sa sœur - Enfant sauvage qui aime vivre dans la forêt
Réputation Il est étrange le jeune Devin. Il semble vivre dans un autre monde, toujours fatigué, les traits tirés et le teint souvent cireux. On dirait un malade. Mais le pire c’est quand il l’ouvre pour causer. Un vrai oiseau de mauvaise augures ! Pourtant, ses prophéties se réalisent toujours. On le dit puissant, enfant sauvage qui n’a vécu que dans la nature, son temple. Il est étrange, mais on le respecte parce qu’il est Druide. En plus, il est suivi d’un loup gris qu’il a apprivoisé et précédé d’un corbeau …

Secrets de druide

Manipulation de la magie › La sang de Fey dans ses veines est plutôt important et puissant. De sa mère, il a obtenu tout comme sa sœur des dons un peu plus étendus que la plupart des Druides. Mais Lùcan a 25 ans, s’il est plutôt doué pour son âge, il ne peut se vanter de tout maîtriser parfaitement. Il est Devin. Sa première capacité magique est donc le rêve prophétique ou la vision. De par la nature de celle qu’il sert, il est assez doué pour prévenir d’une guerre, d’une mort ou d’un fait tragique. Ce qui fait de lui un oiseau de mauvaises augures, mais aussi un redoutable conseiller pour un roi. Il est guérisseur, sachant guérir par magie et en utilisant les plantes. Peut-être qu’un jour il pourra ramener les morts à la vie, mais il en est encore loin. Par contre, il connaît aussi très bien les poisons. Lié au monde des Feys, il voit les routes magiques. Dans le petit plus accordé par Morrigan, il y a la télépathie animale, qui s’opère avec les loups, notamment celui qu’il a apprivoisé et son corbeau. Ils savent communiquer. Et il voit par leurs yeux. Il paraîtrait même que Lùcan peut prendre la forme d’un loup… Mais cela tient du mythe en réalité, car il est devin et non théologien. Il manipule aussi le feu, ne se brûlant pas mais étant incapable de le créer.

Les divins › Morrigan, l’épouse du dieu Dagda et la déesse guerrière, qui hante les champs de batailles. Voilà la divinité celte qu’il sert. Il ignorait au départ pourquoi elle, pourquoi cette déesse violente l’attirait-elle autant ? Pourtant cela a fait sens. Elle l’a appelé. Elle lui a livré le nom de ses parents. Elle est sa mère. De par ce lien de sang, Lùcan se sent lier à elle plus qu’à n’importe quelles autres divinités. Il lui rend donc un culte, sachant que sa magie vient d’elle. Et peu importe si cela le lie à la guerre et la mort de par la nature de Morrigan, c’est elle qu’il adore le plus. Il remplit avec ferveur ses rituels et ses cultes. Elle lui offre ses dons de visions. Elle est sa mère, elle l’aime à sa manière tant soit-il qu’une Fey puisse aimer.

Lien avec l’Autre Monde › Fey à moitié dans son sang, issu de l’union de Morrigan avec un Humain, Lùcan sait voyager dans le monde des Feys. Il est lié à sa mère, Morrigan qu’il vénère et à qui il rend un culte. De par leur lien, spirituel et de sang, il a accès à l’autre monde. Lùcan y voyage dans ses rêves ou par les routes magiques. Il sent bien dans le monde de sa mère. C’est même parfois plus simple là-bas ou personne ne l’insulte pour ses visions. Lùcan s’y sent bien, parfois de trop et le quitter est parfois compliqué, parce que tout semble mieux là-bas. Pourtant il est Druide. Il se doit d’être dans le monde des Humains malgré les épreuves et difficultés, qui mettent sa foi à l’épreuve.


Il était une fois

L’Ancien avait compté 25 hivers depuis qu’il avait recueillis le bébé. Au départ, un nouveau-né qu’il avait trouvé dans un sanctuaire dédié à Morrigan. Il lui avait trouvé une nourrice, l’Ancien. Il ne pouvait pas faire grand-chose. Mais le petiot avait des dons. La nourrice les avait vus. Alors quand il fût en âge de parler et de comprendre, l’Ancien le récupéra pour l’éduquer. Il serait Druide l’enfant. C’était ce que les Dieux avaient décidé. C’était le rôle de l’Ancien de tout lui enseigner. Il ne fallut guère longtemps pour que le petiot ait ses premières visions. Et l’Ancien devina qu’il était Devin. Restait à le former correctement.

Il a eu une vie simple le petiot. Il a grandi au milieu de la forêt, avec pour seule compagnie l’Ancien. Il n’a jamais rien connu d’autre que cette vie simple et dépourvu de lien sociaux. Au fond c’était tellement plus simple ainsi. La curiosité l’a tenaillé parfois. Mais il ignorait où vivaient les autres humains. Conscient de sa nature, Lùcan s’est montré assidu à son apprentissage. Il n’avait rien d’autre à faire hormis chasser et apprendre tout ce qu’il fallait savoir : comment gérer et comprendre ses visions, les plantes qui soignent et celles qui tuent, les mythes anciens, les rituels druidiques… c’est long comme apprentissage. Mais il était plus qu’assidu l’enfant. Il n’avait pas peur de ses visions. L’Ancien l’appréciait et se montrait paternel. Pourtant la première fois que l’enfant a plongé sa main dans le feu pour jouer avec il a eut peur. Et alors il a compris… Le petiot, il a du sang de Fey et pas qu’un peu !

Alors il l’a ramené au Sanctuaire, l’Ancien. Que pouvait-il faire de plus que de le mettre en présence du divin et du monde des Feys. Le petiot, il voyait les routes magiques, il savait les prendre. Il avait toujours voué une adoration étrange à Morrigan. Il connaît son histoire sur le bout des doigts. Alors quand elle est venue à lui, du haut de ses 10 hivers, il n’a pas eu peur. Elle a souri la divinité et lui a parlé. Elle est sa mère. Elle lui a dit. Et puis, elle lui a fait un don en plus celui de communiquer avec les animaux. Lùcan est resté plusieurs jours au sanctuaire, puis il est revenu vers l’Ancien. Maintenant, il savait qui il était. Et il a redoublé de volonté pour apprendre et devenir un vrai devin. Puis un jour, il est revenu de sa promenade avec un louveteau dans les bras et un corbeau sur l’épaule le petiot. Il les a apprivoisés. Et il voit par l’œil du corbeau et du loup. Il peut leur parler et les comprendre. Il a dit que c’était un don de Morrigan.

Le temps a passé. Lùcan est devenu meilleur. Il a appris à contrôler ses visions. Il a voyagé dans le monde des Feys. Il communique avec sa Mère. Alors une fois, cette dernière l’a guidé vers une jeune Banshee perdue. Eileen qu’elle s’appelle l’enfant abandonnée à son sort. C’est plus une fillette mais une femme déjà. Morrigan a dit qu’elle était sa fille, la sœur de Lùcan. Même mère Fey mais père différent. Qu’importe Morrigan aime ses enfants. Elle veut le protéger. Et à deux ils sont plus forts. Lùcan, il a ramené la Banshee à l’Ancien. Et il a pris soin de sa petite sœur au mieux.

Puis est venu le temps de remplir son rôle auprès des humains. Il doit remplir son rôle de Devin auprès des peuples, les convaincre de toujours prier les Anciens Dieux. Il est gardien de l’Ancienne religion. Alors il parcourt les villages apportant ses visions prophétiques. Il soigne ceux venant à lui. Il rend son culte. Mais toujours il revient dans sa forêt natale se ressourcer. Parfois sa sœur l’accompagne. On dit que le corbeau le précède, et le loup le suit. On aime peu ses prévisions de guerres. On le chasse parfois. C’est pour cela qu’il préfère le monde des Feys. Et puis, il y a elle. Belle, courageuse, forte et guerrière. Elle a des cheveux de feu et une peau de nacre. Elle est belle et l’intrigue. Elle l’attire aussi alors qu’il sait qu’elle ne veut que le détruire…


Manuscrit

La plaine est morne et terne. Le brouillard recouvre tout. L’odeur âcre du sang et du feu flotte dans l’air humide soulevant le cœur de quiconque y marche. Il y a un village, ou ce qu’il reste des maisons de bois, qui brûlent et fument toujours. C’est la mort qui hante ces lieux. Mais pas celle des guerriers ayant combattus. C’est un désastre qui s’est abattu ôtant la vie aux mortels. La fumée brûle la gorge à chaque inspiration. Dans les rues du village, des corps reposent à même le sol couvert de sang et de blessures. L’eau est rougeâtre, infecte. La mort est là, fauchant ceux qui respirent à peine. Et elle est là, belle et pâle, assisse sur le sol contre un mur en torchis. Sa lance repose dans sa main lâche, ses yeux sont vitreux. Il la fixe à travers son regard triste. « Alors tout cela pour ça ? Pour mourir comme cela… » Murmure-t-il.

Je me relève sur ma couche, un cri muet quitte ma gorge sèche. Mon cœur bat trop vitre. Ma respiration se bloque dans ma gorge brûlante et douloureuse. Je sens toujours l’odeur mélangée et âcre du sang et du feu. Je revois ses corps morts allongés par dizaines, gens du peuple et guerriers. Mon corps tremble d’effroi. Je dois avoir l’air effrayé, comme après chaque rêve prophétique, qui me montre le carnage de la guerre. Je tente de me reprendre. Contre ma paume, je sens la truffe froide et humide de mon compagnon. Lentement, je tourne la tête pour observer le loup assis près du lit. Présence protectrice et bienveillante, mon vieil ami m’observe de ses yeux verts avec curiosité. Je passe une main entre ses oreilles avant de me laisser glisser sur le sol et d’enlacer son cou de mes bras. La fourrure douce sous mes doigts crispés et la chaleur animal me réconfortent.

Je quitte l’étreinte chaude du loup pour me diriger vers le feu, qui se meurt dans l’âtre. Je le ravive avec des brindilles et quelques bûches avant de mettre à chauffer du lait de chèvre. J’y mélange quelques herbes odorantes et du miel. Je reste assis près du feu. Lentement, je tends ma main vers les flammes. Elles lèchent ma peau blanchâtre et quand je retire ma main, le feu entoure mes doigts. J’ai un sourire amusé. Je me demande si je peux créer de petites créatures de feu avec. « Une prophétie t’aurait réveillé que je ne serais guère étonné. » Murmure la voix usée et calme de l’Ancien. Je relève la tête pour le regarder. « Ce qui m’étonne plus, c’est que tu sembles bouleversé. Je ne dis pas que ce que tu vois ne te perturbe jamais, mais en général tu as plus de recul. » Et il approche en boitant l’Ancien pour s’asseoir sur le tabouret face à moi de l’autre côté de l’âtre. « Je ne voulais pas te réveiller. Excuse-moi. »

Il soupire. À mes pieds, le loup repose calmement. Et près de la fenêtre, le corbeau semble dormir. Le calme de la nuit règne dans la chaumière. « Tu ne veux pas me raconter ? Peut-être que je peux t’aider à la déchiffrer ta vision. » Poursuis l’Ancien. J’ai un léger sourire. « C’est plus facile d’avoir des prophéties sur des gens que je ne connais pas, qui ne sont que des visages fantomatiques. » Je soupire en mélangeant mon lait aromatisé. « Mais quand cela concerne quelqu’un que j’ai rencontré… Je ne sais pas cela me rend triste. » Mon regard se perd dans les flammes. Je tente de chasser les images de massacres qui me reviennent. « Tu as rêvé d’elle. » Déclare calmement l’Ancien, tout en préparant deux bols en bois pour le lait. Le loup relève la tête, intéressé. Je lance un regard au vieux barde, qui m’a élevé et me connaît si bien. Je ne lui cache jamais rien. « Oui. Je l’ai vu, elle et un village massacré. » Je réponds finalement.

Je prends le récipient sur le feu et je sers deux bols. Je donne le reste au loup. L’Ancien prend son bol silencieusement. « Elle te perturbe cette guerrière. Mais tu sais, elle te tuera. Elle n’hésitera pas, elle. » Commente-t-il lentement. Je ne lui cache rien de mes questions, doutes et troubles. Sa sagesse me guide sur le droit chemin, et quand il ne le peut j’en réfère à ma Mère, Morrigan. « Elle m’a épargné. Enfin probablement parce que pour elle je ne suis qu’un enfant. » Je murmure avec un léger sourire. « Et tu ne veux pas qu’elle meure. », je secoue la tête avec un soupir. « Je ne veux la mort de personne. » L’Ancien boit lentement son breuvage. « Mais surtout pas la sienne. Elle t’a ensorcelée. » Je roule des yeux en me disant qu’elle ne partage sûrement pas cette opinion. Pour elle, je dois être l’ensorceleur. « Elle signera ta perte à cause de ce qu’elle éveille en toi. Et parce que tu voudras la sauver. Mais vois-tu malheureusement contre ce mal-là, il n’y a aucun autre remède que la mort. » Ajoute-t-il lentement. Il a raison. Je ne veux pas la voir mourir. Je m’inquiète pour elle. J’irais bien lui annoncer ma prophétie. Mais me croirait-elle ? J’en doute…


Derrière le miroir

Pseudonyme Calli Attha ; Portrait chinois je suis schizo en rp, la pro du multi compte Route magiqueje fais partie du Trio créateurSignature règlement Moi, Calli, je confirme avoir lu et approuvé le règlement. Avatar choisi Thomas Brodie-Sangster


_________________

Protecteur de l'Ancienne Religion
“La véritable intimité est celle qui permet de rêver ensemble avec des rêves différents.” de Jacques Salomé
code: @EIRE CHRONICLE


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aliénor Saint Just
clerc

avatar

Savoir faire : Soeur-Guerrière
Début de la légende : 08/07/2017
Parchemins : 187
Trésors trouvés : 323

MessageSujet: Re: Lùcan ~ Druide   Mer 26 Juil - 20:41

Tu es validé

toutes mes félicitations

Te voilà donc validé ! Toutes nos félicitations ! Mais avant d'aller rejoindre tes camarades de jeu, prend le temps de jeter un œil ci-dessous :

› pense à remplir ton profil.
› créer ta fiche de liens et de rps où tu pourras créer des liens.
› N'oublie pas de te recenser dans les bottins
› si tu veux te lancer dans le bain, n'hésite pas à faire ta demande de rp !
› pour toutes tes autres demandes n'hésite pas à venir ici.
› et puis, entre deux rps, n'hésite pas à venir faire un tour dans la zone flood.
› enfin si tu dois t'absenter, averti nous !

Qu'il est mimi ce petit garnement *tousse* Je suis crédible hein invitation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Lùcan ~ Druide
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lessien, Druide et aubergiste
» Ode - Druide
» Hamanduil Elandriel [Druide]
» Eblésias [Druide]
» Ril-Vywen — Anaarooma, Liemakil des Almugkarka et Druide

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Lebor Gabála Érenn ::  :: L'Adoubement :: Présentations :: Registre des citoyens-
Sauter vers: